×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Juges 5     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Juges 5
Segond « Colombe »


Cantique de Débora

1 En ce jour-là, Débora chanta avec Baraq, fils d’Abinoam :
2 Quand on laisse flotter sa chevelure en Israël,
Quand un peuple se porte volontaire lui-même :
Bénissez-en l’Éternel !
3 Rois, écoutez ! Princes, prêtez l’oreille !
Je chanterai, oui, moi je chanterai à l’Éternel,
Je psalmodierai en l’honneur de l’Éternel, le Dieu d’Israël.
4 Ô Éternel ! Quand tu sortis de Séir,
Quand tu t’avanças depuis la campagne d’Édom,
La terre trembla, et les cieux se fondirent,
Et les nuées se fondirent en eaux ;
5 Les montagnes croulèrent devant l’Éternel,
Ce Sinaï devant l’Éternel, le Dieu d’Israël.
6 Au temps de Chamgar, fils d’Anath,
Au temps de Yaël, les routes étaient abandonnées,
Et ceux qui voyageaient prenaient des chemins détournés.
7 On avait abandonné les villes ouvertes en Israël,
On les avait abandonnées,
Jusqu’à ce que je me sois levée, moi, Débora,
Que je me sois levée comme une mère en Israël.
8 On avait choisi de nouveaux dieux :
Alors la guerre était aux portes ;
Voyait-on un bouclier, une lance
Pour quarante milliers en Israël ?
9 Mon cœur va aux chefs d’Israël,
À ceux du peuple qui se sont portés volontaires.
Bénissez l’Éternel !
10 Vous qui montez de blanches ânesses,
Vous qui avez pour sièges des tapis,
Et vous qui marchez sur la route, réfléchissez !
11 Que de leur voix les porteurs (d’eau) du milieu des abreuvoirs,
Célèbrent les bienfaits de l’Éternel,
Les bienfaits, car il a mis Israël au large !
Alors le peuple de l’Éternel descendit aux portes.
12 Réveille-toi, réveille-toi, Débora !
Réveille-toi, réveille-toi, dis un cantique !
Lève-toi, Baraq, et emmène tes captifs, fils d’Abinoam !
13 Alors (Dieu) donna, au reste des nobles, la domination sur un peuple,
L’Éternel me donna la domination parmi les héros.
14 D’Éphraïm, la racine même est contre Amalec.
À ta suite, Benjamin est parmi tes troupes.
De Makir, des chefs sont descendus (au combat).
Et de Zabulon des recruteurs, avec le bâton du scribe.
15 Les princes d’Issacar furent avec Débora,
Issacar est pour Baraq,
Il fut envoyé sur ses pas dans la vallée.
Près des ruisseaux de Ruben,
Grandes furent les résolutions du cœur !
16 Pourquoi es-tu resté entre deux parcs
À écouter le bêlement des troupeaux ?
Aux ruisseaux de Ruben,
Grandes furent les délibérations du cœur !
17 Galaad au-delà du Jourdain y est resté !
Pourquoi Dan a-t-il élu domicile sur des navires ?
Aser est assis au bord de la mer,
Il est resté sur ses brisants.
18 Zabulon est un peuple qui affronta la mort
Et Nephthali de même,
Sur les hauteurs du champ (de bataille).
19 Les rois vinrent, ils combattirent,
Alors combattirent les rois de Canaan,
À Taanak, aux eaux de Meguiddo ;
Ils n’en tirèrent pas un avantage en argent.
20 Des cieux on combattit,
De leur orbite les étoiles combattirent contre Sisera.
21 Le torrent de Qichôn les a balayés,
Le torrent des anciens temps, le torrent de Qichôn.
Mon âme, foule aux pieds (leur) vigueur !
22 Alors les sabots des chevaux retentirent,
À la fuite, à la fuite (précipitée) de leurs guerriers.
23 Maudissez Méroz, dit l’Ange de l’Éternel,
Maudissez, maudissez ses habitants,
Car ils ne vinrent pas à l’aide de l’Éternel,
À l’aide de l’Éternel, parmi les héros.
24 Bénie soit entre les femmes Yaël,
Femme de Héber, le Qénien !
Bénie soit-elle entre les femmes (qui habitent) sous la tente !
25 Il demanda de l’eau, elle a donné du lait !
Dans la coupe d’honneur elle a présenté de la crême.
26 D’une main elle a saisi le pieu,
Et de sa droite le marteau des travailleurs ;
Elle a martelé Sisera, lui a fendu la tête,
Fracassé et transpercé la tempe.
27 Aux pieds (de Yaël) il s’est affaissé,
Il est tombé, il s’est couché
À ses pieds il s’est affaissé, il est tombé ;
Là où il s’est affaissé, là il est tombé raide mort.
28 Du haut de la fenêtre, à travers le treillis,
La mère de Sisera regarde et s’exclame :
Pourquoi son char tarde-t-il à venir ?
Pourquoi ses chars vont-ils si lentement ?
29 Les plus sages d’entre ses suivantes lui répondent,
Et elle s’adresse à elle-même ces paroles :
30 Ne trouvent-ils pas du butin ? Ne le partagent-ils pas ?
Une fille, deux filles par tête de guerrier,
Du butin en vêtements de couleur pour Sisera,
Du butin en vêtements de couleur, brodés,
Un vêtement de couleur, deux vêtements brodés,
Pour le cou du vainqueur.
31 Périssent ainsi tous tes ennemis, Éternel !
Ceux qui l’aiment sont comme le soleil,
Quand il paraît dans sa force. Le pays fut tranquille pendant quarante ans.

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.