×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Job 9     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Job 9
Bible du Semeur


Réponse de Job à Bildad

Dieu est le plus fort

1 Alors Job répondit :
2 Oui, certes, je le sais, il en est bien ainsi :
comment un homme serait-il juste devant Dieu ?

3 Qui donc s’aviserait de plaider contre lui ?
Même une fois sur mille, il ne pourra répondre.

4 Dieu est riche en sagesse, et puissante est sa force.
Qui pourrait le braver et s’en sortir indemne ?

5 Lui qui déplace les montagnes sans qu’elles ne s’en doutent
et les renverse en sa colère,

6 il fait trembler la terre jusqu’en ses fondations :
ses colonnes chancellent.

7 Il ordonne au soleil de ne pas se lever,
et met sous scellés les étoiles.

8 Lui seul déploie le ciel
et marche sur la mer, sur ses plus hautes vagues.

9 Il a fait la Grande Ourse, Orion et les Pléïades,
et les constellations australes.

10 Il accomplit des œuvres grandioses, insondables,
et des prodiges innombrables.

11 S’il passait près de moi, je ne le verrais pas,
puis il s’éloignerait, je ne m’en apercevrais pas.

12 Qui peut lui retirer la proie qu’il prend de force ?
Qui osera lui dire : « Que fais-tu là ? »

13 Dieu ne retient pas sa colère.
Et devant lui s’effondrent tous les appuis de l’orgueilleux.

14 Combien moins oserais-je lui donner la réplique,
et quels mots choisirais-je pour plaider avec lui ?

15 Même si je suis juste, je ne peux rien répondre.
Je ne puis qu’implorer la pitié de mon juge.

16 Si même, à mon appel, il daignait me répondre,
je ne pourrais quand même pas croire qu’il m’écoute,

17 car il m’a fait passer sous un vent de tempête,
il a multiplié mes blessures sans cause.

18 Il ne me permet pas de reprendre mon souffle,
tant il me rassasie de fiel.

19 Recourir à la force ? Mais il est le plus fort.
Ou faire appel au droit ? Qui donc l’assignera ?

20 Si j’étais juste, c’est ma bouche elle-même qui me condamnerait.
Si j’étais innocent, ma bouche me donnerait tort.

21 Suis-je vraiment intègre ? Je ne saurais le dire :
je méprise ma vie.

22 Que m’importe, après tout ! C’est pourquoi j’ose dire :
« Dieu détruit aussi bien l’innocent que l’impie. »

23 Quand survient un fléau qui tue soudainement,
Dieu se rit des épreuves qui atteignent les justes.

24 Quand il livre un pays au pouvoir des méchants,
il en aveugle tous les juges.
Et si ce n’est pas lui, alors, qui est-ce donc ?

25 Mes jours ont fui plus vite qu’un agile coureur,
ils se sont écoulés, mais sans voir le bonheur,

26 ils ont glissé, rapides comme un esquif de jonc,
comme le vol d’un aigle qui fonce sur sa proie.

27 Si même je me dis : « Oublie donc ta souffrance,
va, change de visage et mets-toi à sourire ! »,

28 je redoute tous mes tourments
car je sais bien que tu ne me traiteras pas en innocent.

29 Je serai tenu pour coupable !
Alors, pourquoi devrais-je me donner tant de peine en vain ?

30 J’aurais beau me laver avec de l’eau de neige,
oui, j’aurais beau me nettoyer les mains avec de la potasse,

31 toi tu me plongerais dans un bourbier fangeux
pour que mes habits mêmes me prennent en horreur.

32 Car il n’est pas un homme comme moi, pour que je lui réplique
ou pour que nous allions ensemble au tribunal.

33 Il n’y a pas d’arbitre pouvant s’interposer
et trancher entre nous.

34 Que Dieu écarte son bâton
et que les terreurs qu’il me donne ne m’épouvantent plus !

35 Alors je parlerai sans avoir peur de lui.
Mais ce n’est pas le cas, je suis tout seul avec moi-même !


Texte de la Version Semeur 1992
Copyright © Société Biblique Internationale. Tous droits réservés.