Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Bienvenue sur levangile.com - Outils d’étude biblique

Bible en un an Jour

Vous pouvez suivre ici chaque jour un plan de lecture de la Bible sur un an, vous permettant d'enrichir votre méditation quotidienne.
Cliquez simplement sur les chapitres ci-dessous pour les lire chaque jour.

La beauté de Sion

1 Cantique. Psaume des fils de Koré. 2 L’Éternel est grand, il est l’objet de toutes les louanges, Dans la ville de notre Dieu, sur sa montagne sainte. 3 Belle est la colline, joie de toute la terre, la montagne de Sion ; Le côté septentrional, c’est la ville du grand roi. 4 Dieu, dans ses palais, est connu pour une haute retraite. 5 Car voici, les rois s’étaient concertés : Ils n’ont fait que passer ensemble. 6 Ils ont regardé, tout stupéfaits, Ils ont eu peur, et ont pris la fuite. 7 Là un tremblement les a saisis, Comme la douleur d’une femme qui accouche. 8 Ils ont été chassés comme par le vent d’orient, Qui brise les navires de Tarsis. 9 Ce que nous avions entendu dire, nous l’avons vu Dans la ville de l’Éternel des armées, Dans la ville de notre Dieu : Dieu la fera subsister à toujours. – Pause. 10 Ô Dieu, nous pensons à ta bonté Au milieu de ton temple. 11 Comme ton nom, ô Dieu ! Ta louange retentit jusqu’aux extrémités de la terre ; Ta droite est pleine de justice. 12 La montagne de Sion se réjouit, Les filles de Juda sont dans l’allégresse, À cause de tes jugements. 13 Parcourez Sion, parcourez-en l’enceinte, Comptez ses tours, 14 Observez son rempart, Examinez ses palais, Pour le raconter à la génération future. 15 Voilà le Dieu qui est notre Dieu éternellement et à jamais ; Il sera notre guide jusqu’à la mort.

Futilité des richesses

1 Au chef des chantres. Des fils de Koré. Psaume. 2 Ecoutez ceci, vous tous, peuples, Prêtez l’oreille, vous tous, habitants du monde, 3 Petits et grands, Riches et pauvres ! 4 Ma bouche va faire entendre des paroles sages, Et mon cœur a des pensées pleines de sens. 5 Je prête l’oreille aux sentences qui me sont inspirées, J’ouvre mon chant au son de la harpe. 6 Pourquoi craindrais-je aux jours du malheur, Lorsque l’iniquité de mes adversaires m’enveloppe ? 7 Ils ont confiance en leurs biens, Et se glorifient de leur grande richesse. 8 Ils ne peuvent se racheter l’un l’autre, Ni donner à Dieu le prix du rachat. 9 Le rachat de leur âme est cher, Et n’aura jamais lieu ; 10 Ils ne vivront pas toujours, Ils n’éviteront pas la vue de la fosse. 11 Car ils la verront : les sages meurent, L’insensé et le stupide périssent également, Et ils laissent à d’autres leurs biens. 12 Ils s’imaginent que leurs maisons seront éternelles, Que leurs demeures subsisteront d’âge en âge, Eux dont les noms sont honorés sur la terre. 13 Mais l’homme qui est en honneur n’a point de durée, Il est semblable aux bêtes que l’on égorge. 14 Telle est leur voie, leur folie, Et ceux qui les suivent se plaisent à leurs discours. – Pause. 15 Comme un troupeau, ils sont mis dans le séjour des morts, La mort en fait sa pâture ; Et bientôt les hommes droits les foulent aux pieds, Leur beauté s’évanouit, le séjour des morts est leur demeure. 16 Mais Dieu sauvera mon âme du séjour des morts, Car il me prendra sous sa protection. – Pause. 17 Ne sois pas dans la crainte parce qu’un homme s’enrichit, Parce que les trésors de sa maison se multiplient ; 18 Car il n’emporte rien en mourant, Ses trésors ne descendent point après lui. 19 Il aura beau s’estimer heureux pendant sa vie, On aura beau te louer des jouissances que tu te donnes, 20 Tu iras néanmoins au séjour de tes pères, Qui jamais ne reverront la lumière. 21 L’homme qui est en honneur, et qui n’a pas d’intelligence, Est semblable aux bêtes que l’on égorge.

Les sacrifices agréables à Dieu

1 Psaume d’Asaph. 2 De Sion, beauté parfaite, Dieu resplendit. 3 Il vient, notre Dieu, il ne reste pas en silence ; Devant lui est un feu dévorant, Autour de lui une violente tempête. 4 Il crie vers les cieux en haut, Et vers la terre, pour juger son peuple : 5 Rassemblez-moi mes fidèles, Qui ont fait alliance avec moi par le sacrifice ! 6 Et les cieux publieront sa justice, Car c’est Dieu qui est juge. – Pause. 7 Ecoute, mon peuple ! et je parlerai ; Israël ! et je t’avertirai. Je suis Dieu, ton Dieu. 8 Ce n’est pas pour tes sacrifices que je te fais des reproches ; Tes holocaustes sont constamment devant moi. 9 Je ne prendrai pas un taureau dans ta maison, Ni des boucs dans tes bergeries. 10 Car tous les animaux des forêts sont à moi, Toutes les bêtes des montagnes par milliers ; 11 Je connais tous les oiseaux des montagnes, Et tout ce qui se meut dans les champs m’appartient. 12 Si j’avais faim, je ne te le dirais pas, Car le monde est à moi et tout ce qu’il renferme. 13 Est-ce que je mange la chair des taureaux ? Est-ce que je bois le sang des boucs ? 14 Offre pour sacrifice à Dieu des actions de grâces, Et accomplis tes vœux envers le Très-Haut. 15 Et invoque-moi au jour de la détresse ; Je te délivrerai, et tu me glorifieras. 16 Et Dieu dit au méchant : Quoi donc ! tu énumères mes lois, Et tu as mon alliance à la bouche, 17 Toi qui hais les avis, Et qui jettes mes paroles derrière toi ! 18 Si tu vois un voleur, tu te plais avec lui, Et ta part est avec les adultères. 19 Tu livres ta bouche au mal, Et ta langue est un tissu de tromperies. 20 Tu t’assieds, et tu parles contre ton frère, Tu diffames le fils de ta mère. 21 Voilà ce que tu as fait, et je me suis tu. Tu t’es imaginé que je te ressemblais ; Mais je vais te reprendre, et tout mettre sous tes yeux. 22 Prenez-y donc garde, vous qui oubliez Dieu, De peur que je ne déchire, sans que personne délivre. 23 Celui qui offre pour sacrifice des actions de grâces me glorifie, Et à celui qui veille sur sa voie Je ferai voir le salut de Dieu.

Sur les viandes sacrifiées aux idoles

1 Pour ce qui concerne les viandes sacrifiées aux idoles, nous savons que nous avons tous la connaissance. – La connaissance enfle, mais l’amour édifie. 2 Si quelqu’un croit savoir quelque chose, il n’a pas encore connu comme il faut connaître. 3 Mais si quelqu’un aime Dieu, celui-là est connu de lui. – 4 Pour ce qui est donc de manger des viandes sacrifiées aux idoles, nous savons qu’il n’y a point d’idole dans le monde et qu’il n’y a qu’un seul Dieu. 5 Car, s’il est des êtres qui sont appelés dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre, comme il existe réellement plusieurs dieux et plusieurs seigneurs, 6 néanmoins pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes. 7 Mais cette connaissance n’est pas chez tous. Quelques-uns, d’après la manière dont ils envisagent encore l’idole, mangent de ces viandes comme étant sacrifiées aux idoles, et leur conscience, qui est faible, en est souillée. 8 Ce n’est pas un aliment qui nous rapproche de Dieu : si nous en mangeons, nous n’avons rien de plus ; si nous n’en mangeons pas, nous n’avons rien de moins. 9 Prenez garde, toutefois, que votre liberté ne devienne une pierre d’achoppement pour les faibles. 10 Car, si quelqu’un te voit, toi qui as de la connaissance, assis à table dans un temple d’idoles, sa conscience, à lui qui est faible, ne le portera-t-elle pas à manger des viandes sacrifiées aux idoles ? 11 Et ainsi le faible périra par ta connaissance, le frère pour lequel Christ est mort ! 12 En péchant de la sorte contre les frères, et en blessant leur conscience faible, vous péchez contre Christ. 13 C’est pourquoi, si un aliment scandalise mon frère, je ne mangerai jamais de viande, afin de ne pas scandaliser mon frère.

Exemple de Paul

1 Ne suis-je pas libre ? Ne suis-je pas apôtre ? N’ai-je pas vu Jésus notre Seigneur ? N’êtes-vous pas mon œuvre dans le Seigneur ? 2 Si pour d’autres je ne suis pas apôtre, je le suis au moins pour vous ; car vous êtes le sceau de mon apostolat dans le Seigneur. 3 C’est là ma défense contre ceux qui m’accusent. 4 N’avons-nous pas le droit de manger et de boire ? 5 N’avons-nous pas le droit de mener avec nous une sœur qui soit notre femme, comme font les autres apôtres, et les frères du Seigneur, et Céphas ? 6 Ou bien, est-ce que moi seul et Barnabas nous n’avons pas le droit de ne point travailler ? 7 Qui jamais est engagé dans une armée à ses propres frais ? Qui est-ce qui plante une vigne, et n’en mange pas le fruit ? Qui est-ce qui fait paître un troupeau, et ne se nourrit pas du lait du troupeau ? 8 Ces choses que je dis, n’existent-elles que dans les usages des hommes ? La loi ne les dit-elle pas aussi ? 9 Car il est écrit dans la loi de Moïse : Tu ne muselleras point le bœuf quand il foule le grain. Dieu se met-il en peine des bœufs, 10 ou parle-t-il uniquement à cause de nous ? Oui, c’est à cause de nous qu’il a été écrit que celui qui laboure doit labourer avec espérance, et celui qui foule le grain fouler avec l’espérance d’y avoir part. 11 Si nous avons semé parmi vous les biens spirituels, est-ce une grosse affaire si nous moissonnons vos biens temporels ? 12 Si d’autres jouissent de ce droit sur vous, n’est-ce pas plutôt à nous d’en jouir ? Mais nous n’avons point usé de ce droit ; au contraire, nous souffrons tout, afin de ne pas créer d’obstacle à l’Évangile de Christ. 13 Ne savez-vous pas que ceux qui remplissent les fonctions sacrées sont nourris par le temple, que ceux qui servent à l’autel ont part à l’autel ? 14 De même aussi, le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l’Évangile de vivre de l’Évangile. 15 Pour moi, je n’ai usé d’aucun de ces droits, et ce n’est pas afin de les réclamer en ma faveur que j’écris ainsi ; car j’aimerais mieux mourir que de me laisser enlever ce sujet de gloire. 16 Si j’annonce l’Évangile, ce n’est pas pour moi un sujet de gloire, car la nécessité m’en est imposée, et malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile ! 17 Si je le fais de bon cœur, j’en ai la récompense ; mais si je le fais malgré moi, c’est une charge qui m’est confiée. 18 Quelle est donc ma récompense ? C’est d’offrir gratuitement l’Évangile que j’annonce, sans user de mon droit de prédicateur de l’Évangile. 19 Car, bien que je sois libre à l’égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre. 20 Avec les Juifs, j’ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs ; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi (quoique je ne sois pas moi-même sous la loi), afin de gagner ceux qui sont sous la loi ; 21 avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi (quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ), afin de gagner ceux qui sont sans loi. 22 J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. 23 Je fais tout à cause de l’Évangile, afin d’y avoir part. 24 Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu’un seul remporte le prix ? Courez de manière à le remporter. 25 Tous ceux qui combattent s’imposent toute espèce d’abstinences, et ils le font pour obtenir une couronne corruptible ; mais nous, faisons-le pour une couronne incorruptible. 26 Moi donc, je cours, non pas comme à l’aventure ; je frappe, non pas comme battant l’air. 27 Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d’être moi-même désapprouvé après avoir prêché aux autres.

Les trésors de la foi

« Ananias répondit à l’homme de Dieu : mais que deviendront les cent talents que j’ai donnés aux troupes d’Israël ? et l’homme de Dieu dit : l’Éternel en a pour t’en donner beaucoup plus. »

Méditation quotidienne

Si vous avez fait une erreur, subissez-en la conséquence, mais n’agissez pas contrairement à la volonté de Dieu. Le Seigneur peut vous donner bien plus que ce que vous risquez de perdre. Et s’il ne le fait pas, commencerez-vous à marchander et à contester avec lui ? Le roi de Juda avait engagé une armée d’Israélites idolâtres ; et il reçoit l’ordre de les renvoyer dans leur pays, parce que l’Éternel n’était pas avec eux. Il désirait obéir et licencier cette troupe, mais regrettait l’argent payé pour rien. Quelle bonté ! Si l’Éternel lui donnait la victoire sans les mercenaires, il faisait quand même une bonne affaire en leur donnant leur paie et en les licenciant. Ne crains pas de perdre de l’argent pour cause de conscience, pour l’amour de la paix et de Christ.

Sois assuré que les pertes que tu pourrais faire pour le Seigneur ne sont pas des pertes. Pendant cette vie déjà, elles sont plus que compensées, et dans bien des cas le Seigneur empêche qu’il y ait aucun préjudice pour nous. De toute manière ce qui est perdu ici-bas pour Jésus est placé dans le ciel. Ne t’inquiète point d’un désastre apparent, mais écoute la voix qui te dit : « l’Éternel en a pour t’en donner beaucoup plus. »

Charles Spurgeon

Tout pour qu’Il règne !

Il faut accepter le fait du péché

C’est ici votre heure ; vous avez pour vous la puissance des ténèbres.

C’est parce que nous ne savons pas accepter le fait du péché que tant de malheurs nous arrivent. On peut faire de beaux discours sur la noblesse de la nature humaine, mais il y a quand même au fond de la nature humaine quelque chose qui se moque de tout ce qui est grand et de tout ce qui est élevé. Si vous vous refusez à reconnaître l’existence réelle de l’égoïsme et du péché, de l’instinct de révolte et de méchanceté, vous serez amené à pactiser avec le mal, à renoncer à le combattre.

Vous n’avez pas su discerner l’heure noire, la puissance des ténèbres. Si vous ne saisissez pas la réalité du péché, dans votre vie et dans celle des autres, vous serez pris dans ses filets et vous serez vaincu, Si vous la saisissez, vous pourrez lutter et vous mettre en garde. En vous rendant compte de la réalité du péché, vous ne détruisez pas le fondement de vos rapports avec les autres, de vos affections, de vos amitiés. Mais d’un commun accord, vous et votre ami, vous reconnaissez que la vie est tragique.

Jésus-Christ n’avait aucune confiance en la nature humaine, et pourtant jamais il ne fut sceptique, désabusé, soupçonneux, parce qu’il avait toute confiance dans l’œuvre qu’il pouvait accomplir pour l’humanité. Ce n’est pas l’innocence qui peut nous donner la sécurité, c’est la pureté que Dieu nous donne. L’innocence n’appartient qu’à l’enfant. Chez l’adulte elle ne signifie rien. L’adulte doit se rendre compte de la réalité du péché, et demander à Dieu la victoire.

Oswald Chambers