×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Shemouël 2 19     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Shemouël 2 19
André Chouraqui


David pleure

1 Le roi s’irrite, monte à l’étage de la porte et pleure. Il disait ainsi en s’en allant : « Mon fils, Abshalôm, mon fils ; mon fils, Abshalôm ! Qui me donnerait de mourir à ta place ! Abshalôm, mon fils, mon fils ! »
2 Cela est rapporté à Ioab : « Voici, le roi pleure et s’endeuille pour Abshalôm. »
3 Le salut, ce jour-là, est un deuil pour tout le peuple. Oui, le peuple entendait, ce jour-là : « Le roi est peiné à cause de son fils. »
4 Le peuple se dérobe, ce jour-là, à l’entrée de la ville, comme se dérobe un peuple dans l’opprobre après s’être enfui de la guerre.
5 Le roi s’emmitoufle les faces, et le roi clame à grande voix : « Mon fils, Abshalôm ! Abshalôm, mon fils, mon fils ! »
6 Ioab vient vers le roi, à la maison et dit : « Tu outrages aujourd’hui les faces de tous tes serviteurs qui ont fait échapper aujourd’hui ton être, avec l’être de tes fils, de tes filles, l’être de tes femmes et l’être de tes concubines,
7 à aimer tes haineux et à haïr tes amants, car tu nous as rapporté aujourd’hui, oui, qu’il n’est pour toi ni chefs, ni serviteurs. Oui, si Abshalôm était vivant, et nous tous morts, aujourd’hui, oui, ce serait alors droit à tes yeux !
8 Maintenant, lève-toi ! Sors et parle au cœur de tes serviteurs. Oui, je te jure par IHVH-Adonaï que si tu ne sors pas pas un seul homme ne nuitera avec toi, cette nuit, et ce malheur serait pire que tous les malheurs survenus contre toi, depuis ta jeunesse jusqu’à maintenant. »
9 Le roi se lève et siège à la porte. À tout le peuple, ils l’avaient rapporté pour dire : « Voici, le roi siège à la porte. » Et tout le peuple vient en face du roi. Israël s’était enfui, chaque homme dans sa tente.

Le retour de David

10 Et c’est tout le peuple qui en débat dans tous les rameaux d’Israël pour dire : « Le roi nous a secourus de la paume de nos ennemis. Il nous a fait échapper à la paume des Pelishtîm. Maintenant, il a dû fuir de la terre, loin d’Abshalôm.
11 Mais Abshalôm, que nous avions messié sur nous, est mort à la guerre. Maintenant, pourquoi vous taisez-vous au lieu de faire retourner le roi ?
12 Le roi David envoie dire à Sadoq et Èbiatar, les desservants : « Parlez aux anciens de Iehouda pour dire : ‹ Pourquoi seriez-vous les derniers à faire retourner le roi dans sa maison ? La parole de tout Israël vient au roi, dans sa maison.
13 Vous, mes frères, vous, mon os, ma chair, vous-mêmes ! Pourquoi seriez-vous les derniers à faire retourner le roi ? ›
14 Vous diriez à ’Amassa : ‹ N’es-tu pas mon os, ma chair, toi ? Elohîms fera ainsi envers moi et ainsi il ajoutera, si tu n’es pas en face de moi tous les jours chef de la milice, à la place de Ioab’. »
15 Il incline le cœur de tout homme de Iehouda comme celui d’un seul homme. Ils envoient au roi : « Retourne, toi, avec tous tes serviteurs. »
16 Le roi retourne et vient jusqu’au Iardèn. Iehouda vient à Guilgal, pour aller à l’abord du roi et faire passer le Iardèn au roi.
17 Shim’i bèn Guéra, de Biniamîn en Bahourîm, se hâte. Il descend avec les hommes de Iehouda à l’abord du roi David.
18 Mille hommes de Biniamîn sont avec lui. Siba, l’adolescent de la maison de Shaoul, ses quinze fils, ses vingt serviteurs sont avec lui. Ils franchissent le Iardèn en face du roi.

Shim’i implore son pardon

19 Le bac passe pour faire passer le roi et bien faire à ses yeux. Shim’i bèn Guéra tombe en face du roi, à son passage du Iardèn.
20 Il dit au roi : « Que mon Adôn ne m’impute pas le tort ! Tu ne te souviendras pas de ce que ton serviteur a été retors, le jour où mon Adôn le roi est sorti de Ieroushalaîm. Que le roi ne le mette pas sur son cœur !
21 Oui, ton serviteur le sait, oui, moi, j’ai fauté. Mais voici, je viens aujourd’hui, premier de toute la maison de Iosseph, pour descendre à l’abord de mon Adôn le roi. »
22 Abishaï bèn Serouyah répond et dit : « Pour cela Shim’i ne sera-t-il pas mis à mort, lui qui a maudit le messie de IHVH-Adonaï ?
23 David dit : « Fils de Serouyah, qu’y a-t-il entre moi et vous ? Oui, seriez-vous avec moi aujourd’hui en Satân ? Aujourd’hui un homme en Israël serait-il mis à mort ? Car est-ce que je ne le sais pas ? Oui, aujourd’hui, le roi d’Israël, c’est moi. »
24 Le roi dit à Shim’i : « Tu ne mourras pas. » Et le roi le lui jure.

Mephiboshèt était-il innocent ?

25 Mephiboshèt, le fils de Shaoul, descend à l’abord du roi. Il ne s’était pas fait les pieds, il ne s’était pas fait la moustache, et n’avait pas lavé ses habits depuis le jour du départ du roi jusqu’au jour de sa venue en paix.
26 Et c’est quand il vient à Ieroushalaîm à l’abord du roi, le roi lui dit : « Pourquoi n’es-tu pas allé avec moi, Mephiboshèt ?
27 Il dit : « Mon Adôn le roi ! Mon serviteur m’a dupé, car ton serviteur lui avait dit : ‹ Selle-moi un âne ; je le chevaucherai et m’en irai avec le roi’; car ton serviteur est boiteux.
28 Et il a calomnié ton serviteur auprès de mon Adôn le roi. Mais mon Adôn le roi est comme un messager d’Elohîms. Fais ce qui est bien à tes yeux.
29 Oui, toute la maison de mon père n’a rien été d’autre que des hommes de mort pour mon Adôn le roi. Et tu as placé ton serviteur parmi ceux qui mangent à ta table. Existe-t-il encore pour moi une justification, sinon d’implorer encore le roi ?
30 Le roi lui dit : « Pourquoi parler encore de tes paroles ? Je te l’ai dit, toi et Siba vous vous partagerez le champ. »
31 Mephiboshèt dit au roi : « Le tout aussi, qu’il le prenne, maintenant que mon Adôn le roi est venu en paix dans sa maison. »

Barzilaï le Guil’adi

32 Barzilaï le Guil’adi était descendu de Roguelîm. Il passe avec le roi le Iardèn, pour l’accompagner sur le Iardèn.
33 Barzilaï, très vieux, âgé de quatre-vingts ans, avait lui-même entretenu le roi pendant son séjour à Mahanaîm ; oui, c’est un très grand homme.
34 Le roi dit à Barzilaï : « Passe, toi, avec moi. Je t’entretiendrai auprès de moi à Ieroushalaîm. »
35 Barzilaï dit au roi : « Combien de jours aux ans de ma vie, pour que je monte avec le roi à Ieroushalaîm ?
36 J’ai moi-même, aujourd’hui, quatre-vingts ans. Que sais-je du bien et du mal ? Est-ce que ton serviteur goûte ce que je mange ou ce que je bois ? Est-ce que j’entends encore la voix des chanteurs et des chanteuses ? Pourquoi ton serviteur serait-il encore à charge à mon Adôn le roi ?
37 Ton serviteur passerait avec peine le Iardèn avec le roi ! Mais pourquoi le roi me rétribuerait-il de cette rétribution ?
38 Ton serviteur retournera donc. Je mourrai dans ma ville, auprès du sépulcre de mon père et de ma mère. Mais voici, ton serviteur Khimhâm passera avec mon Adôn le roi. Fais-lui ce qui est bien à tes yeux. »
39 Le roi dit : « Khimhâm passera avec moi. Et je lui ferai, moi, ce qui est bien à tes yeux. Tout ce que tu choisiras, je le ferai pour toi. »
40 Tout le peuple passe le Iardèn. Le roi passe. Le roi embrasse Barzilaï, le bénit et retourne à son lieu.

Iehouda et Israël rivaux

41 Le roi passe à Guilgal. Khimhâm passe avec lui, avec tout le peuple de Iehouda. Ils font passer le roi, avec, aussi, la moitié du peuple d’Israël.
42 Et voici, tous les hommes d’Israël viennent vers le roi. Ils disent au roi : « Pourquoi nos frères, les hommes de Iehouda, t’ont-ils volé et font-ils passer le Iardèn au roi et à sa maison, avec tous les hommes de David ?
43 Tout homme de Iehouda répond à l’homme d’Israël : « Oui, le roi est proche de moi. Pourquoi te brûle-t-elle ainsi, cette parole ? Avons-nous mangé, mangé de ce qui est au roi ? Ou bien nous a-t-il apporté une part ?
44 L’homme d’Israël répond et dit à l’homme de Iehouda : « J’ai dix mains sur le roi et sur David aussi, moi, plus que toi ! Pourquoi m’as-tu maudit ? Ma parole n’a-t-elle pas été la première, pour faire retourner mon roi ? Mais la parole de l’homme de Iehouda est plus dure que la parole de l’homme d’Israël.

Cette Bible est dans le domaine public.