×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Daniél 3     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Daniél 3
André Chouraqui


La statue d’or

1 Le roi Neboukhadrèsar fait une statue d’or. Sa hauteur : soixante coudées ; sa largeur : six coudées. Il l’érige dans la vallée de Doura, dans la province de Babèl.
2 Le roi Neboukhadrèsar invite les satrapes, les lieutenants et les pachas, les conseillers, les trésoriers, les juges, les commissaires, et tous les gouverneurs des provinces, à se rassembler et à venir à l’inauguration de la statue que le roi Neboukhadrèsar avait érigée.
3 Alors les satrapes, les lieutenants et les pachas, les conseillers, les trésoriers, les juges, les commissaires et tous les gouverneurs des provinces se rassemblent pour l’inauguration de la statue que le roi Neboukhadrèsar avait érigée. Ils se dressent devant la statue que Neboukhadrèsar avait érigée.
4 Le héraut crie avec force : « À vous, il est dit, peuples, patries et langues,
5 au moment où vous entendrez la voix de la corne, du pipeau, de la lyre, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse et de toute sorte d’instruments, vous tomberez et vous vous prosternerez devant la statue d’or que le roi Neboukhadrèsar a érigée.
6 Quiconque ne tombera pas et ne se prosternera pas sera sur l’heure jeté au milieu de la fournaise de feu ardent. »
7 Ainsi, à cette heure, quand tous les peuples entendaient la voix de la corne, du pipeau, de la lyre, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse et de toute sorte d’instruments, tous les peuples, les patries, les langues tombaient et se prosternaient devant la statue d’or que le roi Neboukhadrèsar avait érigée.
8 Et puisqu’il en était ainsi à cette heure, des hommes, des Kasdîm, s’approchent pour manger la chair des Iehoudîm.
9 Ils répondent et disent au roi Neboukhadrèsar : « Roi, vis en pérennité !
10 Toi, roi, tu as donné l’ordre que tout homme qui entendra la voix de la corne, du pipeau, de la lyre, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse et de toute sorte d’instruments, tombe et se prosterne devant la statue d’or.
11 Quiconque ne tombera pas et ne se prosternera pas sera jeté au milieu de la fournaise de feu ardent.
12 Or il y a des hommes, des Iehoudîm, que tu as nommés aux affaires de la province de Babèl : Shadrakh, Méishakh, ’Abéd-Nego, ces hommes ne tiennent pas compte, roi, de l’ordre. Tes Eloha, ils ne les servent pas, et devant la statue d’or que tu as érigée, ils ne se prosternent pas. »
13 Aussitôt, Neboukhadrèsar, avec irritation et fièvre, ordonne de faire venir devant lui Shadrakh, Méishakh et ’Abéd-Nego. Aussitôt, ces hommes sont conduits devant le roi.
14 Neboukhadrèsar répond et leur dit : « Est-il vrai, Shadrakh, Méishakh, ’Abéd-Nego, que vous ne servez pas mes Eloha, que vous ne vous prosternez pas devant la statue d’or que j’ai érigée ?
15 Maintenant, voici, êtes-vous prêts, quand vous entendrez la voix de la corne, du pipeau, de la lyre, de la sambuque, du psaltérion et de la cornemuse, et de toute sorte d’instruments, à tomber et à vous prosterner devant la statue que j’ai faite ? Si vous ne vous prosternez pas, vous serez jetés au milieu de la fournaise de feu ardent. Quel est l’Eloha qui vous délivrera de ma main ? La fournaise

La fournaise

16 Shadrakh, Méishakh, ’Abéd-Nego répondent et disent au roi Neboukhadrèsar : « Il ne nous est pas nécessaire de te répondre une parole sur cela.
17 S’il le veut, notre Elohîms que nous servons peut nous délivrer de la fournaise de feu ardent ; et de ta main, roi, il nous délivrera.
18 Néanmoins sache, roi, que tes Eloha, nous ne les servirons pas, et devant la statue d’or que tu as érigée, nous ne nous prosternerons pas. »
19 Alors Neboukhadrèsar est rempli de fièvre. l’expression de ses faces change pour Shadrakh, Méishakh et ’Abéd-Nego. Il répond et ordonne de chauffer la fournaise sept fois plus qu’il n’est nécessaire de la chauffer,
20 et, à des hommes forts de son armée, il ordonne de saisir Shadrakh, Méishakh et ’Abéd-Nego, et de les jeter dans la fournaise de feu ardent.
21 Alors ces hommes sont liés, avec leurs chausses, leurs tuniques, leurs coiffes, leurs vêtements, et jetés au milieu de la fournaise de feu ardent.
22 Et comme l’ordre du roi était ferme, la fournaise avait été chauffée fort. Ces hommes qui avaient amené Shadrakh, Méishakh et ’Abéd-Nego, la langue du feu les tue.
23 Et ces trois hommes, Shadrakh, Méishakh et ’Abéd-Nego, tombent au milieu de la fournaise de feu ardent alors qu’ils sont attachés.
24 Soudain, Neboukhadrèsar, le roi, s’étonne. Il se lève en hâte, répond et dit à ses conseillers : « N’est-ce pas ces trois hommes que nous avons jetés au milieu de la fournaise, alors qu’ils étaient attachés ? Ils répondent et disent au roi :  »Certes ! roi. »
25 Il répond et dit : « Voici, moi je vois quatre hommes déliés. Ils vont au milieu du feu, ils n’ont aucune blessure, et les faces du quatrième ressemblent à un fils d’Elohîms. »
26 Et soudain Neboukhadrèsar s’approche de la porte de la fournaise de feu ardent. Il répond et dit : « Shadrakh, Méishakh et ’Abéd-Nego, serviteurs de l’Eloha, du Suprême, sortez et venez. » Et soudain Shadrakh, Méishakh, ’Abéd-Nego sortent du milieu du feu.
27 Les satrapes, les lieutenants, les pachas, les conseillers du roi se rassemblent et discernent sur ces hommes que le feu n’avait eu aucun pouvoir sur leur corps : les cheveux de leur tête ne sont pas brûlés, leurs tuniques ne sont pas altérées, l’odeur du feu ne les a pas imprégnés.
28 Neboukhadrèsar répond et dit : « Béni soit l’Eloha de Shadrakh, Méishakh et ’Abéd-Nego, qui a envoyé un messager pour sauver ses serviteurs qui ont adhéré à lui en transgressant l’ordre du roi, et en donnant leur corps pour ne pas servir et ne pas se prosterner devant tout autre Eloha que leur Eloha.
29 l’ordre en est donné par moi : tout peuple, patrie ou langue qui blasphémera l’Eloha de Shadrakh, Méishakh et ’Abéd-Nego sera mis en pièces et sa maison vaudra rebut, car il n’était aucun autre Eloha qui puisse sauver comme lui. »
30 Alors le roi élève Shadrakh, Méishakh et ’Abéd-Nego dans la province de Babèl.
31 Neboukhadrèsar, le roi, à tous les peuples, patries, langues, qui habitent sur toute la terre : Grandisse votre paix !
32 Les signes et les prodiges que l’Eloha, le Suprême, a faits pour moi, il m’a plu de les faire comprendre.
33 Ses signes sont grands, ses prodiges sont puissants ! Son règne est le règne de la pèrennité, son gouvernement d’âge en âge !

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf