×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  2 Rois 19     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

2 Rois 19
Segond « Colombe »


Délivrance de Jérusalem

1 Lorsque le roi Ézéchias eut entendu cela, il déchira ses vêtements, se couvrit d’un sac et se rendit dans la maison de l’Éternel.
2 Il envoya Éliaqim, intendant du palais, Chebna, le secrétaire, et les (plus) anciens des sacrificateurs, couverts de sacs, vers le prophète Ésaïe, fils d’Amots.
3 Ils lui dirent : Ainsi parle Ézéchias : Ce jour est un jour de détresse, de châtiment et d’opprobre ; car les enfants sont près de sortir du sein maternel, et il n’y a point de force pour l’accouchement.
4 Peut-être l’Éternel, ton Dieu, entendra-t-il toutes les paroles du Rabchaqé que le roi d’Assyrie, son seigneur, a envoyé pour insulter le Dieu vivant, et peut-être exercera-t-il ses châtiments à cause des paroles qu’a entendues l’Éternel ton Dieu. Fais donc monter une prière pour le reste, qui subsiste encore.
5 Les serviteurs du roi Ézéchias allèrent donc auprès d’Ésaïe.
6 Ésaïe leur dit : Voici ce que vous direz à votre seigneur : Ainsi parle l’Éternel : Ne t’effraie pas des paroles que tu as entendues et par lesquelles m’ont bafoué les jeunes serviteurs du roi d’Assyrie.
7 Je vais mettre en lui un esprit tel que, sur une nouvelle qu’il recevra, il retournera dans son pays ; et je le ferai tomber par l’épée dans son pays.
8 Le Rabchaqé s’en retourna et trouva le roi d’Assyrie qui attaquait Libna, car il avait appris son départ de Lakich.
9 Alors le roi d’Assyrie reçut une nouvelle au sujet de Tirhaqa, roi d’Éthiopie ; on lui dit : Voici qu’il s’est mis en marche pour te faire la guerre.
10 Alors il envoya de nouveau des messagers à Ézéchias, en disant : Vous parlerez ainsi à Ézéchias, roi de Juda : Que ton Dieu, en qui tu te confies, ne t’abuse pas en disant : Jérusalem ne sera pas livrée entre les mains du roi d’Assyrie.
11 Tu as toi-même appris ce qu’ont fait les rois d’Assyrie à tous les pays ; ils les ont voués à l’interdit ; et toi, tu serais délivré
12 Les dieux des nations que mes pères ont détruites les ont-ils délivrées, Gozân, Harân, Retseph, et les fils d’Éden qui sont à Telassar
13 Où sont le roi de Hamath, le roi d’Arpad et le roi de la ville de Sepharvaïm, de Héna et de Ivva ?
14 Ézéchias prit la lettre de la main des messagers, la lut et monta à la maison de l’Éternel, Ézéchias la déploya devant l’Éternel.
15 Ézéchias pria devant l’Éternel et dit : Éternel, Dieu d’Israël, qui sièges sur les chérubins ! C’est toi qui es le seul Dieu pour tous les royaumes de la terre, c’est toi qui as fait les cieux et la terre.
16 Éternel ! Prête l’oreille et écoute ! Éternel, ouvre les yeux et regarde ! Écoute les paroles de Sennachérib, qui a envoyé le (Rabchaqé) pour insulter le Dieu vivant.
17 Il est vrai, ô Éternel ! que les rois d’Assyrie ont exterminé les nations et leurs pays.
18 Ils ont jeté leurs dieux au feu, — en fait, ceux-là n’étaient pas des dieux, mais des ouvrages de mains d’homme, du bois et de la pierre — et ils les ont anéantis.
19 Maintenant, Éternel, notre Dieu, sauve-nous donc de la main de Sennachérib, et que tous les royaumes de la terre reconnaissent que toi seul, Éternel, tu es Dieu.
20 Alors Ésaïe, fils d’Amots, envoya dire à Ézéchias : Ainsi parle l’Éternel, le Dieu d’Israël : J’ai entendu la prière que tu m’as adressée au sujet de Sennachérib, roi d’Assyrie.
21 C’est ici la parole que l’Éternel a prononcée contre lui : Elle te méprise, elle se moque de toi,
La vierge, fille de Sion ;
Elle hoche la tête après toi,
La fille de Jérusalem.
22 Qui as-tu insulté et bafoué ?
Contre qui as-tu élevé la voix ?
Tu as porté tes yeux en haut
Sur le Saint d’Israël !
23 Par l’intermédiaire de messagers tu as insulté le Seigneur
Et tu as dit :
Avec la multitude de mes chars,
J’ai gravi la cime des montagnes,
Au plus profond du Liban ;
Je coupe les plus élevés de ses cèdres,
Les plus beaux de ses cyprès,
Et j’atteins son dernier abri
Sa forêt semblable à un verger ;
24 J’ai creusé et j’ai bu de l’eau étrangère,
Je tarirai avec la plante de mes pieds
Tout le delta du Nil.
25 N’as-tu pas appris que j’ai fait ces choses depuis longtemps,
Que dès les jours d’autrefois je les ai formées ?
Maintenant je les fais venir,
Et les villes fortes seront réduites à n’être que des monceaux de ruines.
26 Leurs habitants sont impuissants,
Ils ont peur, ils ont honte ;
Ils sont comme l’herbe de champs et la tendre verdure,
Comme le gazon des toits,
comme la rouille (du blé) avant (la formation de) sa tige.
27 Mais je sais quand tu t’assieds, quand tu sors et quand tu entres,
Et quand tu t’emportes contre moi.
28 Parce que tu t’emportes contre moi,
Et que ton arrogance est montée à mes oreilles,
Je mettrai ma boucle à tes narines et mon mors à tes lèvres,
Et je te ferai retourner par le chemin par lequel tu es venu.
29 Que ceci soit un signe pour toi :
On mangera cette année le produit du grain tombé,
Et la suivante ce qui pousse de soi-même ;
Mais la troisième année, semez, moissonnez,
Plantez des vignes et mangez-en le fruit.
30 Les rescapés de la maison de Juda qui seront restés
Produiront encore des racines vers le bas
Et porteront du fruit vers le haut.
31 Car de Jérusalem il sortira un reste,
Et de la montagne de Sion des rescapés.
Voilà ce que fera le zèle de l’Éternel des armées.
32 C’est pourquoi ainsi parle l’Éternel à l’égard du roi d’Assyrie :
Il n’entrera pas dans cette ville,
Il n’y lancera pas de flèche,
Il ne lui opposera pas de bouclier
Et n’élèvera pas de retranchements contre elle.
33 Il s’en retournera pas le chemin par lequel il sera venu,
Et il n’entrera pas dans cette ville,
Oracle de l’Éternel.
34 Je protégerai cette ville pour la sauver,
À cause de moi et à cause de David, mon serviteur.
35 Or cette nuit-là, l’ange de l’Éternel sortit et frappa dans le camp des Assyriens 185 000 (hommes), et quand on se leva le matin, voici que c’étaient tous des cadavres.
36 Alors Sennachérib, roi d’Assyrie, s’en alla et retourna pour résider à Ninive.
37 Or, comme il était prosterné dans la maison de Nisrok, son dieu, ses fils Adrammélek et Saretser, le frappèrent avec l’épée et s’enfuirent au pays d’Ararat. Son fils Ésar-Haddôn régna à sa place.

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.