×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Bienvenue sur levangile.com : tous les outils dont vous avez besoin pour étudier sérieusement la Bible !

Plan de lecture de la Bible en un an
Jour 304

Vous pouvez suivre ici chaque jour un plan de lecture de la Bible sur un an, vous permettant d'enrichir votre méditation quotidienne.
Cliquez simplement sur les chapitres ci-dessous pour les lire chaque jour.

Siège de Jérusalem

Et toi, fils d’homme, prends une brique. Tu la placeras devant toi et tu y traceras une ville, Jérusalem.

Puis, mets le siège contre elle, construis des retranchements contre elle, élève contre elle des terrasses, place contre elle des camps et dresse contre elle des béliers tout autour.

Et toi, prends une poêle de fer et mets-la comme un mur de fer entre toi et la ville ; dirige ta face contre elle, et tu l’assiégeras — qu’elle soit en état de siège. C’est un signe pour la maison d’Israël !

Et toi, couche-toi sur le côté gauche, mets-y la faute de la maison d’Israël. Tu porteras leur faute autant de jours que tu seras couché sur ce côté.

Je t’impose un nombre de jours égal à celui des années de leur faute, 390 jours ; tu porteras ainsi la faute de la maison d’Israël.

Quand tu auras achevé ces (jours), couche-toi sur le côté droit, et tu porteras la faute de la maison de Juda pendant 40 jours ; je t’impose un jour pour chaque année.

Tu tourneras ta face et ton bras nu vers Jérusalem assiégée et tu prophétiseras contre elle.

Et voici que je mettrai des cordes sur toi, afin que tu ne puisses pas te tourner d’un côté sur l’autre, jusqu’à ce que tu aies accompli les jours de ton siège.

Et toi prends du froment, de l’orge, des fèves, des lentilles, du millet et de l’épeautre, mets-les dans un seul récipient et fais-en ton pain autant de jours que tu seras couché sur le côté ; tu en mangeras pendant 390 jours.

La nourriture, tu la mangeras en te rationnant : vingt sicles par jour. C’est ce que tu mangeras pendant tout ce temps-là.

Tu boiras l’eau avec mesure : un sixième de hin. C’est ce que tu boiras pendant tout ce temps-là.

Tu mangeras du gâteau d’orge et tu le feras cuire sur des excréments humains et sous leurs yeux.

Et l’Éternel dit : C’est ainsi que les Israélites mangeront leur pain impur, parmi les nations vers lesquelles je les chasserai.

Je dis : Ah ! Seigneur Éternel, j’ai évité toute impureté ; je n’ai pas mangé d’une bête morte ou déchirée depuis ma jeunesse jusqu’à présent, et aucune chair impropre n’est entrée dans ma bouche.

Il me répondit : Voici que je te donne de la bouse de vache au lieu d’excréments humains, et tu feras ton pain dessus.

Il me dit encore : Fils d’homme, je vais retirer la miche de pain à Jérusalem ; ils mangeront du pain en se rationnant et avec appréhension et boiront de l’eau avec mesure et avec désolation.

Ainsi ils manqueront de pain et d’eau, ils seront désolés les uns et les autres, ils pourriront dans leur injustice.

Jugement et dispersion d’Israël

Et toi, fils d’homme, prends une lame tranchante, un rasoir de barbier ; prends-la et passe-la sur ta tête et sur ta barbe. Prends ensuite une balance à peser et fais des parts.

Brûles-en un tiers dans la flamme, au milieu de la ville, lorsque les jours du siège seront accomplis ; prends-en un tiers et frappe-le avec la lame tout autour de la ville ; disperses-en un tiers au vent, et je tirerai l’épée derrière eux.

Tu en prendras une petite quantité, que tu serreras dans les pans de ton vêtement.

Et tu prendras encore quelques-uns de ceux-là, que tu jetteras au feu et que tu brûleras dans le feu. Il en sortira un feu contre toute la maison d’Israël.

Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : C’est Jérusalem. Je l’avais placée au centre des nations et des pays d’alentour.

Elle s’est rebellée contre mes ordonnances et mes prescriptions plus méchamment que les nations et les pays d’alentour, car ils ont rejeté mes ordonnances et ils n’ont pas marché selon mes prescriptions.

C’est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Parce que vous vous êtes insurgés plus que les nations qui vous entourent, parce que vous n’avez pas marché selon mes prescriptions ni accompli mes ordonnances, et que vous n’avez pas (même) agi selon les principes des nations qui vous entourent.

à cause de cela, ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Me voici contre toi, oui moi aussi ! J’accomplirai mes jugements au milieu de toi, aux yeux des nations.

j’accomplirai contre toi ce que je n’avais pas encore accompli et ce que je n’accomplirai plus, à cause de toutes tes horreurs.

C’est pourquoi des pères mangeront des fils au milieu de toi, et des fils mangeront leurs pères. J’accomplirai mes jugements contre toi et je disperserai à tout vent tout ce qui restera de toi.

C’est pourquoi, je suis vivant ! — oracle du Seigneur, l’Éternel : ainsi parce que tu as souillé mon sanctuaire par toutes tes horreurs, toutes tes abominations, moi aussi je me retirerai et mon œil sera sans pitié ; moi aussi j’agirai sans ménagement.

Un tiers de tes habitants mourra de la peste et sera consumé par la famine au milieu de toi ; un tiers tombera par l’épée autour de toi ; et j’en disperserai un tiers à tout vent et je tirerai l’épée derrière eux.

Ma colère ira jusqu’au bout ; j’assouvirai ma fureur sur eux, je me donnerai satisfaction ; et ils reconnaîtront que moi, l’Éternel, j’ai parlé dans ma jalousie, allant jusqu’au bout de ma fureur contre eux.

Je ferai de toi une ruine, un (lieu) déshonoré parmi les nations qui t’entourent, aux yeux de tous les passants.

Tu seras un (lieu) déshonoré et outragé, un exemple et un objet d’effroi pour les nations qui t’entourent, quand j’accomplirai contre toi mes jugements, avec colère, avec fureur et par des châtiments furieux, — c’est moi, l’Éternel, qui parle,

quand je lancerai sur eux les flèches malfaisantes de la famine, bien faites pour détruire. Celles-là je les lancerai pour vous détruire ; car j’ajouterai la famine à vos maux, je vous retirerai la miche de pain.

J’enverrai contre vous la famine et les bêtes féroces, qui te priveront d’enfants, la peste et le sang passeront au milieu de toi ; je ferai venir l’épée sur toi. C’est moi, l’Éternel, qui parle.

Ainsi, qu’on nous regarde comme des serviteurs de Christ et des administrateurs des mystères de Dieu.

Du reste, ce qu’on demande des administrateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle.

Pour moi, il m’importe fort peu d’être jugé par vous, ou par une juridiction humaine. Je ne me juge pas non plus moi-même, car je n’ai rien sur la conscience

mais ce n’est pas pour cela que je suis justifié. Celui qui me juge, c’est le Seigneur.

C’est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, avant la venue du Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des cœurs. Alors la louange de chacun viendra de la part de Dieu.

Orgueil et humilité

Frères, j’ai usé de ces images à propos d’Apollos et de moi, à cause de vous. Vous apprendrez ainsi, en nos personnes, à ne pas aller au-delà de ce qui est écrit, et nul de vous ne s’enorgueillira en prenant parti pour l’un contre l’autre.

Car qui est-ce qui te distingue ? Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? Et si tu l’as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l’avais pas reçu ?

Déjà vous êtes rassasiés, déjà vous êtes riches, sans nous vous avez commencé à régner ! Et puissiez-vous régner en effet, afin que nous aussi nous régnions avec vous

Car Dieu, ce me semble, a fait de nous, apôtres, les derniers des hommes, des condamnés à mort en quelque sorte, puisque nous avons été en spectacle au monde, aux anges et aux hommes.

Nous sommes fous à cause de Christ, mais vous, vous êtes sages en Christ ; nous sommes faibles, mais vous êtes forts. Vous êtes glorieux, et nous sommes déshonorés

Jusqu’à cette heure, nous sommes exposés à la faim, à la soif, au dénuement, aux coups, à une vie errante

nous nous fatiguons à travailler de nos propres mains ; insultés, nous bénissons ; persécutés, nous supportons

calomniés, nous consolons ; nous sommes devenus les balayures du monde, le rebut de tous, jusqu’à maintenant.

Ce n’est pas pour vous faire honte que j’écris cela ; mais je vous avertis comme mes enfants bien-aimés.

En effet, quand vous auriez dix mille précepteurs en Christ, vous n’avez cependant pas plusieurs pères, puisque c’est moi qui vous ai engendrés en Christ-[Jésus] par l’Évangile.

Je vous exhorte donc ; soyez mes imitateurs.

À cet effet, je vous ai envoyé Timothée, qui est mon enfant bien-aimé et fidèle dans le Seigneur ; il vous rappellera mes voies en Christ, telles que je les enseigne partout dans toutes les Églises.

Quelques-uns se sont enorgueillis, comme si je ne devais pas aller chez vous.

Mais j’irai bientôt chez vous, si c’est la volonté du Seigneur, et je connaîtrai, non les paroles, mais la puissance de ces orgueilleux.

Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance.

Que voulez-vous ? Que j’aille chez vous avec un fouet, ou avec amour et dans un esprit de douceur ?

Désordres sexuels et moraux dans l’Église

On entend parler constamment d’inconduite parmi vous, et d’une inconduite telle qu’elle ne se rencontre pas même chez les païens ; c’est au point que l’un de vous a la femme de son père.

Et vous êtes enflés d’orgueil ! Et vous n’avez pas plutôt pris le deuil, afin que celui qui a commis cet acte soit ôté du milieu de vous

Pour moi, absent de corps, mais présent d’esprit, j’ai déjà jugé, comme si j’étais présent, l’auteur d’une telle action.

Car, au nom du Seigneur Jésus, vous et mon esprit, nous nous sommes assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus

qu’un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus !

Il n’est pas beau, votre sujet de gloire ! Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte

Purifiez-vous du vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.

Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, ni avec un levain de perfidie et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la sincérité et de la vérité.

Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir de relations avec les débauchés.

Ce n’est pas d’une manière absolue avec les débauchés de ce monde, ou avec les cupides et les accapareurs, ou avec les idolâtres ; autrement, vous devriez sortir du monde.

Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir de relations avec quelqu’un qui, tout en se nommant frère, serait débauché, ou cupide, ou idolâtre, ou insulteur, ou ivrogne, ou accapareur, et même de ne pas manger avec un tel homme.

Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors ? N’est-ce pas de ceux du dedans que vous êtes juges

Ceux du dehors, Dieu les jugera. Expulsez le méchant du milieu de vous.

Les trésors de la foi

« Je répandrai sur vous des eaux pures, et vous serez nettoyés ; je vous nettoierai de toutes vos souillures et de tous vos dieux infâmes. »

Ézéchiel 36:25

Commentaire biblique

Quel sujet de joie pour nous ! Celui qui nous a purifié par le sang de Jésus, nous nettoiera par l’eau du Saint-Esprit. Dieu l’a dit et cela se fera : « Vous serez purs. » Seigneur, nous sentons notre souillure et nous pleurons sur elle, mais il est consolant pour nous de savoir de ta bouche même que nous serons purs. Oh, veuille hâter cette œuvre, nous t’en supplions ! Il nous délivrera de nos pires péchés. L’incrédulité naissante et les convoitises trompeuses qui font la guerre à nos âmes, les basses pensées d’orgueil et toutes les suggestions sataniques qui nous poussent à blasphémer contre son nom sacré, seront expulsées de nos cœurs pour n’y jamais rentrer. Gloire à son Nom ! Il nous nettoiera encore de toutes nos idoles, d’or ou de boue : de nos amours impures, comme de l’exagération de nos amours pures.

Ce que nous aurons idolâtré sera brisé en nous, ou bien nous en serons séparés. C’est Dieu qui annonce ici ce qu’il veut faire par lui-même ; sa parole est ferme et assurée, et nous pouvons compter avec hardiesse sur son accomplissement. La purification est une des bénédictions de l’alliance, et cette alliance est « éternelle, bien ordonnée et ferme en toutes choses. »

Charles Spurgeon

Tout pour qu’Il règne !

La foi

Sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu.

Hébreux 11.6

La foi qui s’oppose au bon sens, c’est du fanatisme. Le bon sens qui s’oppose à la foi, c’est du rationalisme. La vie par la foi réconcilie l’un avec l’autre. Le bon sens n’est pas la foi, et la foi n’est pas le bon sens.

Il y a entre eux les mêmes rapports qu’entre le naturel et le spirituel, entre l’impulsion et l’inspiration. Ce que Jésus a dit n’est pas inspiré par le bon sens, mais par un sens plus haut, une révélation qui atteint les hauteurs où le bon sens nous abandonne. Il faut que notre foi soit mise à l’épreuve avant qu’elle puisse devenir pour nous une réalité. Nous savons que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu », alors, quels que soient les événements, l’alchimie de la divine providence transforme la foi théorique en réalité pratique. La foi a toujours quelque chose de personnel. Dieu veut que la foi théorique de son enfant se traduise dans la pratique.

Pour chaque détail de la vie ordinaire, notre foi en Dieu est la pierre de touche qui nous permet de mettre à l’épreuve ce qui nous est révélé. La foi est un principe extraordinairement actif, qui met toujours Jésus-Christ en avant : « Seigneur, tu as dit de ne nous inquiéter de rien » (voir Matthieu 6.33), « cela paraît insensé, mais je vais m’aventurer à agir selon tes paroles ». Transformer la foi intellectuelle en réalité personnelle est toujours un combat. Dieu, pour former notre foi, nous place dans des circonstances qui transformeront en réalité ce qu’elle espère.

Tant qu’on ne connaît pas Jésus, Dieu n’est qu’une abstraction, en laquelle nous ne pouvions avoir foi. Mais dès que nous entendons Jésus-Christ nous dire : « Celui qui m’a vu a vu le Père », nous avons quelque chose de réel, et notre foi s’épanouit. La foi, c’est tout notre être uni à Dieu par la puissance de l’Esprit de Jésus-Christ.

Oswald Chambers