Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Actes 25.24
Nouveau Testament Stapfer


Paul devant le gouverneur Festus

1 Trois jours après son arrivée dans sa province, Festus monta de Césarée à Jérusalem.
2 Là, le haut sacerdoce et les autorités juives portèrent plainte contre Paul ; ils lui demandèrent avec instance et comme une faveur (mais dans un but hostile) de le faire revenir à Jérusalem ;
3 ils auraient dressé une embuscade pour le tuer dans le trajet.
4 Festus répondit que Paul resterait prisonnier à Césarée et que lui-même y retournerait bientôt.
5 « Que les plus notables d’entre vous, ajouta-t-il, qui voudraient charger cet homme descendent avec moi et formulent leur accusation. »
6 Il ne resta avec eux que peu de jours, huit ou dix, puis retourna à Césarée. Dès le lendemain, il siégea sur son tribunal et fit comparaître Paul.
7 A son entrée, les Juifs, descendus de Jérusalem, l’entourèrent, en formulant de nombreuses et graves accusations qu’ils ne pouvaient prouver ;
8 tandis que Paul se défendait, en déclarant qu’il n’avait commis aucune faute ni contre la Loi juive, ni contre le Temple, ni contre l’Empereur.
9 Là-dessus, Festus, qui voulait faire plaisir aux Juifs, dit à Paul : « Veux-tu monter à Jérusalem et y être jugé sur tout cela en ma présence ? »
10 Paul lui répondit : « C’est devant le tribunal de l’Empereur que je comparais ; c’est là que je dois être jugé ; je n’ai fait aucun tort aux Juifs, et tu le sais fort bien.
11 Si je suis coupable, si j’ai mérité la mort, je ne demande pas de grâce ; si, au contraire, je n’ai rien fait de ce dont ils m’accusent, personne n’a le droit de me livrer à eux par complaisance. J’en appelle à l’Empereur ! »
12 Festus, alors, s’entretint un moment avec ses assesseurs et répondit : « Tu en as appelé à l’Empereur, tu iras à l’Empereur. »
13 Quelques jours plus tard, le roi Agrippa et Bérénice vinrent à Césarée saluer Festus.
14 Ils y restèrent plusieurs jours et Festus exposa au roi l’affaire de Paul. Il y a ici un homme, lui dit-il, que Félix a laissé prisonnier ;
15 pendant mon séjour à Jérusalem, le haut sacerdoce et les autorités juives ont porté plainte contre lui et m’ont demandé sa condamnation.
16 Je leur ai répondu que la coutume romaine ne permet pas de livrer un homme par complaisance, sans que l’accusé ait été confronté avec ses accusateurs et ait eu toute facilité de se justifier de l’accusation.
17 Ils sont alors venus ici et, sans perdre un moment, dès le lendemain, je siégeai sur mon tribunal et je fis comparaître cet homme.
18 Les accusateurs qui se sont présentés n’ont relevé contre lui aucun des crimes que je m’attendais à voir établir ;
19 il ne s’est agi entre eux que de subtilités relatives à leurs croyances particulières et d’un certain Jésus qui est mort et que Paul dit être vivant.
20 Ne sachant quel parti prendre dans une discussion de ce genre, j’ai demandé à Paul s’il voulait aller à Jérusalem et y être jugé sur tout cela.
21 Mais il en a appelé pour que sa cause fût réservée au jugement de Sa Majesté ; j’ai alors ordonné de le garder en prison jusqu’à ce que je l’envoie à l’Empereur. »
22 Agrippa dit à Festus : « Je voulais justement entendre cet homme. » — « Tu l’entendras demain », répondit Festus.
23 Le lendemain, en effet, Agrippa et Bérénice vinrent avec une suite brillante et se rendirent à la salle d’audience, accompagnés des officiers de l’armée et des principaux personnages de la ville. Sur l’ordre de Festus, Paul fut introduit.
24 Festus prit la parole : « Roi Agrippa, et vous tous ici présents, « Vous voyez cet homme à propos duquel tous les Juifs, en masse, et à Jérusalem et ici, sont venus m’importuner ; ils me crient que je ne dois pas lui laisser la vie.
25 Moi j’ai compris qu’il n’avait rien fait qui méritât la mort ; lui-même, d’ailleurs, en a appelé à l’Empereur et j’ai décidé de le lui envoyer.
26 Mais je n’ai rien de bien positif à écrire à son sujet au Maître ; voilà pourquoi je l’ai fait paraître devant vous, et surtout devant toi, Roi Agrippa, et, après cet interrogatoire, j’aurai quelque chose à écrire.
27 En effet, je trouve absurde d’envoyer un prisonnier sans indiquer les charges qui pèsent sur lui. »

Cette Bible est dans le domaine public.