×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Bienvenue sur levangile.com : tous les outils dont vous avez besoin pour étudier sérieusement la Bible !

Plan de lecture de la Bible en un an
Jour 216

Vous pouvez suivre ici chaque jour un plan de lecture de la Bible sur un an, vous permettant d'enrichir votre méditation quotidienne.
Cliquez simplement sur les chapitres ci-dessous pour les lire chaque jour.

Les bienfaits de la sagesse
1 Mon fils, si tu reçois mes paroles,
Et si tu retiens en toi mes commandements, 2 Si tu prêtes une oreille attentive à la sagesse,
Et si tu inclines ton cœur à la raison ; 3 Oui, si tu appelles l’intelligence,
Et si tu élèves ta voix vers la raison, 4 Si tu la cherches comme l’argent,
Si tu la recherches avec soin comme des trésors, 5 Alors tu comprendras la crainte de l’Éternel
Et tu trouveras la connaissance de Dieu. 6 Car l’Éternel donne la sagesse ;
De sa bouche (sortent) la connaissance et la raison ; 7 Il tient en réserve des ressources pour les hommes droits,
Un bouclier pour ceux qui marchent dans l’intégrité, 8 En protégeant les sentiers de l’équité
Et en gardant la voie de ses fidèles. 9 Alors tu comprendras la justice, l’équité,
La droiture, toutes les routes (qui mènent) au bien. 10 Car la sagesse viendra dans ton cœur,
Et la connaissance fera les délices de ton âme, 11 La réflexion te gardera,
La raison te protégera 12 Pour te délivrer de la voie du mal,
De l’homme qui tient des discours pervers, 13 De ceux qui abandonnent les sentiers de la droiture
Pour marcher dans des chemins ténébreux, 14 Qui se réjouissent de faire le mal,
Qui mettent leur allégresse dans la perversité, 15 Eux dont les sentiers sont détournés
Et les routes tortueuses ; 16 Pour te délivrer de la courtisane,
De l’étrangère aux paroles doucereuses, 17 Qui abandonne l’ami de sa jeunesse,
Et qui oublie l’alliance de son Dieu ; 18 Car sa maison penche vers la mort,
Et ses routes mènent chez les défunts : 19 Aucun de ceux qui vont à elle ne revient
Et ne retrouve les sentiers de la vie. 20 Ainsi tu marcheras dans la voie des gens de bien,
Tu garderas les sentiers des justes. 21 Car les hommes droits demeureront dans le pays.
Les hommes intègres y subsisteront ; 22 Mais les méchants seront retranchés du pays,
Les infidèles en seront arrachés.
1 Mon fils, n’oublie pas mon enseignement,
Et que ton cœur garde mes commandements ; 2 Car ils augmenteront la durée de tes jours,
Les années de ta vie et ta paix. 3 Que la loyauté et la vérité ne t’abandonnent pas ;
Lie-les à ton cou, écris-les sur la table de ton cœur. 4 Tu acquerras ainsi grâce et bon sens,
Aux yeux de Dieu et des humains. 5 Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur,
Et ne t’appuie pas sur ton intelligence ; 6 Reconnais-le dans toutes tes voies,
Et c’est lui qui aplanira tes sentiers. 7 Ne sois pas sage à tes propres yeux,
Crains l’Éternel, écarte-toi du mal : 8 Ce sera la santé pour ton corps
Et un rafraîchissement pour tes os. 9 Honore l’Éternel avec tes biens
Et avec les prémices de tout ton revenu : 10 Alors tes greniers seront abondamment remplis,
Et tes cuves regorgeront de vin nouveau. 11 Ne méprise pas, mon fils, la correction de l’Éternel
Et ne t’effraie pas de sa réprimande ; 12 Car l’Éternel réprimande celui qu’il aime,
Comme un père l’enfant qu’il chérit. 13 Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse,
Et l’homme qui devient raisonnable ! 14 Car le gain qu’elle procure est préférable au gain de l’argent,
Et son revenu vaut mieux que l’or ; 15 Elle est plus précieuse que les perles,
Et tous les objets de tes désirs n’ont pas sa valeur. 16 Dans sa droite est une longue vie ;
Dans sa gauche, la richesse et la gloire. 17 Ses voies sont des voies agréables,
Et tous ses sentiers (apportent) la paix. 18 Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent,
Et ceux qui la retiennent sont heureux. 19 C’est avec sagesse que l’Éternel a fondé la terre,
C’est avec intelligence qu’il a affermi les cieux ; 20 C’est par sa science que les abîmes se sont ouverts,
Et que les nuages distillent la rosée. 21 Mon fils, garde, sans qu’elles s’éloignent de tes yeux,
La raison et la réflexion : 22 Elles seront la vie de ton âme
Et la grâce de ton cou. 23 Alors tu marcheras avec assurance dans ton chemin,
Et ton pied ne butera pas. 24 Si tu te couches, tu ne seras pas terrifié ;
Et quand tu seras couché, ton sommeil sera doux. 25 Ne redoute ni une terreur soudaine,
Ni l’attaque de la part des méchants quand elle arrive ; 26 Car l’Éternel sera ton assurance
Et il préservera ton pied de tout piège. 27 Ne refuse pas un bienfait à ceux qui y ont droit,
Quand tu as le pouvoir de l’accorder. 28 Ne dis pas à ton prochain : Va et reviens,
Demain je donnerai ! quand tu as de quoi (donner). 29 Ne médite pas le malheur contre ton prochain,
Lorsqu’il demeure tranquillement près de toi. 30 Ne conteste pas sans motif avec un homme,
Lorsqu’il ne t’a causé aucun malheur. 31 Ne sois pas jaloux de l’homme violent,
Et ne choisis aucune de ses voies. 32 Car l’Éternel a horreur de l’homme pervers,
Mais son intimité est pour les (hommes) droits ; 33 La malédiction de l’Éternel est dans la maison du méchant,
Mais il bénit le séjour des justes ; 34 Quant aux moqueurs, il s’en moque,
Mais il fait grâce aux humbles ; 35 Les sages hériteront de la gloire,
Mais les insensés du plus grand mépris.
1 D’où viennent les luttes, et d’où viennent les querelles parmi vous, sinon de vos passions, qui guerroient dans vos membres 2 Vous convoitez et vous ne possédez pas ; vous êtes meurtriers et envieux, sans (rien) pouvoir obtenir ; vous avez des querelles et des luttes, et vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas. 3 Vous demandez et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, afin de (tout) dépenser pour vos passions. 4 Adultères ! Ne savez-vous pas que l’amour du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. 5 Croyez-vous que l’Écriture dise en vain : Dieu aime jusqu’à la jalousie l’Esprit qu’il a fait habiter en vous 6 Mais il donne une grâce supérieure, puisqu’elle dit : Dieu résiste aux orgueilleux,
Mais il donne sa grâce aux humbles.
7 Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous. 8 Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Purifiez vos mains, pécheurs, et nettoyez vos cœurs, âmes partagées. 9 Reconnaissez votre misère, menez deuil, pleurez ; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse. 10 Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera. 11 Ne médisez pas les uns des autres, frères. Celui qui médit d’un frère ou qui juge son frère, médit de la loi et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n’en es pas l’observateur, mais le juge. 12 Un seul est législateur et juge, celui qui peut sauver et perdre ; mais toi, qui es-tu, qui juges le prochain ?
Avertissement aux riches
13 À vous maintenant qui dites : Aujourd’hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous y ferons des affaires et nous réaliserons un gain 14 Vous qui ne savez pas ce que votre vie sera demain ! Vous êtes une vapeur qui paraît pour un peu de temps, et qui ensuite disparaît. 15 Vous devriez dire au contraire : Si le Seigneur le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela. 16 Mais maintenant vous vous glorifiez dans votre présomption. Toute gloriole de ce genre est mauvaise. 17 Si quelqu’un sait faire le bien et ne le fait pas, il commet un péché.
1 À vous maintenant, les riches ! Pleurez à grands cris à cause des malheurs qui viendront sur vous 2 Votre richesse est pourrie, vos vêtements sont mités. 3 Votre or et votre argent sont rouillés ; et leur rouille s’élèvera en témoignage contre vous et dévorera votre chair comme un feu. Vous avez amassé des trésors dans ces jours qui sont les derniers 4 Voici : le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les clameurs des moissonneurs sont parvenues jusqu’aux oreilles du Seigneur des armées. 5 Vous avez vécu dans les voluptés et dans le luxe, vous avez rassasié vos cœurs au jour du carnage. 6 Vous avez condamné, vous avez tué le juste ; il ne vous résiste pas.
Appel à la patience et à la foi
7 Prenez donc patience, frères, jusqu’à l’avènement du Seigneur. Voici que le laboureur attend le précieux fruit de la terre, plein de patience à son égard, jusqu’à ce qu’il ait reçu les pluies de la première et de l’arrière saison. 8 Vous aussi prenez patience, affermissez vos cœurs, car l’avènement du Seigneur est proche. 9 Ne vous plaignez pas les uns des autres, frères, afin que vous ne soyez pas jugés ; voici que le juge se tient devant la porte. 10 Prenez, mes frères, pour modèles de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. 11 Voici : nous disons bienheureux ceux qui ont tenu ferme. Vous avez entendu parler de la fermeté de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de compassion et de miséricorde. 12 Avant tout, mes frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment. Mais que votre oui soit oui, et que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement. 13 Quelqu’un parmi vous est-il dans la souffrance ? Qu’il prie. Quelqu’un est-il dans la joie ? Qu’il chante des cantiques. 14 Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les anciens de l’Église, et que ceux-ci prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur 15 la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné. 16 Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière agissante du juste a une grande efficacité. 17 Élie était un homme de même nature que nous : il pria avec instance pour qu’il ne pleuve pas, et il ne tomba pas de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois. 18 Puis il pria de nouveau ; alors le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit. 19 Mes frères, si quelqu’un parmi vous s’est égaré loin de la vérité, et qu’un autre l’y ramène. 20 sachez que celui qui ramène un pécheur de la voie où il s’était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés.

Les trésors de la foi

« L’Éternel te bénisse et te garde. »

Méditation quotidienne

Cette bénédiction de souverain sacrificateur est en elle-même une promesse. Cette que notre grand Sacrificateur prononce sur nous doit sûrement avoir son effet, car il parle selon les oracles de Dieu. Quelle joie d’être sous la bénédiction divine ! Cela donne un parfum délicieux à toutes choses. Si nous sommes bénis, tous nos biens et toutes nos joies sont bénis ; nos pertes et nos croix, et nos désappointements mêmes le seront aussi. La bénédiction de Dieu est profonde, réelle, effective. Celle d’un homme peut consister en paroles uniquement ; mais la bénédiction de l’Éternel enrichit et sanctifie. Le vœu le plus désirable que nous puissions faire à notre meilleur ami n’est pas : « Bonheur et prospérité, » mais : « Que l’Éternel te bénisse. »

Quelle excellente chose c’est encore que d’être sous la garde de Dieu ; gardé par lui, gardé près de lui. Ils sont bien gardés ceux que Dieu garde : ils sont préservés du mal et réservés pour une félicité infinie. La garde de Dieu accompagne sa bénédiction, afin de l’établir et de l’affermir. Le vœu de l’auteur de ce petit livre est que tous ceux qui liront ces lignes soient mis au bénéfice de cette riche bénédiction et placés sous cette sûre garde.

Charles Spurgeon

Tout pour qu’Il règne !

Compagnons de Dieu

Jésus prit les douze auprès de lui.

Comment Dieu ose-t-il se fier à nous ? " Il a manqué de sagesse en me choisissant, dites-vous, je n’ai aucune valeur ". C’est justement pour cela qu’il vous a choisi. Tant que vous croyez valoir quelque chose, Dieu ne peut pas vous employer, parce que vous avez des ambitions personnelles à poursuivre. Mais si vous lui avez permis de vous débarrasser de toute votre suffisance, alors il peut vous prendre avec lui pour " aller à Jérusalem ", et cela pour accomplir un dessein sur lequel il n’a pas à vous consulter.

Nous nous imaginons qu’un homme qui a des qualités naturelles fera, à cause de cela, un bon chrétien. Or, ce qui est important, ce ne sont pas nos dons, mais notre dénuement. Non ce que nous apportons, mais ce que Dieu met en nous. Nos vertus naturelles, notre force de caractère, notre savoir, notre expérience - tout cela ne compte pour rien. La seule chose qui compte, c’est que nous soyons saisis par la souveraine contrainte de Dieu, et faits par lui ses compagnons (voyez 1 Corinthiens 1:26-30). Dieu prend pour compagnons des gens qui reconnaissent leur pauvreté. Il ne peut rien faire de celui qui se croit bon à quelque chose. Nous, chrétiens, ne sommes pas là pour nous occuper de nos propres affaires, mais de celles de Dieu. Nous ne savons pas où Dieu veut en venir, mais rien ne doit porter préjudice à notre relation avec Lui. Si quelque chose vient à l’altérer, il faut prendre le temps de tout remettre en ordre. L’essentiel dans notre vie spirituelle n’est pas le travail que nous faisons, mais notre relation avec Dieu et l’atmosphère qui en résulte. C’est la seule chose sur laquelle Dieu nous demande de veiller, et c’est bien celle qui est la plus négligée.

Oswald Chambers