×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Louanges 78.27     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Louanges 78.27
André Chouraqui


Écoute ma tora

1 Perspicace. D’Assaph. Écoute, mon peuple, ma tora ; tendez vos oreilles aux dires de ma bouche !
2 J’ouvre ma bouche par un exemple ; j’exprime les énigmes d’antan,
3 que nous entendîmes et que nous connaissons, que nos pères nous racontèrent.
4 Nous ne les masquerons pas à leurs fils ; à l’âge dernier, ils raconteront les louanges de IHVH-Adonaï, son ardeur, ses prodiges qu’il a faits.
5 Il éleva un témoignage en Ia’acob, la tora, il la mit en Israël, ce qu’il ordonna à nos pères de faire connaître à leurs fils,
6 pour que l’âge dernier le connaisse. Des fils seront enfantés, ils se lèveront et le raconteront à leurs fils.
7 Ils mettront leur certitude en Elohîms, ils n’oublieront pas les agissements d’Él, et protégeront ses ordres.
8 Ils ne seront pas comme leurs pères, un âge dévoyé et rebelle, un âge qui ne prépare pas son cœur, et dont le souffle n’adhère pas à Él.
9 Les Benéi Èphraîm, des tireurs d’arcs armés, détalèrent le jour de la bataille.
10 Ils ne gardèrent pas le pacte d’Elohîms ; ils refusèrent d’aller dans sa tora,
11 oubliant ses agissements et ses prodiges qu’il leur avait fait voir.
12 Contre leurs pères, il fit prodige, en terre de Misraîm, au champ de So’ân.
13 Il fendit la mer et les fit passer ; il figea la mer comme une digue.
14 Il les mena avec la nuée, de jour et toute la nuit, à la lumière du feu.
15 Il fendit des rocs, au désert, et les abreuva comme d’abîmes multiples.
16 Il fit jaillir des liquides du rocher, et descendre, comme des fleuves, les eaux.
17 Ils continuèrent encore à fauter contre lui, à se rebeller contre le Suprême, dans le reg.
18 Ils éprouvèrent Él en leur cœur, en demandant de la nourriture pour leur être.
19 Ils parlèrent contre Elohîms. Ils dirent : « Pourra-t-il, Él, dresser une table au désert ?
20 Voilà, il frappe le roc, et les eaux en affluent, les torrents déferlent. Mais aussi, du pain, pourra-t-il en donner, ou apprêter de la viande pour son peuple ?
21 Aussi, IHVH-Adonaï entendit, il s’emporta ; un feu s’embrasa contre Ia’acob, et la fureur aussi montait contre Israël.
22 Car ils n’adhérèrent pas à Elohîms ; ils ne s’assurèrent pas en son salut.
23 Il l’ordonna à l’éther, en haut, il ouvrit les portails des ciels,
24 et fit pleuvoir sur eux de la manne pour manger ; les céréales des ciels, il les leur donna.
25 Le pain des meneurs, l’homme le mangea, viatique lancé pour eux, à satiété.
26 Il députa le souffle du levant des ciels, et conduisit, dans son énergie, le Téimân.
27 Il fit pleuvoir sur eux, comme une poussière, de la viande ; et comme le sable des mers, le volatile ailé.
28 Il le fit tomber au sein de son camp, autour de ses demeures.
29 Ils mangèrent et se rassasièrent bien ; il fit venir pour eux ce qu’ils désiraient.
30 Mais pas encore aliénés de leur désir, leur manger encore en bouche,
31 la fureur d’Elohîms monta contre eux : il tua leurs obèses ; les adolescents d’Israël, il les fit ployer.
32 En tout cela, ils fautèrent encore, ils n’adhérèrent pas à ses prodiges.
33 Il acheva leurs jours en fumée, leurs années dans l’affolement.
34 S’il les tuait, ils le consultaient ; ils retournaient en quête d’Él.
35 Ils mémorisaient, oui, Elohîms, leur roc, l’Él, le Suprême, leur racheteur.

Milieu du livre des Louanges

36 Ils le séduisirent de leur bouche ; de leur langue ils le trompèrent.
37 Mais leur cœur n’était pas ferme, avec lui, ils n’adhéraient pas à son pacte.
38 Mais lui, matriciel, absolvait le tort ; il ne détruisait pas, il se multipliait à faire retourner sa fureur, et n’éveillait pas toute sa fièvre.
39 Il mémorisait le fait qu’ils sont chair, un souffle qui va et ne retourne pas.
40 Comme ils se rebellèrent contre lui au désert, le peinèrent au Ieshimôn,
41 ils retournèrent, éprouvèrent Él, contristèrent le sacré d’Israël.
42 Ils ne mémorisaient pas sa main, le jour où il les acheta de la détresse,
43 lui qui avait mis en Misraîm ses signes, ses prodiges au champ de So’ân.
44 Il changea en sang leurs Ieors, leurs liquides, pour qu’ils n’en boivent plus.
45 Il lança sur eux l’anophèle, et il les dévora ; le crapaud, et il les détruisit.
46 Il donna à la larve leur récolte, et leur labeur au criquet.
47 Il tua par la grêle leur vigne, leurs sycomores par le frimas.
48 Il livra à la grêle leurs bestiaux, leur bétail à la foudre.
49 Il lança contre eux la brûlure de sa fureur, l’exaspération, l’emportement, la détresse, l’envoi des messagers du malheur.
50 Il aplanit un chemin pour sa fureur, il n’épargna pas de la mort leur être ; et leur vie, à la peste il la remit.
51 Il frappa tous les aînés de Misraîm, l’en-tête des virilités aux tentes de Hâm.
52 Il fit partir son peuple comme des ovins ; il les conduisit comme un troupeau dans le désert.
53 Il les mena en sécurité, sans trembler. La mer recouvrit leurs ennemis.
54 Il les fit venir à la frontière de son sanctuaire, ce mont acheté par sa droite.
55 Il répudia en face d’eux des nations ; il fit tomber pour eux, au cordeau, la possession. Il fit demeurer dans leurs tentes les rameaux d’Israël.
56 Ils éprouvèrent Elohîms, le Suprême, et se rebellèrent contre lui. Ses témoignages, ils ne les gardèrent pas.
57 Ils reculèrent et trahirent comme leurs pères, invertis comme un arc faussé.
58 Ils l’irritèrent avec leurs tertres ; avec leurs statues, ils le firent arder.
59 Elohîms entendit, il s’emporta ; il rejeta fort Israël.
60 Il lâcha la demeure de Shilo, la tente où il demeurait parmi les humains.
61 Il donna son énergie à la captivité, sa splendeur aux mains de l’oppresseur.
62 Il enferma par l’épée son peuple, et s’emporta contre sa possession.
63 Ses adolescents, le feu les dévora ; ses vierges ne furent pas louangées.
64 Ses desservants tombèrent par l’épée ; ses veuves ne pleurèrent pas.
65 Mais Adonaï se réveilla comme un dormeur, comme un héros jubilant de vin.
66 Il frappa ses oppresseurs à l’arrière, et leur donna une flétrissure en pérennité.
67 Il rejeta la tente de Iosseph, il ne choisit pas le rameau d’Èphraîm.
68 Il choisit le rameau de Iehouda, le mont Siôn, qu’il aime.
69 Il bâtit, comme aux altitudes, son sanctuaire ; comme la terre, il le fonda en pérennité.
70 Il choisit David, son serviteur, et le prit aux bergeries des ovins ;
71 le fit venir de derrière les nourricières, pour paître Ia’acob, son peuple, Israël, sa possession.
72 Il les fit pâturer selon l’intégrité de son cœur ; il les mena au discernement de ses paumes.

Cette Bible est dans le domaine public.