Fermer le panneau de recherche

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Introduction à Habakuk
La Bible Louis Segond

(Michée 4.10, 7.7-10, Luc 18.7).

Ce livre est intitulé « Habakuk », du nom du prophète qui livra son message en temps de crise. Ce livre dépeint les conquérants (1.6-11) comme des animaux prédateurs (1.8), le filet (1.14-16) ou un gosier insatiable (2.5s). Les chefs d’accusation contre ces ennemis chaldéens sont clairs : extorsion des biens d’autrui (2.6-8), profit malhonnête (2.9-11), violence politique (2.12-17) et idolâtrie (2.19s).

Le prophète souffrit à cause de la déchéance de son peuple, dénonça le mal, invoqua Dieu et se réjouit de l’exaucement divin. La réponse de Dieu est pour tous les temps : être fidèle à Dieu afin de vivre (2.4), et savoir attendre avec confiance l’intervention de Dieu (3).

Au premier appel d’Habakuk, Dieu lui répondit en confirmant qu’il y aurait l’invasion des Chaldéens (1.1-11). Au deuxième appel, la réponse de Dieu concernait le juste et l’oppression (1.12–2.6).

Cinq mises en garde solennelles suivirent ces appels du prophète. Ces avertissements présageaient le malheur imminent et concernaient :

  1. Quiconque augmente le fardeau de ses dettes.
  2. Quiconque amasse pour sa maison des gains iniques.
  3. Quiconque bâtit une ville avec du sang et fonde une ville avec l’iniquité.
  4. Quiconque enivre son prochain afin de voir sa nudité.
  5. Quiconque dit au bois « Lève-toi », et à une pierre muette « Réveille-toi » (2.6-20).

Habakuk, comblé de joie par les réponses divines, psalmodia au Dieu qui intervient. Il chanta sur le mode des complaintes avec des instruments à corde (3.1-19).

Le livre d’Habakuk met à notre disposition des paroles certaines et réconfortantes dans les temps difficiles. La fidélité de l’être humain doit être persévérante même dans des situations de crises multiformes. Habakuk y pose des questions essentielles en temps de crise : « Jusqu’à quand, ô Éternel ? J’ai crié, et tu n’écoutes pas ! » Jusqu’à quand (1.2, 6) et pourquoi (1.3, 13) sont les deux questions de la complainte biblique.