×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Bienvenue sur levangile.com : tous les outils dont vous avez besoin pour étudier sérieusement la Bible !

Plan de lecture de la Bible en un an
Jour 261

Vous pouvez suivre ici chaque jour un plan de lecture de la Bible sur un an, vous permettant d'enrichir votre méditation quotidienne.
Cliquez simplement sur les chapitres ci-dessous pour les lire chaque jour.

Puissance de Dieu et inconsistance des idoles
1 Îles, faites silence pour m’écouter !
Que les peuples renouvellent leur force,
Qu’ils avancent et qu’ils parlent !
Comparaissons ensemble pour le jugement. 2 Qui a suscité de l’orient
Celui que la justice appelle à sa suite ?
Qui lui a livré les nations
Et assujetti des rois ?
Son épée les réduit en poussière
Et son arc en un chaume qui s’éparpille ! 3 Il les poursuit, il passe sans être atteint,
Ses pieds ne touchent pas le sol. 4 Qui a fait et exécuté (ces choses) ?
C’est celui qui convoque
Les générations dès le commencement,
Moi l’Éternel qui suis le premier
Et qui serai encore avec les derniers. 5 Les îles le voient et sont dans la crainte.
Les extrémités de la terre tremblent :
Ils s’approchent, ils viennent. 6 Ils s’aident l’un l’autre,
Et chacun dit à son frère : Courage ! 7 L’artisan encourage le fondateur ;
Celui qui polit au marteau
(Encourage) celui qui frappe sur l’enclume ;
Il dit de la soudure : Elle est bonne !
Et il fixe (l’idole) avec des clous,
Pour qu’elle ne branle pas. 8 Mais toi, Israël, mon serviteur,
Jacob, que j’ai choisi,
Race d’Abraham, mon ami ! 9 Toi, que j’ai saisi des extrémités de la terre
Et que j’ai appelé de ses confins,
À qui j’ai dit :
Tu es mon serviteur,
Je te choisis
Et ne te rejette pas ! 10 Sois sans crainte,
Car je suis avec toi ;
N’ouvre pas des yeux inquiets,
Car je suis ton Dieu ;
Je te fortifie,
Je viens à ton secours,
Je te soutiens de ma droite victorieuse. 11 Voici qu’ils seront couverts de honte et de confusion,
Tous ceux qui sont irrités contre toi ;
Ils seront réduits à rien, ils périront,
Ceux qui disputent contre toi. 12 Tu les chercheras et ne les trouveras plus,
Ceux qui te suscitaient querelle ;
Ils seront réduits à rien, au néant,
Ceux qui te faisaient la guerre. 13 Car je suis l’Éternel, ton Dieu,
Qui saisit ta main,
Qui te dis : Sois sans crainte,
Je viens à ton secours. 14 Sois sans crainte, vermisseau de Jacob,
Faibles mortels d’Israël ;
Je viens à ton secours,
— Oracle de l’Éternel,
Ton rédempteur, le Saint d’Israël. 15 Voici que je fais de toi
Un traîneau aigu, tout neuf,
Garni de pointes ;
Tu écraseras, tu broieras les montagnes
Et tu rendras les collines semblables à de la menue paille, 16 Tu les vanneras,
Le vent les emportera,
Et un tourbillon les dispersera.
Mais toi, tu te réjouiras en l’Éternel,
Tu te glorifieras dans le Saint d’Israël. 17 Les malheureux et les pauvres
Cherchent de l’eau, et il n’y en a point ;
Leur langue est desséchée par la soif.
Moi, l’Éternel, je les exaucerai ;
(Moi), le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas. 18 Je ferai jaillir des fleuves sur les dunes
Et des sources au milieu des vallées ;
Je changerai le désert en étang
Et la terre aride en courants d’eau ; 19 Je mettrai dans le désert le cèdre, l’acacia,
Le myrte et l’olivier ;
Je placerai dans la steppe
Le cyprès, l’orme et le buis, tous ensemble ; 20 Afin qu’ils voient, qu’ils reconnaissent,
Qu’ils observent et comprennent ensemble
Que la main de l’Éternel a fait ces choses,
Que le Saint d’Israël les a créées. 21 Présentez votre cause,
Dit l’Éternel ;
Produisez vos preuves,
Dit le roi de Jacob. 22 Qu’ils les produisent.
Et qu’ils nous annoncent
Ce qui doit arriver.
Les événements du début,
Déclarez-nous ce qu’ils ont été,
Et nous y prêterons attention
Pour en connaître la suite ;
Ou bien, faites-nous entendre l’avenir. 23 Annoncez les événements derniers,
Et nous saurons que vous êtes des dieux ;
Faites seulement quelque chose de bien ou de mal,
Pour que nous ouvrions les yeux
Et qu’ensemble nous le voyions. 24 Voici : vous êtes moins que rien,
Et votre œuvre est moins connue que le néant ;
C’est une horreur que de vous choisir. 25 Je l’ai suscité du nord,
Et il est venu de l’orient,
Il invoque mon nom ;
Il piétine les dirigeants comme de la boue,
Comme de l’argile que foule un potier. 26 Qui l’a annoncé dès le commencement,
Pour que nous le reconnaissions,
Et (longtemps) d’avance,
Pour que nous disions : C’est juste ?
Nul ne l’annonce,
Nul ne le fait entendre
Et personne n’entend vos paroles. 27 Le premier (arrivé) à Sion (dit) :
Voici, les voici !
À Jérusalem, je donne un messager de bonheur. 28 Je regarde, et il n’y a personne,
Personne parmi eux qui donne un avis
Et qui puisse répondre quelque chose si je l’interroge. 29 Voici qu’ils ne sont tous qu’un rien,
Leurs œuvres ne sont que néant,
Leurs idoles du vent et du vide.
Le serviteur de l’Éternel
1 Voici mon serviteur auquel je tiens fermement,
Mon élu, en qui mon âme se complaît.
J’ai mis mon Esprit sur lui ;
Il révélera le droit aux nations. 2 Il ne criera pas,
Il n’élèvera pas la voix
Et ne la fera pas entendre dans les rues. 3 Il ne brisera pas le roseau broyé
Et il n’éteindra pas la mèche qui faiblit ;
Il révélera le droit selon la vérité. 4 Il ne faiblira pas
Ni ne s’esquivera,
Jusqu’à ce qu’il ait établi le droit sur la terre,
Et que les îles s’attendent à sa loi. 5 Ainsi parle Dieu, l’Éternel,
Qui a créé les cieux et qui les déploie,
Qui étend la terre et ses productions,
Qui donne la respiration à ceux qui la peuplent
Et le souffle à ceux qui la parcourent. 6 Moi, l’Éternel, je t’ai appelé pour la justice
Et je te prends par la main,
Je te protège et je t’établis
Pour (faire) alliance avec le peuple,
Pour être la lumière des nations, 7 Pour ouvrir les yeux des aveugles,
Pour faire sortir de prison le captif
Et de leur cachot les habitants des ténèbres. 8 Je suis l’Éternel, c’est là mon nom ;
Et je ne donnerai pas ma gloire à un autre
Ni mon honneur aux statues. 9 Voici que les premiers événements se sont accomplis
Et je vous en annonce de nouveaux ;
Avant qu’ils ne soient en germe,
Je vous les laisse entendre. 10 Chantez à l’Éternel un cantique nouveau,
Sa louange depuis le bout du monde,
Vous qui voguez sur la mer
Et vous qui la remplissez,
Les îles et leurs habitants ! 11 Que le désert et ses villes élèvent la voix,
Ainsi que les villages où habite Qédar !
Que les habitants de Séla éclatent en acclamations !
Que du sommet des montagnes retentissent des cris de joie ! 12 Qu’on rende gloire à l’Éternel
Et que dans les îles on publie sa louange ! 13 L’Éternel sort comme un héros,
Il excite son zèle comme un homme de guerre ;
Il lance la clameur, il jette des cris,
Il triomphe de ses ennemis. 14 J’ai longtemps gardé le silence,
Je me tais, je me contiens ;
Je gémis comme une femme en travail,
Je suis haletant et je souffle tout à la fois. 15 Je dévasterai montagnes et collines
Et j’en dessécherai toute la verdure ;
Je changerai les fleuves en îles
Et je dessécherai les étangs. 16 Je ferai marcher les aveugles
Sur un chemin qu’ils ne connaissaient pas,
Je les conduirai par des sentiers qu’ils ignoraient ;
Je changerai devant eux les ténèbres en lumière
Et les endroits tortueux en terrain plat ;
C’est bien cela que je ferai
Et je ne les abandonnerai pas. 17 Ils reculeront, ils seront confondus de honte,
Ceux qui se fient aux statues,
Ceux qui disent au métal fondu :
Vous êtes nos dieux ! 18 Sourds, écoutez !
Aveugles, regardez et voyez ! 19 Qui est aveugle, sinon mon serviteur,
Et sourd comme mon messager que j’envoie ?
Qui est aveugle, comme celui qui a trouvé la paix,
Aveugle comme le serviteur de l’Éternel ? 20 Tu as vu beaucoup de choses,
Mais tu n’y as pas pris garde ;
On a ouvert les oreilles,
Mais on n’a pas entendu. 21 L’Éternel a voulu, à cause de sa justice,
Rendre la loi grande et magnifique. 22 Et c’est un peuple pillé et dépouillé !
On les a tous pris au piège dans des fosses,
Dissimulés dans des cachots ;
Ils ont été mis au pillage,
Et personne qui les délivre !
Dépouillés, et personne qui dise :
Restitue ! 23 Qui parmi vous prêtera l’oreille à ces choses ?
Qui voudra s’y rendre attentif pour écouter à l’avenir ? 24 Qui a livré Jacob à ceux qui dépouillent
Et Israël aux pillards ?
N’est-ce pas l’Éternel,
Contre qui nous avons péché ?
Ils n’ont pas voulu marcher dans ses voies
Et ils n’ont pas écouté sa loi. 25 Aussi a-t-il versé sur Israël
L’ardeur de sa colère
Et la violence de la guerre ;
Celle-ci l’a embrasé de toutes parts,
Et il n’a rien voulu reconnaître ;
Elle l’a consumé,
Et il n’a pas pris la chose à cœur.
Guérison d’un esclave à Capernaüm
1 Après avoir achevé tous ces discours au peuple qui l’écoutait, Jésus entra à Capernaüm. 2 Un centenier avait un serviteur malade qui était sur le point de mourir et qui lui était très cher. 3 Il entendit parler de Jésus et lui envoya quelques anciens des Juifs, pour lui demander de venir sauver son serviteur. 4 Ils arrivèrent auprès de Jésus et le supplièrent d’une manière pressante en disant : Il est digne que tu lui accordes cela. 5 car il aime notre nation, et c’est lui qui a bâti notre synagogue. 6 Jésus s’en allait avec eux et n’était guère éloigné de la maison, quand le centenier envoya des amis pour lui dire : Seigneur, ne prends pas tant de peine, car je ne mérite pas que tu entres sous mon toit. 7 C’est aussi pour cela que je ne me suis pas (cru) digne d’aller en personne vers toi. Mais dis un mot, et mon serviteur sera guéri. 8 Car, moi qui suis soumis à une autorité (supérieure), j’ai des soldats sous mes ordres ; et je dis à l’un : Va ! et il va ; à l’autre : Viens ! et il vient ; et à mon serviteur : Fais cela ! et il le fait. 9 Lorsque Jésus entendit ces paroles, il admira le centenier, se tourna vers la foule qui le suivait et dit : Je vous le dis, même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi. 10 De retour à la maison, les envoyés trouvèrent en bonne santé le serviteur [qui avait été malade].
Résurrection à Naïn
11 Or il se rendit le jour suivant dans une ville appelée Naïn ; ses disciples et une foule nombreuse faisaient route avec lui. 12 Lorsqu’il fut près de la porte de la ville, voici qu’on portait en terre un mort, fils unique de sa mère, qui était veuve ; et il y avait avec elle une foule considérable de la ville. 13 Le Seigneur la vit, eut compassion d’elle et lui dit : Ne pleure pas 14 Il s’approcha et toucha le cercueil. Ceux qui le portaient s’arrêtèrent. Il dit : Jeune homme, je te le dis, lève-toi 15 Et le mort s’assit et se mit à parler. Jésus le rendit à sa mère. 16 Tous furent saisis de crainte ; ils glorifiaient Dieu et disaient : Un grand prophète s’est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple. 17 Cette parole se répandit à son sujet dans la Judée tout entière et dans tous les environs.
Jean-Baptiste vu par Jésus
18 Les disciples de Jean lui annoncèrent tout cela. 19 Jean appela deux de ses disciples et les envoya vers le Seigneur, pour lui dire : Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre 20 Arrivés auprès de lui, ces hommes dirent : Jean-Baptiste nous a envoyés vers toi, pour dire : Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre 21 À l’heure même, Jésus guérit plusieurs personnes de maladies, d’infirmités et d’esprits mauvais, et il rendit la vue à de nombreux aveugles. 22 Et il leur répondit : Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles recouvrent la vue, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. 23 Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute ! 24 Après le départ des messagers de Jean, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : Qu’êtes-vous allés contempler au désert ? un roseau agité par le vent 25 Mais qu’êtes-vous allés voir ? un homme vêtu d’habits somptueux ? Voici, ceux qui portent des habits magnifiques et qui vivent dans le luxe sont dans les palais royaux. 26 Qu’êtes-vous donc allés voir ? un prophète ? Oui, vous dis-je, et plus qu’un prophète. 27 C’est lui dont il est écrit : Voici, j’envoie devant toi mon messager
Pour préparer ton chemin devant toi.
28 Je vous le dis, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’y en a pas de plus grand que Jean. Cependant, le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui. 29 Tout le peuple qui l’a entendu et les péagers ont justifié Dieu, en se faisant baptiser du baptême de Jean 30 mais les Pharisiens et les docteurs de la loi, en ne se faisant pas baptiser par lui, ont rejeté le dessein de Dieu à leur égard. 31 À qui donc comparerai-je les hommes de cette génération, et à qui ressemblent-ils 32 Ils ressemblent aux enfants assis sur la place publique, qui s’appellent les uns les autres et disent : Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé ;
Nous avons chanté des complaintes, et vous n’avez pas pleuré. 33 Car Jean-Baptiste est venu, il ne mangeait pas de pain et ne buvait pas de vin, et vous dites : Il a un démon. 34 Le Fils de l’homme est venu, mangeant et buvant, et vous dites : C’est un homme qui fait bonne chère et un buveur de vin, un ami des péagers et des pécheurs. 35 Mais la sagesse a été justifiée par tous ses enfants.
Une femme verse du parfum sur Jésus
36 Un des Pharisiens pria Jésus de manger avec lui. Jésus entra dans la maison du Pharisien et se mit à table. 37 Et voici qu’une femme pécheresse, qui était dans la ville, sut qu’il était à table dans la maison du Pharisien ; elle apporta un vase d’albâtre plein de parfu. 38 et se tint derrière à ses pieds. Elle pleurait et se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus, puis elle les essuyait avec ses cheveux, les embrassait et répandait sur eux du parfum. 39 À cette vue, le Pharisien qui l’avait invité dit en lui-même : Si cet homme était prophète, il saurait qui est la femme qui le touche et ce qu’elle est : une pécheresse. 40 Jésus prit la parole et lui dit : Simon, j’ai quelque chose à te dire. — Maître, parle, répondit-il. 41 Un créancier avait deux débiteurs ; l’un devait cinq cents deniers et l’autre cinquante. 42 Comme ils n’avaient pas de quoi payer, il leur fit grâce de leur dette à tous deux. Lequel l’aimera le plus 43 Simon répondit : Celui, je suppose, auquel il a fait grâce de la plus grosse somme. Jésus lui dit : Tu as bien jugé. 44 Puis il se tourna vers la femme et dit à Simon : Vois-tu cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as pas donné d’eau pour mes pieds ; mais elle, elle a mouillé mes pieds de ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux. 45 Tu ne m’as pas donné de baiser, mais elle, depuis que je suis entré, elle n’a pas cessé de me baiser les pieds. 46 Tu n’as pas répandu d’huile sur ma tête ; mais elle, elle a répandu du parfum sur mes pieds. 47 C’est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés sont pardonnés, puisqu’elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui l’on pardonne peu aime peu. 48 Et il dit à la femme : Tes péchés sont pardonnés. 49 Ceux qui étaient à table avec lui se mirent à dire en eux-mêmes : Qui est celui-ci, qui pardonne même les péchés. 50 Mais il dit à la femme : Ta foi t’a sauvée, va en paix.
1 Ensuite, Jésus allait de ville en ville et de village en village ; il prêchait et annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu. 2 Les douze étaient avec lui, et quelques femmes qui avaient été guéries d’esprits mauvais et de maladies : Marie, appelée Madeleine, de qui étaient sortis sept démons. 3 Jeanne, femme de Chuza, intendant d’Hérode, Suzanne, et plusieurs autres qui les assistaient de leurs biens.
Le semeur et les terrains
4 Une grande foule s’assembla, et des gens de diverses villes vinrent auprès de lui. Il dit cette parabole : 5 Le semeur sortit pour semer sa semence. Comme il semait, une partie (de la semence) tomba le long du chemin : elle fut foulée aux pieds, et les oiseaux du ciel la mangèrent. 6 Une autre partie tomba sur le roc ; quand elle poussa, elle sécha, parce qu’elle n’avait pas d’humidité. 7 Une autre partie tomba au milieu des épines ; les épines poussèrent avec elle et l’étouffèrent. 8 Une autre partie tomba dans la bonne terre ; quand elle poussa, elle donna du fruit au centuple. En disant cela, il s’écria : Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ! 9 Ses disciples lui demandèrent ce que signifiait cette parabole. 10 Il répondit : Il vous a été donné de connaître les mystères du royaume de Dieu ; mais pour les autres, cela leur est dit en paraboles, afin qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils ne comprennent point. 11 Voici ce que signifie cette parabole : La semence, c’est la parole de Dieu. 12 Ceux qui sont le long du chemin, ce sont ceux qui entendent ; puis le diable vient et enlève de leur cœur la parole afin qu’ils ne croient pas et ne soient pas sauvés. 13 Ceux qui sont sur le roc, ce sont ceux qui, lorsqu’ils entendent la parole, la reçoivent avec joie ; mais ils n’ont pas de racine, ils croient pour un temps et au moment de l’épreuve ils se retirent. 14 Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, après avoir entendu la parole, s’en vont, sont étouffés par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, et ne donnent pas de fruits mûrs. 15 Ce qui est dans la bonne terre, ce sont ceux qui entendent la parole avec un cœur bon et honnête, la retiennent et portent du fruit par la persévérance. 16 Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un objet, ou ne la met sous un lit ; mais il la met sur un chandelier, afin que ceux qui entrent voient la lumière. 17 Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive venir au grand jour. 18 Prenez donc garde à la manière dont vous écoutez ; car on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il pense avoir. 19 La mère et les frères de Jésus se présentèrent mais ils ne purent l’aborder à cause de la foule. 20 On l’en informa : Ta mère et tes frères sont dehors et veulent te voir. 21 Mais il leur répondit : Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique.
Jésus, plus fort que la nature et les démons
22 Un jour, Jésus monta dans une barque avec ses disciples. Il leur dit : Passons sur l’autre rive du lac. Et ils partirent. 23 Pendant qu’ils naviguaient, Jésus s’endormit. Une bourrasque fondit sur le lac, la barque se remplissait (d’eau), et ils étaient en danger. 24 Ils s’approchèrent et le réveillèrent, en disant : Maître, maître, nous périssons ! Il se réveilla, menaça le vent et les flots qui s’apaisèrent, et le calme se fit. 25 Puis il leur dit : Où est votre foi ? Saisis de crainte et d’admiration, ils se dirent les uns aux autres : Quel est donc celui-ci ? Car il commande même au vent et à l’eau, et ils lui obéissent. 26 Ils abordèrent dans le pays des Géraséniens, qui est vis-à-vis de la Galilée. 27 Lorsque Jésus fut descendu à terre, il vint au-devant de lui un homme de la ville, qui avait en lui plusieurs démons. Depuis assez longtemps, il ne portait pas de vêtement et il ne demeurait pas dans une maison, mais parmi les tombes. 28 Voyant Jésus, il poussa un cri, tomba à ses pieds et dit d’une voix forte : Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’en supplie, ne me tourmente pas. 29 Car Jésus commandait à l’esprit impur de sortir de cet homme, dont il s’était emparé depuis longtemps ; on le gardait lié de chaînes, et les fers aux pieds, mais il rompait ses liens et était poussé par le démon dans les déserts. 30 Jésus lui demanda : Quel est ton nom ? Légion, répondit-il. Car plusieurs démons étaient entrés en lui. 31 Et ils suppliaient Jésus pour qu’il ne leur ordonne pas d’aller dans l’abîme. 32 Il y avait là un troupeau considérable de pourceaux qui paissaient sur la montagne. Et les démons suppliaient Jésus pour qu’il leur permette d’entrer dans ces pourceaux. Il le leur permit. 33 Les démons sortirent de cet homme, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se précipita du haut de l’escarpement dans le lac et se noya. 34 Ceux qui les faisaient paître, en voyant ce qui était arrivé, s’enfuirent et répandirent la nouvelle dans la ville et dans les campagnes. 35 Les gens allèrent voir ce qui était arrivé. Ils vinrent auprès de Jésus, et ils trouvèrent l’homme de qui étaient sortis les démons, assis à ses pieds, vêtu et dans son bon sens, et ils furent saisis de crainte. 36 Ceux qui avaient vu ce qui s’était passé leur racontèrent comment le démoniaque avait été délivré. 37 En foule, tous ceux de la région des Géraséniens demandèrent à Jésus de s’éloigner d’eux, car ils étaient saisis d’une grande crainte.
Jésus monta dans la barque et s’en retourna. 38 L’homme de qui étaient sortis les démons lui demandait instamment de pouvoir rester avec lui. Mais Jésus le renvoya en disant 39 Retourne dans ta maison et raconte tout ce que Dieu t’a fait. Il s’en alla et publia par toute la ville tout ce que Jésus avait fait pour lui.
Guérison d’une femme et résurrection d’une fillette
40 À son retour, Jésus fut reçu par la foule car tous l’attendaient. 41 Et voici qu’il vint un homme, du nom de Jaïrus, qui était chef de la synagogue. Et se jetant à ses pieds il suppliait Jésus d’entrer dans sa maison. 42 car il avait une fille unique d’environ douze ans, qui se mourait. Pendant que Jésus y allait, il était pressé par la foule. 43 Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans, [qui avait dépensé tout son bien chez les médecins] et qui n’avait pu être guérie par personne. 44 Elle s’approcha par derrière et toucha la frange du vêtement de Jésus. À l’instant la perte de sang s’arrêta. 45 Et Jésus dit : Qui m’a touché ? Comme tous s’en défendaient, Pierre dit : Maître, la foule t’entoure et te presse 46 Mais Jésus répondit : Quelqu’un m’a touché, car je sais qu’une force est sortie de moi. 47 La femme, se voyant découverte, vint toute tremblante se jeter à ses pieds, et déclara devant tout le peuple pourquoi elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie à l’instant. 48 Jésus lui dit : Ma fille, ta foi t’a sauvée ; va en paix. 49 Il parlait encore, lorsque survint de chez le chef de la synagogue quelqu’un qui disait : Ta fille est morte ; n’importune plus le maître. 50 Mais Jésus, qui avait entendu cela, dit au chef de la synagogue : Sois sans crainte, crois seulement, et elle sera sauvée. 51 Lorsqu’il fut arrivé à la maison, il ne permit à personne d’entrer avec lui, si ce n’est à Pierre, à Jean et à Jacques, et au père et à la mère de l’enfant. 52 Tous pleuraient et se lamentaient sur elle. Alors Jésus dit : Ne pleurez pas ; elle n’est pas morte, mais elle dort. 53 Et ils se moquaient de lui, sachant qu’elle était morte. 54 Mais il la saisit par la main et dit d’une voix forte : Enfant, lève-toi. 55 Son esprit revint en elle, à l’instant elle se leva, et Jésus ordonna de lui donner à manger. 56 Les parents de la jeune fille furent étonnés, et il leur recommanda de ne dire à personne ce qui était arrivé.

Les trésors de la foi

« Il dit, touchant Benjamin : Celui que l’Éternel aime habitera sûrement avec lui ; il le couvrira tout le jour, et il se tiendra entre ses bras. »

Méditation quotidienne

Rien ne donne une sécurité plus grande que d’habiter près de Dieu. Le Seigneur ne peut donner à ses bien-aimés de place plus sûre que celle-là. Accorde-moi, mon Sauveur, de demeurer continuellement sous ton ombre, près de ton sein percé. Je voudrais m’approcher toujours plus de toi, et quand je serai tout à fait près, y demeurer à toujours ! Qu’il sait bien les couvrir, ceux qu’il a élu ! Ce n’est ni un toit élevé, ni un rempart à l’épreuve du feu, ni même l’aile d’un ange, mais l’Éternel lui-même qui les abrite. Rien ne peut alors nous atteindre. Cette protection, Dieu nous l’accorde chaque jour, pendant toute sa durée. Seigneur, je veux habiter perpétuellement sous ce dôme d’amour, sous ce pavillon de ta toute-puissance.

La troisième déclaration signifie-t-elle que le Seigneur établira son temple dans les montagnes de Benjamin, ou qu’il sera là, prêt à recevoir sur son épaule ses fardeaux, ou bien encore que nous serons portés sur les épaules de l’Éternel ? De toute manière nous voyons que le Seigneur est le soutien et la force de son peuple. Fais, mon Dieu, que je profite constamment de ton secours, et la force de ton bras me suffira.

Charles Spurgeon

Tout pour qu’Il règne !

Les tentations de Jésus et les nôtres

Nous n’avons pas soi grand prêtre incapable de compatir à nos faiblesses, puisqu’il a eu part à toutes nos épreuves… mais non pas au péché.

Jusqu’à la nouvelle naissance, la seule espèce de tentation que nous puissions connaître est celle que définit saint Jacques : « Chacun est tenté par sa propre convoitise, qui l’entraîne et le séduit ». Mais par la régénération nous sommes transportés sur un tout autre plan, où nous trouvons des tentations toutes nouvelles, celles même que Jésus affronta. Tant que nous ne sommes pas nés de nouveau, tant que nous ne sommes pas devenus les frères de Jésus, ses tentations et les nôtres n’ont rien de commun. Car les tentations de Jésus ne sont pas celles d’un homme ordinaire, mais celles du Fils de Dieu dans son humanité. Une fois régénérés, Satan ne peut plus user envers nous de tentations grossières. Il nous tente pour nous faire perdre ce que Dieu a mis en nous dans la nouvelle naissance, pour nous rendre inutilisables au service de Dieu. Il ne nous tenta pas pour nous faire tomber dans le péché, mais pour nous faire changer d’attitude à l’égard de Dieu, et c’est là une tentation si subtile que l’Esprit de Dieu peut seul la discerner.

La tentation ainsi comprise, c’est en somme la mise à l’épreuve, par une puissance adverse, d’une âme riche en trésors spirituels. C’est ce qui nous permet de comprendre la tentation de notre Seigneur. Jésus, à son baptême, ayant accepté la mission de se charger des péchés du monde, l’Esprit de Dieu le mit à l’épreuve, en le laissant tenter par l’Adversaire. Mais il en triompha, sans défaillir. Il traversa la tentation « sans aucun péché », et garda intacts tous ses trésors spirituels.

Oswald Chambers