×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Esaïe 10.17     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Esaïe 10.17
Traduction œcuménique de la Bible


1 Malheur à ceux qui prescrivent des lois malfaisantes
et, quand ils rédigent, mettent par écrit la misère :
2 ils écartent du tribunal les petites gens,
privent de leur droit les pauvres de mon peuple,
font des veuves leur proie
et dépouillent les orphelins.
3 Que ferez-vous au jour du châtiment,
quand de loin viendra la tempête ?
Chez qui fuirez-vous pour trouver du secours ?
Où déposerez-vous vos richesses ?
4 On ne pourra que se courber parmi les prisonniers
et tomber parmi les victimes.
Mais avec tout cela, sa colère ne s’est pas détournée
et sa main est encore étendue.

Jugement de l’Assyrie

5 Malheur à l’Assyrie, gourdin de ma colère ;
ce bâton dans sa main, c’est mon indignation.
6 Je l’envoie contre une nation impie,
je le dépêche contre le peuple qui m’excède,
pour y faire du butin et le mettre au pillage,
pour le fouler aux pieds comme la boue des rues.
7 Mais lui, il ne l’entend pas ainsi,
son cœur n’en juge pas ainsi,
car sa pensée est d’exterminer,
de supprimer des nations en grand nombre.
8 Il dit, en effet :
« Mes généraux ne sont-ils pas autant de rois ?
9 Kalno n’est-elle pas devenue comme Karkémish,
ou Hamath comme Arpad, ou Samarie comme Damas ?
10 Si ma main a atteint les royaumes des idoles
- et leurs statues comptaient plus que celles de Jérusalem et de Samarie — ,
11 ne vais-je pas faire de Jérusalem et de ses images
ce que j’ai fait de Samarie et de ses idoles ? »
12 Mais quand le Seigneur aura achevé toute son œuvre sur la montagne de Sion et à Jérusalem, « j’interviendrai, dit-il, contre les prétentions orgueilleuses du roi d’Assyrie et contre l’éclat de son regard hautain,
13 car il s’est dit :
“C’est par la force de ma main que j’ai agi
et par ma sagesse ; car je suis intelligent.
J’ai supprimé les frontières des peuples
et pillé leurs réserves.
Comme un héros, j’ai fait descendre ceux qui siégeaient sur des trônes.
14 Ma main a atteint comme un nid
les richesses des peuples.
Comme on ramasse des œufs abandonnés,
moi, j’ai ramassé toute la terre
et il n’y a eu personne pour battre de l’aile,
ouvrir le bec ou pépier.”
15 Est-ce que le pic se vante
aux dépens de celui qui s’en sert pour tailler ?
Est-ce que la scie se grandit
aux dépens de celui qui la met en mouvement ?
Comme si le gourdin faisait mouvoir celui qui le brandit,
comme si le bâton soulevait celui qui n’est pas de bois ! »
16 C’est pourquoi le Seigneur DIEU, le tout-puissant,
enverra contre ses hommes corpulents la maigreur
et par-dessous sa splendeur s’embrasera un brasier
comme s’embrase un feu.
17 La lumière d’Israël deviendra un feu
et son Saint une flamme
qui brûlera et dévorera
ses ronces et ses épines en un seul jour.

18 La splendeur de sa forêt et de son verger,
il la consumera, corps et âme,
ce sera comme un malade qui dépérit.
19 Le reste des arbres de sa forêt
sera un si petit nombre
qu’un enfant l’inscrirait.
20 Il adviendra, en ce jour-là,
que le reste d’Israël
et les rescapés de la maison de Jacob
cesseront de s’appuyer sur celui qui les frappe :
ils s’appuieront vraiment sur le Seigneur,
sur le Saint d’Israël.
21 Un reste reviendra, le reste de Jacob,
vers le Dieu-Fort.
22 Même si ton peuple, ô Israël,
était comme le sable de la mer,
il n’en reviendra qu’un reste :
la destruction est décidée
qui fera déborder la justice,
23 et l’extermination ainsi décidée, le Seigneur DIEU, le tout-puissant, l’accomplira dans tout le pays.
24 C’est pourquoi ainsi parle le Seigneur DIEU,
le tout-puissant :
O mon peuple qui habites Sion, ne crains pas l’Assyrie
qui te frappe du gourdin
et lève son bâton contre toi à la manière de l’Égypte,
25 car encore un peu, très peu de temps,
et mon indignation contre toi cessera,
mais ma colère tournera à leur ruine.
26 Contre lui le Seigneur, le tout-puissant,
brandira le fouet
comme il frappa Madiân au Rocher de Orev
et il lèvera son bâton sur la mer
comme en Égypte.
27 Il adviendra, en ce jour-là,
que son fardeau glissera de ton épaule
et son joug de ta nuque,
le joug cédera devant l’abondance.
28 Il arrive sur Ayyath, il traverse Migrôn,
à Mikmas il fera garder son équipage,
29 ils traversent le défilé :
« A Guèva nous passerons la nuit ! »
Rama tremble, Guivéa de Saül s’enfuit.
30 Pousse des cris, Bath-Gallim !
Écoute, Laïsha !
31 Malheureuse Anatoth ! Madména se sauve.
Les habitants de Guévim prennent la fuite
32 et le même jour en s’arrêtant à Nov,
il menace de la main la montagne de la fille de Sion,
la colline de Jérusalem.
33 Voici que le Seigneur DIEU, le tout-puissant,
jette bas la ramure avec violence :
ceux qui sont de haute stature sont abattus,
les plus élevés sont mis à bas.
34 Ils tombent sous le fer, les taillis de la forêt,
et le Liban majestueux s’écroule.

Texte de la Traduction Œcuménique de la Bible 1988