Fermer le panneau de recherche

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Introduction à Malachie
La Bible Louis Segond

(Michée 6.2, Ésaïe 40.10, Romains 10.21).

Ce livre est intitulé « Malachie » (envoyé ou messager de Dieu), du nom du prophète qui porta son message à un peuple de retour d’exil, en proie au découragement et à l’indifférence. Le livre nous situe dans un contexte de crise généralisée chez les Israélites. Le croyant y pose certaines questions capitales auxquelles le prophète répond.

Le chapitre 1.1-14 aborde les questions de l’élection et de l’indignité. À la question : « En quoi nous as- tu aimés ? », la prophétie répond en évoquant l’exemple troublant de la préférence de Dieu pour Jacob (= Israël) au détriment d’Ésaü (= Édom). En effet le Seigneur déclara qu’il aimait Jacob plus que son frère jumeau Ésaü (1.1–5).

Mais le culte était négligé par ces descendants de Jacob (1.6-14): Dieu était trompé, ses sacrifices avilis et parfois volés, bref la table de l’Éternel était méprisable, disaient certains fidèles. À la question : « C’est en vain que l’on sert Dieu ; qu’avons-nous gagné à observer ses préceptes ? », la prophétie répondait par l’énumération des tricheries du peuple et de ses sacrificateurs dans l’exercice du culte.

Le chapitre 2.1-16 dépeint un clergé indigne et deux manières de trahir l’alliance. Avec des offrandes défectueuses et des sacrificateurs infidèles, Lévi renia l’alliance de paix que Dieu avait conclue avec lui pour le sacerdoce (2.4-8). À la question de savoir pourquoi l’Éternel « n’a plus égard aux offrandes ? », la prophétie répondit en plaçant le débat sur le plan de la conduite individuelle en matière matrimoniale. Exogamies et répudiations caractérisaient le laxisme spirituel des déçus de la restauration.

L’Éternel avertit sévèrement les prêtres. En effet, s’ils continuaient à déshonorer l’Éternel, il les maudirait, ainsi que leurs descendants. Il maudirait aussi leurs bénédictions. Dieu rappela le portrait d’un vrai serviteur (2.4-8). Avec la complicité des prêtres, le peuple trahit l’alliance divine : d’abord certains rompirent l’alliance avec Dieu en bafouant sa parole, ensuite d’autres rompirent l’alliance conjugale en divorçant puis en épousant des femmes étrangères idolâtres.

Dans les chapitres 2.17 à 4.6, le plan d’action de l’Éternel est exposé. À la question : « Où est le Dieu de la justice ? » (2.17), la prophétie répondit que le jour du jugement viendra, terrible et soudain (3.1s). Le Seigneur allait envoyer son messager (2.17–3.1-5) qui inviterait le peuple à revenir à Dieu (3.6-12). À la question : « En quoi devons-nous revenir à Dieu ? » (3.7), la prophétie répondit en évoquant une sécheresse et une invasion de sauterelles comme conséquences des fraudes commises à l’égard de l’impôt du temple (3.10). En effet, aucune action ou parole ne pouvait rester secrète devant l’Éternel qui allait révéler sa justice en son temps (3.13-18, 4.1-3). Le peuple devait être dans l’attente. Élie reviendrait (4.4-6): « Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants et le cœur des enfants à leurs pères » (4.6). À la question : « Qu’avons-nous gagné à observer ses préceptes et à marcher avec tristesse ? » (3.14), la prophétie répondit que ceux qui honorent le nom du Seigneur ne seront pas oubliés : un livre conservera leur souvenir (3.6).

Malachie s’élève avec force contre la dégradation de la vie religieuse et morale de son temps. Il prépare une communauté croyante et fidèle à l’alliance à rencontrer l’Éternel. Cette mission de Malachie est aussi la nôtre aujourd’hui et demain, jusqu’à ce que celui qui doit venir vienne. La conclusion générale du livre (3.22-24) exhorte à observer la loi de Moïse et désigne Élie, le prophète, comme héraut de la justice à venir et agent d’une conversion massive du peuple.