×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Découvrement 8     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Découvrement 8
André Chouraqui


Septième sceau

1 Quand il ouvre le sceau, le septième, survient le silence dans le ciel, environ une demi-heure…
2 Je vois les sept messagers, ils se tiennent devant Elohîms. Il leur a été donné sept shophars.
3 Un autre messager vient. Il se tient sur l’autel. Il a un encensoir d’or. Il lui a été donné beaucoup d’encens, pour qu’il l’offre avec les prières des consacrés, tous, sur l’autel d’or, devant le trône.
4 Monte la fumée de l’encens, avec les prières des consacrés, par la main du messager devant l’Elohîms.
5 Le messager prend l’encensoir. Il le remplit du feu de l’autel, et le jette sur la terre. Surviennent tonnerres et voix, éclairs et séismes.
6 Les sept messagers aux sept shophars se préparent à sonner.

Quatre premiers shophars

7 Le premier sonne ; et c’est la grêle, le feu, mêlés de sang, jetés sur la terre. Le tiers de la terre brûle, le tiers des arbres brûle et toute herbe verte brûle,
8 Le deuxième messager sonne. C’est comme une grande montagne brûlante de feu. Elle est jetée dans la mer. Le tiers de la mer devient sang.
9 Meurt le tiers des créatures ayant être, dans la mer, et le tiers des navires est détruit.
10 Le troisième messager sonne. Tombe hors du ciel l’étoile, la grande. Elle brûle comme une lampe. Elle tombe sur le tiers des fleuves et sur les sources des eaux.
11 Le nom de l’étoile se dit : « L’absinthe. » Le tiers des eaux devient de l’absinthe, et beaucoup d’hommes meurent des eaux devenues amères.
12 Le quatrième messager sonne. Est éteint le tiers du soleil, le tiers de la lune, le tiers des étoiles, pour que s’enténèbrent leurs tiers ; le tiers du jour n’apparaît pas, ni de la nuit.
13 Je vois et j’entends un aigle. Il vole au milieu du ciel et dit à voix forte : « Oïe ! Oïe ! Oïe ! habitants de la terre, à cause des voix qui restent, celles du shophar des trois messagers qui vont sonner. »

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf