×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Suffètes 18     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Suffètes 18
André Chouraqui


Les Benéi Dân

1 En ces jours, il n’était pas de roi en Israël. En ces jours, le rameau de Dân demande une possession pour habiter, car rien n’était tombé pour lui en possession à ce jour, au milieu des rameaux d’Israël.
2 Les Benéi Dân envoient cinq hommes des bouts de leur clan, de leur limite, des hommes de valeur de Sor’a et d’Èshtaol, pour explorer la terre et la sonder. Ils leur disent : « Allez, sondez la terre. » Ils viennent au mont Èphraîm jusqu’à la maison de Mikha et nuitent là.
3 Eux-mêmes, près de la maison de Mikha, reconnaissent la voix de l’adolescent, du Lévi. Ils s’écartent de là et lui disent : « Qui t’a fait venir ici ? Que fais-tu en cela et qu’y a-t-il pour toi ici ? »
4 Il leur dit : « Mikha m’a fait ceci et cela. Il me salarie, je suis à lui pour desservant. »
5 Ils lui disent : « Questionne donc Elohîms, et nous saurons si notre route sur laquelle nous allons triomphera. »
6 Le desservant leur dit : « Allez en paix. IHVH-Adonaï est présent sur votre route, là où vous irez. »
7 Les cinq hommes vont. Ils viennent à Laïsh. Ils voient le peuple qui est en son sein habiter en sécurité, comme d’ordinaire chez les Sidonîm. Nul ne met parole d’opprobre contre cette terre calme et sûre, où nul n’hérite du pouvoir. Ils étaient loin des Sidonîm et n’avaient de parole contre aucun humain.

La maison de Mikha

8 Ils viennent vers leurs frères, à Sor’a et Èshtaol. Leurs frères leur disent : « Qu’avez-vous ? »
9 Ils disent : « Lève-toi ! Montons contre eux ! Oui, nous avons vu la terre, voici, elle est fort bien et vous vous taisez ? Ne paressez pas pour aller et venir hériter la terre.
10 À votre venue, vous viendrez chez un peuple confiant. La terre a les mains larges. Oui, Elohîms l’a donnée en vos mains : un lieu où il n’est pénurie de rien qui soit sur terre. »
11 Ils partent de là, du clan de Dân, de Sor’a et d’Èshtaol : six cents hommes ceints d’engins de guerre.
12 Ils montent et campent à Qiriat Ie’arîm, en Iehouda. Sur quoi, ils crient ce lieu : « Camp de Dân », jusqu’à ce jour. Voici, c’est derrière Qiriat Ie’arîm.
13 Ils passent de là, au mont Èphraîm, et viennent jusqu’à la maison de Mikha.
14 Les cinq hommes, qui vont explorer le pays de Laïsh, répondent et disent à leurs frères : « Saviez-vous qu’il existe dans ces maisons un éphod, des teraphîm, une sculpture, une fonte ? Maintenant, sachez ce que vous ferez ! »
15 Ils s’écartent là et viennent vers la maison de l’adolescent, du Lévi, à la maison de Mikha. Ils s’enquièrent de la paix.
16 Et six cents hommes des Benéi Dân, ceints de leurs engins de guerre, sont postés à l’ouverture de la porte.

L’Elohîms de Mikha

17 Les cinq hommes qui sont allés explorer le pays montent, viennent là, et prennent la sculpture, l’éphod, les teraphîm, la fonte. Le desservant est posté à l’ouverture de la porte, avec les six cents hommes ceints d’objets de guerre.
18 Ceux-là viennent à la maison de Mikha. Ils prennent la sculpture, l’éphod, les teraphîm et la fonte. Le desservant leur dit : « Que faites-vous ? »
19 Ils lui disent : « Tais-toi ! Mets ta main sur ta bouche et va avec nous ! Sois pour nous un père et un desservant. Est-ce mieux pour toi d’être le desservant d’un seul homme, ou d’être le desservant d’un rameau et d’un clan en Israël ? »
20 Le cœur du desservant est bien. Il prend l’éphod, les teraphîm, la sculpture. Il vient au sein du peuple.
21 Ils font volte-face et vont. Ils mettent la marmaille, le cheptel et le chargement en face d’eux.
22 Ils se sont éloignés de la maison de Mikha, quand les hommes des maisons proches de celle de Mikha clament ; ils collent aux Benéi Dân.
23 Ils crient vers les Benéi Dân. Ils détournent leurs faces et ils disent à Mikha : « Qu’as-tu à clamer ? »
24 Il dit : « Mon Elohîms, celui que j’ai fait, vous l’avez pris avec le desservant. Et vous vous en allez. Qu’ai-je encore ? Ce pourquoi vous me dites : ‹ Qu’as-tu ? › »

Dân à Laïsh

25 Les Benéi Dân lui disent : « Tu ne feras pas entendre ta voix parmi nous, de peur que des hommes à l’être amer ne vous attaquent, tu ajouterais ton être à l’être de ta maison ! »
26 Les Benéi Dân vont leur route. Mikha le voit, oui, ils sont plus forts que lui. Il fait volte-face et retourne à sa maison.
27 Ils avaient pris ce qu’avait fait Mikha, avec le desservant qui était avec lui, puis viennent contre Laïsh, contre un peuple calme et confiant. Ils les frappent à bouche d’épée. Ils incinèrent la ville au feu.
28 Il n’est pas de sauveteur car elle est loin de Sidôn. Ils n’avaient de parole contre aucun humain, et elle était dans la vallée de Béit-Rehob. Ils rebâtissent la ville, y habitent
29 et crient le nom de la ville : Dân, du nom de Dân, leur père, qui fut enfanté pour Israël. Cependant, Laïsh était le nom de la ville en premier.
30 Les Benéi Dân érigent pour eux la sculpture. Iehonatân bèn Guérshôm bèn Menashè, lui et ses fils, étaient les desservants du rameau de Dân, jusqu’au jour de l’exil de la terre.
31 Ils placent pour eux la sculpture que Mikha avait faite, tous les jours où la maison de l’Elohîms était à Shilo.

Cette Bible est dans le domaine public.