Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Accueil  /  Bible  /  Lausanne  / Actes 25.1     

Actes 25.1
Lausanne


Paul devant le gouverneur Festus

1 Festus donc étant arrivé dans la province, monta trois jours après de Césarée à Jérusalem.
2 Et le souverain sacrificateur et les principaux des Juifs portèrent plainte devant lui contre Paul, et ils le suppliaient, demandant contre lui comme une grâce qu’il le fit venir à Jérusalem.
3 Or ils dressaient une embuscade pour le tuer dans le chemin.
4 Festus donc répondit que Paul était gardé à Césarée, mais qu’il allait bientôt partir lui-même.
5 Que les principaux d’entre vous, dit-il, descendent donc en même temps. S’il y a quelque chose contre cet homme, qu’ils l’accusent ! —”
6 Et ayant passé parmi eux plus de dix jours, il descendit à Césarée. Le lendemain, s’étant assis sur le tribunal, il commanda que Paul fût amené.
7 Et lorsqu’il fut arrivé, les Juifs qui étaient descendus de Jérusalem l’environnèrent, portant contre Paul de nombreuses et graves accusations qu’ils ne pouvaient prouver,
8 tandis que celui-ci disait pour sa défense : Je n’ai péché en rien ni contre la loi des Juifs, ni contre le lieu sacré, ni contre César.
9 —” Mais voulant faire plaisir aux Juifs, Festus, répondant à Paul, dit : Veux-tu monter à Jérusalem, et y être jugé sur ces choses devant moi ? —”
10 Et Paul dit : C’est devant le tribunal de César que je suis placé ; c’est là qu’il faut que je sois jugé. Je n’ai fait aucun tort aux Juifs, comme aussi tu le sais fort bien ;
11 que si j’ai fait quelque injustice et commis quelque action digne de mort, je ne refuse pas de mourir ; mais s’il n’est rien des choses dont ils m’accusent, nul ne peut me livrer à eux par faveur ; j’en appelle à César. —”
12 Alors Festus ayant conféré avec le conseil, répondit : Tu en as appelé à César, tu iras à César.
13 Cependant quelques jours s’étant écoulés, le roi Agrippa et Bérénice arrivèrent à Césarée pour saluer Festus.
14 Et comme ils y passaient plusieurs jours, Festus exposa au roi l’affaire de Paul, en disant : Il y a un homme que Félix a laissé prisonnier,
15 au sujet duquel, comme j’étais à Jérusalem, les principaux sacrificateurs et les anciens des Juifs portèrent plainte, demandant une sentence contre lui.
16 Je leur répondis que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer par faveur un homme quelconque à la mort, avant que l’accusé ait eu devant lui les accusateurs et qu’on lui ait fourni l’occasion de se défendre de ce dont on l’accuse.
17 Quand donc ils furent venus ensemble ici, m’étant assis le jour suivant sur le tribunal, sans aucun délai, j’ordonnai que l’homme fût amené.
18 Les accusateurs s’étant présentés, n’avancèrent contre lui aucune des accusations que je supposais ;
19 mais ils avaient avec lui quelques questions au sujet de leur religion particulière et d’un certain Jésus mort, que Paul prétendait être vivant.
20 Or comme je ne savais quel parti prendre dans l’enquête [que je faisais] là-dessus, je lui demandai s’il voulait aller à Jérusalem et y être jugé sur ces choses.
21 Mais Paul ayant réclamé, [demandant] d’être réservé à la connaissance d’Auguste, j’ai commandé de le garder jusqu’à ce que je l’envoie à César. —”
22 Et Agrippa dit à Festus : Je voulais moi aussi entendre cet homme. —” Demain, dit-il, tu l’entendras.
23 Le lendemain donc, quand Agrippa fut arrivé avec Bérénice, en grande pompe, et qu’ils furent entrés dans la salle des audiences avec les commandants et les hommes les plus distingués de la ville, sur l’ordre de Festus, Paul fut amené.
24 Et Festus dit : Roi Agrippa, et vous tous qui êtes ici présents avec nous, vous voyez celui au sujet duquel toute la multitude des Juifs est intervenue auprès de moi, soit à Jérusalem, soit ici, en criant qu’il ne fallait plus le laisser vivre.
25 Quant à moi, ayant reconnu qu’il n’a rien fait qui soit digne de mort, et lui-même en ayant appelé à Auguste, j’ai résolu de l’envoyer.
26 Je n’ai rien de certain à écrire au Seigneur à son sujet ; c’est pourquoi je l’ai fait amener devant vous, et principalement devant toi, roi Agrippa, afin que, l’interrogatoire ayant eu lieu, j’aie quelque chose à écrire ;
27 car il me semble déraisonnable d’envoyer un prisonnier, sans indiquer aussi les accusations portées contre lui.

Cette Bible est dans le domaine public.