Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Accueil  /  Bible  /  Bible Pirot-Clamer  / Actes 25.14     

Actes 25.14
Bible Pirot-Clamer


Paul devant le gouverneur Festus

1 Trois jours après son entrée dans sa province, Festus monta de Césarée à Jérusalem.
2 Les grands prêtres et les principaux des Juifs portèrent plainte auprès de lui contre Paul et ils se mirent à le solliciter,
3 demandant comme une faveur de le faire venir à Jérusalem. Ils avaient préparé un guet-apens pour le tuer en chemin.
4 Mais Festus répondit que Paul était gardé à Césarée et qu’il y devait lui-même repartir sous peu :
5 “Que ceux donc d’entre vous, dit-il, qui ont qualité descendent avec moi et, s’il y a quelque chose de répréhensible en cet homme, qu’ils l’accusent.”
6 Après avoir séjourné parmi eux de huit à dix jours au plus, il redescendit à Césarée ; le lendemain il s’assit à son tribunal et ordonna d’amener Paul.
7 Lorsque celui-ci fut présent, les Juifs qui étaient descendus à Jérusalem l’entourèrent, formulant contre lui de nombreuses et graves accusations, qu’ils ne pouvaient prouver.
8 Paul se défendit : “Je n’ai péché ni contre la Loi des Juifs, ni contre le Temple, ni contre César.”
9 Quant à Festus, désireux de s’assurer les bonnes grâces des Juifs, il demanda à Paul : “Veux-tu monter à Jérusalem, afin d’y être jugé de tout cela devant moi ?”
10 Paul répliqua : “Je me tiens devant le tribunal de César, c’est là qu’il me faut être jugé. Je n’ai fait tort en rien aux Juifs, comme tu le sais toi-même fort bien.
11 Si donc je suis coupable et si j’ai fait quelque chose qui mérite la mort, je ne refuse pas de mourir ; mais si rien ne subsiste des griefs dont ces gens-là m’accusent, personne ne peut me livrer à eux. J’en appelle à César.”
12 Alors Festus, après en avoir conféré avec son conseil, conclut : “A César tu en as appelé, devant César tu iras.”
13 Quelques jours s’étaient écoulés lorsque le roi Agrippa et Bérénice arrivèrent à Césarée pour saluer Festus.
14 Comme ils y séjournaient plusieurs jours, Festus exposa au roi l’affaire de Paul : Il y a ici, lui dit-il, un homme que Félix a laissé en prison ;
15 quand j’étais à Jérusalem, les grands-prêtres et les anciens des Juifs portèrent plainte contre lui, demandant sa condamnation ;
16 je leur répondis que ce n’est pas l’usage des Romains de livrer qui que ce soit avant que l’accusé n’ait été confronté avec ses accusateurs et qu’il n’ait eu la facilité de se défendre contre leurs griefs.
17 Eux donc m’accompagnèrent ici ; sans aucun délai, je m’assis au tribunal et j’ordonnai d’amener cet homme.
18 Les accusateurs comparurent, mais ils n’articulèrent contre lui aucune des charges que je supposais ;
19 ils avaient avec lui certaines discussions touchant leur propre religion, et à propos d’un certain Jésus, qui est mort et que Paul affirmait être en vie.
20 Quant à moi, embarrassé d’une enquête sur de telles choses, je lui demandai s’il consentait à aller à Jérusalem et à y être jugé.
21 Mais comme Paul réclama d’être réservé à la décision d’Auguste, j’ai ordonné de le garder jusqu’à ce que je l’envoie à César.
22 Agrippa dit alors à Festus : Je désirerais, moi aussi, entendre cet homme. Demain, répondit le procurateur, tu l’entendras.
23 Le lendemain donc, Agrippa et Bérénice arrivèrent en grande pompe et entrèrent dans la salle d’audience avec les tribuns et les hommes les plus en vue de la ville, et sur l’ordre de Festus, Paul fut introduit.
24 Roi Agrippa, dit Festus, et vous tous qui êtes ici présents, vous voyez cet homme : c’est contre lui que toute l’assemblée des Juifs m’a sollicité, tant à Jérusalem qu’ici, protestant à grands cris qu’il ne fallait pas le laisser vivre plus longtemps.
25 Pour moi j’ai constaté qu’il n’avait rien fait qui méritât la mort, mais comme lui-même en a appelé à Auguste, j’ai décidé de le lui envoyer.
26 Toutefois je n’ai rien de précis sur son compte à écrire au Seigneur (empereur) ; c’est pourquoi je l’ai fait comparaître devant vous et surtout devant toi, roi Agrippa, afin qu’enquête faite, j’aie quelque chose à écrire ;
27 il me semble en effet absurde d’envoyer un prisonnier sans faire savoir aussi les charges qui pèsent sur lui.

Cette Bible est dans le domaine public.