Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Accueil  /  Bible  /  Lamennais  / Matthieu 27.7     

Matthieu 27.7
Lamennais


Jésus devant le gouverneur romain

1 Le matin venu, tous les Princes des prêtres et les Anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus, pour le faire mourir.
2 Et l’ayant lié, ils l’emmenèrent et le livrèrent au gouverneur Ponce Pilate.
3 Alors Judas, celui qui le trahit, voyant qu’il étoit condamné, se repentit et reporta les trente pièces d’argent aux Princes des prêtres et aux Anciens,
4 Disant : J’ai péché, en livrant le sang innocent. Mais ils lui dirent : Que nous importe ? C’est ton affaire.
5 Sur quoi, ayant jeté l’argent dans le temple, il se retira, et s’alla pendre.
6 Mais les Princes des prêtres, ayant pris l’argent, dirent : Il n’est pas permis de le mettre dans le trésor, parce que c’est le prix du sang.
7 Et s’étant consultés entre eux, ils en achetèrent le champ d’un potier, pour la sépulture des étrangers.
8 C’est pourquoi ce champ est encore aujourd’hui appelé Haceldama, c’est-à-dire le champ du sang.
9 Alors fut accompli ce qu’avoit dit le Prophète Jérémie : Ils ont reçu trente pièces d’argent, prix de celui mis à prix, suivant l’appréciation des enfants d’Israël ;
10 Et ils les ont données pour le champ d’un potier, comme me l’a ordonné le Seigneur.
11 Or, Jésus comparut devant le gouverneur, et le gouverneur l’interrogea, disant : Êtes-vous le Roi des Juifs ? Jésus lui répondit : Vous le dites.
12 Et comme les Princes des prêtres et les Anciens l’accusoient, il ne répondit rien.
13 Alors, Pilate lui dit : N’entendez-vous pas combien de choses ils disent contre vous ?
14 Mais, à tout ce qu’il lui dit, il ne répondit rien, de sorte que le gouverneur s’étonnoit grandement.
15 Au jour de la fête de Pâque, le gouverneur avoit coutume de délivrer un prisonnier, celui que le peuple vouloit.
16 Or, il y avoit alors dans la prison un insigne voleur, nommé Barabbas.
17 Les ayant donc assemblés, Pilate dit : Lequel voulez-vous que je vous délivre, Barabbas, ou Jésus, appelé Christ ?
18 Car il savoit qu’ils l’avoient livré par envie.
19 Pendant qu’il siégeoit sur son tribunal, sa femme lui envoya dire : Ne vous mêlez point de ce qui touche ce juste, car j’ai été aujourd’hui étrangement tourmentée en songe à cause de lui.
20 Mais les Princes des prêtres et les Anciens persuaderent au peuple de demander Barabbas, et de faire périr Jésus.
21 Le gouverneur donc leur dit : Lequel des deux voulez-vous que je vous délivre ? Ils lui répondirent : Barabbas.
22 Pilate leur dit : Que ferai-je donc de Jésus, appelé Christ ?
23 Tous dirent : Qu’il soit crucifié. Le gouverneur leur dit : Quel mal a-t-il fait ? Mais ils crioient encore plus, disant : Qu’il soit crucifié.
24 Pilate voyant qu’il ne gagnoit rien, mais que le tumulte alloit croissant, il prit de l’eau, et se lavant les mains devant le peuple, il dit : Je suis innocent du sang de ce juste : à vous d’en répondre.
25 Et tout le peuple dit : Que son sang soit sur nous et sur nos enfants.
26 Alors, il leur délivra Barabbas ; et, après avoir fait flageller Jésus, il le leur livra pour être crucifié.
27 Les soldats du gouverneur le menèrent dans le prétoire, et toute la cohorte s’assembla autour de lui.
28 Et, l’ayant dépouillé, ils jetèrent sur lui un manteau de pourpre ;
29 Et tressant une couronne d’épines, ils la mirent sur sa tête, et un roseau dans sa main droite ; et, fléchissant le genou devant lui, ils le railloient, disant : Salut, Roi des Juifs.
30 Et, crachant sur lui, ils prenoient le roseau, et en frappoient sa tête.
31 Après s’être ainsi joués de lui, ils lui ôtèrent le manteau, lui remirent ses vêtements, et l’emmenèrent pour le crucifier.

Crucifixion et mort de Jésus

32 Comme ils sortoient, ils trouvèrent un homme de la Cyrénaïque, nommé Simon, qu’ils contraignirent de porter sa croix.
33 Et ils vinrent au lieu appelé Golgotha, qui est le lieu du Calvaire.
34 Et ils lui donnèrent à boire du vin mêlé avec du fiel, et, l’ayant goûté, il ne le voulut pas boire.
35 Après qu’ils l’eurent crucifié, ils se partagèrent ses vêtements, en les tirant au sort ; afin que s’accomplit ce qu’avoit dit le Prophète : Ils se sont partagé mes vêtements, et ont tiré ma robe au sort.
36 Et, s’étant assis, ils le gardoient.
37 Et au-dessus de sa tête, ils mirent la cause de sa condamnation, ainsi écrite : Celui-ci EST Jésus, Roi des Juifs.
38 En ce même temps, ils crucifièrent avec lui deux voleurs, l’un à sa droite, et l’autre à sa gauche.
39 Les passants le blasphémoient, branlant la tête,
40 Et disant : Toi qui détruis le temple de Dieu, et le rebâtis en trois jours, que ne te sauves-tu toi-même ? Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix.
41 Les Princes des prêtres aussi et les Scribes et les Anciens, disoient avec moquerie :
42 Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même : S’il est le Roi d’Israël, qu’il descende maintenant de la croix, et nous croirons en lui ;
43 Il se confie en Dieu ; que maintenant Dieu le délivre, s’il l’aime ; car il a dit : Je suis le Fils de Dieu.
44 Les voleurs qu’on avoit crucifiés avec lui, lui adressoient les mêmes reproches.
45 Or, depuis la sixième heure jusqu’à la neuvième, les ténèbres couvrirent toute la terre.
46 Et, vers la neuvième heure, Jésus jeta un grand cri, disant : Éli, Éli, lamma sabacthani ? c’est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-vous délaissé ?
47 Ce qu’entendant, quelques-uns de ceux qui étoient là disoient : Il appelle Élie.
48 Et aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge qu’il emplit de vinaigre, et, la mettant au bout d’un roseau, il lui présenta à boire.
49 Les autres disoient : Attendez, voyons si Élie viendra le délivrer.
50 Mais Jésus, de nouveau jetant un grand cri, rendit l’esprit.
51 Et voilà que le voile du temple fut déchiré en deux, du haut jusqu’en bas, et la terre trembla, les pierres se brisèrent,
52 Les sépulcres s’ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui étoient endormis, se levèrent ;
53 Et sortant de leurs tombeaux, après sa résurrection, ils vinrent dans la cité sainte, et furent vus de plusieurs.
54 Le centurion et ceux qui étoient avec lui, gardant Jésus, royant le tremblement de terre, et tout ce qui se passoit, furent saisis d’une grande crainte, et dirent : Celui-ci étoit vraiment le Fils de Dieu.
55 Il y avoit là aussi, loin de la croix, plusieurs femmes qui, de la Galilée, avoient suivi Jésus pour le servir :
56 Parmi lesquelles étoit Marie-Madeleine, et Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.

Mise au tombeau du corps de Jésus

57 Sur le soir, un homme riche d’Arimathie, nommé Joseph, qui étoit, lui aussi, disciple de Jésus,
58 Vint trouver Pilate, et lui ayant demandé le corps de Jésus, Pilate commanda qu’on le lui donnât.
59 Ayant pris le corps, Joseph l’enveloppa dans un linceul blanc ;
60 Et il le déposa dans un sépulcre neuf, qu’il avoit fait creuser dans le roc, et ayant roulé une grande pierre à l’entrée du sépulcre, il s’en alla.
61 Or, Marie-Madeleine et l’autre Marie étoient là, assises près du sépulcre.
62 Le lendemain, qui étoit le jour d’après la préparation du sabbat, les Princes des prêtres et les Pharisiens s’étant assemblés, vinrent trouver Pilate,
63 Et lui dirent : Seigneur, nous nous sommes rappelés que ce séducteur, lorsqu’il vivoit encore, a dit : Après trois jours je ressusciterai.
64 Commandez donc qu’on garde le sépulcre jusqu’au troisième jour, de peur que ses disciples ne viennent dérober le corps, et ne disent au peuple : Il est ressuscité d’entre les morts ; et la dernière erreur seroit pire que la première.
65 Pilate leur dit : Vous avez des gardes ; allez, et gardez-le comme vous l’entendrez.
66 S’en allant donc, ils fermèrent soigneusement le sépulcre, en scellèrent la pierre, et y mirent des gardes.

Cette Bible est dans le domaine public.