×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Daniel 5     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Daniel 5
Segond « Colombe »


Chute de Babylone

1 Le roi Belchatsar donna un grand festin à ses grands au nombre de mille et il but du vin en présence de ces mille.
2 Belchatsar, après avoir goûté au vin, ordonna d’apporter les vases d’or et d’argent que son père Neboukadnetsar avait enlevés du temple de Jérusalem, afin que le roi y boive ainsi que ses femmes, ses concubines et ses grands.
3 Alors on apporta les vases d’or qui avaient été enlevés du temple, de la maison de Dieu à Jérusalem ; et le roi, ses grands, ses femmes et ses concubines y burent.
4 Ils burent du vin et ils louèrent les dieux d’or, d’argent, de bronze, de fer, de bois et de pierre.
5 À ce moment-là, apparurent les doigts d’une main d’homme, et ils écrivirent, en face du chandelier, sur le plâtre de la muraille du palais royal. Le roi vit cette extrémité de main qui écrivait.
6 Alors le roi pâlit et ses pensées l’épouvantèrent ; les jointures de ses reins se relâchèrent, et ses genoux s’entrechoquaient.
7 Le roi cria avec force de faire venir les astrologues, les Chaldéens et les devins ; et le roi prit la parole et dit aux sages de Babylone : Quiconque lira cette écriture et m’en donnera l’explication sera revêtu de pourpre, portera un collier d’or à son cou et aura la troisième place dans le gouvernement du royaume.
8 Tous les sages du roi entrèrent ; mais ils ne purent pas lire l’écriture, ni en faire connaître l’explication au roi.
9 Sur quoi le roi Belchatsar fut tout à fait épouvanté ; il pâlit et ses grands furent consternés.
10 La reine, à cause des paroles du roi et de ses grands, entra dans la salle du festin et prit ainsi la parole : Ô roi, vis à jamais ! Que tes pensées ne t’épouvantent pas, tu n’as pas besoin de pâlir
11 Il y a dans ton royaume un homme ayant en lui l’esprit des dieux saints. Et du temps de ton père, on trouva chez lui des lumières, de l’intelligence et une sagesse semblable à la sagesse des dieux. Aussi le roi Neboukadnetsar, ton père, l’établit chef des magiciens, des astrologues, des Chaldéens, des devins — c’était le roi, ton père.
12 parce qu’on a trouvé chez lui, chez Daniel, nommé par le roi Beltchatsar, un esprit supérieur, de la science et de l’intelligence, la faculté d’expliquer les rêves, de déchiffrer les énigmes et de résoudre les questions difficiles ; que Daniel soit donc appelé, il donnera l’explication.
13 Alors Daniel fut introduit devant le roi. Le roi prit la parole et dit à Daniel : Es-tu ce Daniel, l’un des déportés de Juda, que le roi, mon père, a amenés de Juda
14 J’ai appris sur ton compte que tu as en toi l’esprit des dieux, et qu’on trouve chez toi des lumières, de l’intelligence et une sagesse extraordinaire.
15 On vient d’amener devant moi les sages et les astrologues, afin de lire cette écriture et de m’en faire connaître l’explication ; mais ils n’ont pas pu donner l’explication des mots.
16 J’ai appris que tu peux donner des explications et résoudre des questions difficiles ; maintenant, si tu peux lire cette écriture et m’en faire connaître l’explication, tu seras revêtu de pourpre, tu porteras un collier d’or à ton cou et tu auras la troisième place dans le gouvernement du royaume.
17 Alors Daniel répondit en présence du roi : Garde tes dons pour toi, et accorde à un autre tes présents. Je lirai néanmoins l’écriture au roi et je lui en ferai connaître l’explication.
18 Ô roi, le Dieu Très-Haut avait donné à Neboukadnetsar, ton père, la royauté, la grandeur, l’honneur et la gloire.
19 À cause de la grandeur qu’il lui avait donnée, tous les peuples, les nations, les hommes de toutes langues étaient dans la crainte et tremblaient devant lui. Le roi faisait mourir ceux qu’il voulait et il laissait la vie à ceux qu’il voulait ; il élevait ceux qu’il voulait et il abaissait ceux qu’il voulait.
20 Mais lorsque son cœur s’éleva et que son esprit s’endurcit jusqu’à l’arrogance, il fut précipité de son trône royal et dépouillé de sa gloire.
21 il fut chassé du milieu des humains, son cœur devint semblable à celui des bêtes, et sa demeure fut avec les ânes sauvages ; on lui donna, comme aux bœufs de l’herbe à manger, et son corps fut trempé de la rosée du ciel, jusqu’à ce qu’il reconnaisse que le Dieu Très-Haut domine sur (toute) royauté humaine et qu’il y place celui qu’il veut.
22 Et toi, Belchatsar, son fils, tu n’as pas humilié ton cœur, quoique tu aies connu tout cela.
23 Tu t’es élevé contre le Seigneur des cieux ; tu as fait apporter devant toi les vases de sa maison, et vous y avez bu du vin, toi et tes grands, tes femmes et tes concubines ; tu as loué les dieux d’argent, d’or, de bronze, de fer, de bois et de pierre, qui ne voient pas, qui n’entendent pas et qui n’ont pas la connaissance, et tu n’as pas glorifié le Dieu qui a dans sa main ton souffle et toutes tes voies.
24 C’est pourquoi il a envoyé cette extrémité de main qui a tracé cette écriture.
25 Voici l’écriture qui a été tracée : Mené, mené, téqel et parsîn.
26 Et voici l’explication de ces mots. Mené : Dieu a compté ton règne et y a mis fin.
27 Téqel : Tu as été pesé dans la balance et tu as été trouvé léger.
28 Parsîn : Ton royaume sera divisé et donné aux Mèdes et aux Perses.
29 Aussitôt Belchatsar ordonna de revêtir Daniel de pourpre, de lui mettre au cou un collier d’or et de publier qu’il aurait la troisième place dans le gouvernement du royaume.
30 Cette même nuit, Belchatsar, roi des Chaldéens, fut tué.

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.