×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Accueil  /  Bible  /  Vigouroux  / Luc 5.1     

Luc 5.1
Vigouroux


La pêche miraculeuse

1 Or il arriva, tandis que les foules se précipitaient sur lui pour entendre la parole de Dieu, qu’il était lui-même au bord du lac de Génésareth.[5.1 Lac de Génésareth. Voir la note 33 à la fin du volume. Saint Luc est le seul des évangélistes qui qualifie le lac, le lac de Tibériade, en employant la dénomination grecque. Les autres auteurs sacrés l’appellent une mer, selon l’usage hébreu qui appelle mer tout amas d’eaux.]
2 Et il vit deux barques arrêtées au bord du lac ; les pêcheurs étaient descendus, et lavaient leurs filets.[5.2 Voir Matthieu, 4, 18 ; Marc, 1, 16.]
3 Et montant dans l’une de ces barques, qui appartenait à Simon, il le pria de s’éloigner un peu de la terre ; et s’étant assis, il enseignait les foules de dessus la barque.[5.3 La barque de Pierre où Jésus enseigne est la figure de l’Eglise ; là où est Pierre, le Christ instruit les peuples.]
4 Lorsqu’il eut cessé de parler, il dit à Simon : Pousse au large, et jetez vos filets pour pêcher.
5 Simon, lui répondant, dit : Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur votre parole, je jetterai le filet.
6 Lorsqu’ils l’eurent fait, ils prirent une si grande quantité de poissons, que leur filet se rompait.
7 Et ils firent signe à leurs compagnons, qui étaient dans l’autre barque, de venir les aider. Ils vinrent, et ils remplirent les deux barques, au point qu’elles étaient presque submergées.
8 Quand Simon Pierre vit cela, il tomba aux pieds de Jésus, en disant : Seigneur, retirez-vous de moi, car je suis un pécheur.
9 Car l’épouvante l’avait saisi, et aussi tous ceux qui étaient avec Lui, à cause de la pêche des poissons qu’ils avaient faite ;
10 et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, qui étaient compagnons de Simon. Alors Jésus dit à Simon : Ne crains pas ; désormais ce sont des hommes que tu prendras.
11 Et ayant ramené les barques à terre, ils quittèrent tout, et le suivirent.

Guérison d’un lépreux et d’un paralysé

12 Et comme il était dans une des villes, voici qu’un homme couvert de lèpre, voyant Jésus, se prosterna la face contre terre, et le pria, en disant : Seigneur, si vous voulez, vous pouvez me guérir.[5.12 Voir Matthieu, 8, 2 ; Marc, 1, 40. — Des villes ; c’est-à-dire des villes voisines. — Dans une des villes de Galilée, peut-être Capharnaüm.]
13 Jésus, étendant la main, le toucha et dit : Je le veux, sois guéri. Et, au même instant, la lèpre le quitta.
14 Et il lui ordonna de n’en parler à personne : Mais, dit-il, va, montre-toi au prêtre, et offre pour ta guérison ce que Moïse a prescrit, afin que cela leur serve de témoignage.[5.14 Voir Lévitique, 14, 4. — En témoignage pour eux, pour que cela leur serve de témoignage et de preuve incontestable de ma puissance et de ma fidélité à faire observer la loi.]
15 Cependant, sa renommée se répandait de plus en plus, et des foules nombreuses venaient pour l’entendre, et pour être guéries de leurs maladies.
16 Mais lui, il se retirait dans le désert et priait.
17 Il arriva qu’un jour il était assis et enseignait. Et des pharisiens et des docteurs de la loi, qui étaient venus de tous les villages de la Galilée, et de la Judée, et de Jérusalem, étaient assis auprès de lui ; et la puissance du Seigneur agissait pour opérer des guérisons.
18 Et voici que des gens, portant sur un lit un homme qui était paralytique, cherchaient à le faire entrer et à le déposer devant Jésus.[5.18 Voir Matthieu, 9, 2 ; Marc, 2, 3.]
19 Mais, ne trouvant pas par où le faire entrer, à cause de la foule, ils montèrent sur le toit, et, par les tuiles, ils le descendirent avec le lit au milieu de l’assemblée, devant Jésus.[5.19 Sur les toits. Voir Marc, note 2.4. Les mots par les tuiles traduisent les mots grecs dia tôn keramôn. Keramos désigne tout ce qui est fait en terre et en particulier la terrasse en terre qui forme le toit des maisons orientales.]
20 Dès qu’il vit leur foi, il dit : Homme, tes péchés te sont remis.
21 Alors, les scribes et les pharisiens se mirent à penser et à dire en eux-mêmes : Quel est celui-ci, qui profère des blasphèmes ? Qui peut remettre les péchés, si ce n’est Dieu seul ?[5.21 Les Scribes et les Pharisiens lancent, déjà, la sentence de mort, selon la loi : que celui qui blasphème meure (saint Chrysostome). Jésus prouve qu’il est Dieu, en exerçant un pouvoir qui, même selon les Hébreux, appartenait seulement à Dieu : celui de remettre les péchés.]
22 Mais Jésus, connaissant leurs pensées, prit la parole et leur dit : Que pensez-vous dans vos cœurs ?
23 Lequel est le plus facile, de dire : Tes péchés te sont remis ; ou de dire : Lève-toi et marche ?
24 Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de remettre les péchés : Je te l’ordonne, dit-il au paralytique ; lève-toi, prends ton lit et va dans ta maison.
25 Et aussitôt, se levant devant eux, il prit le lit sur lequel il était couché, et s’en alla dans sa maison, glorifiant Dieu.
26 Et la stupeur les saisit tous, et ils glorifiaient Dieu. Et ils furent remplis de crainte, et ils disaient : Nous avons vu aujourd’hui des choses prodigieuses.

Réactions face à Jésus

27 Après cela, Jésus sortit, et vit un publicain, nommé Lévi, assis au bureau des impôts. Et il lui dit : Suis-moi.[5.27 Voir Matthieu, 9, 9 ; Marc, 2, 14. — Un publicain nommé Lévi. Saint Matthieu. Voir l’Introduction à l’Evangile selon saint Matthieu.]
28 Et laissant tout, il se leva et le suivit.
29 Lévi lui fit un grand festin dans sa maison, et il y avait une foule nombreuse de publicains et d’autres personnes qui étaient à table avec eux.
30 Mais les pharisiens et leurs scribes murmuraient, et disaient à ses disciples : Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ?
31 Et Jésus, prenant la parole, leur dit : Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin du médecin, mais les malades.
32 Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs, à la pénitence.
33 Alors ils lui dirent : Pourquoi les disciples de Jean font-ils souvent des jeûnes et des prières, de même ceux des pharisiens, tandis que les vôtres mangent et boivent ?[5.33 Voir Marc, 2, 18.]
34 Il leur répondit : Pouvez-vous faire jeûner les amis (fils) de l’époux, pendant que l’époux est avec eux ?[5.34 Les fils de l’époux. Voir Matthieu, 9, 15. La venue du Christ fut une fête nuptiale puisqu’il a épousé la nature humaine (saint Chrysostome).]
35 Mais viendront des jours où l’époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront en ces jours-là.
36 Il leur proposa aussi cette comparaison : Personne ne met une pièce d’un vêtement neuf à un vieux vêtement ; autrement on déchire le neuf, et la pièce du vêtement neuf ne convient pas au vieux vêtement. (préférer Glaire)
37 Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement le vin nouveau rompra les outres, et il se répandra, et les outres seront perdues.[5.37 Des outres. Voir Matthieu, 9, 17.]
38 Mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves, et ainsi les deux se conservent.
39 Et personne, buvant du vin vieux, n’en veut aussitôt du nouveau ; car il dit : Le vieux est meilleur.

Cette Bible est dans le domaine public.