×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Découvrement 16     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Découvrement 16
André Chouraqui


Sept coupes de l’écume d’Elohîms

1 J’entends une voix forte hors du sanctuaire. Elle dit aux sept messagers : « Allez ! Versez les sept coupes de l’écume d’Elohîms sur la terre. »
2 Il s’en va, le premier, il verse sa coupe sur la terre ; et c’est l’ulcère malin et pernicieux sur les hommes qui ont la marque de la bête et se prosternent devant son image.
3 Le deuxième verse sa coupe sur la mer ; et c’est du sang, comme d’un mort ; tout être en vie meurt ; ceci dans la mer.
4 Le troisième verse sa coupe sur les fleuves et les sources d’eaux, et c’est du sang.
5 J’entends le messager des eaux. Il dit : « Toi, le juste, l’Étant et l’Était, le sacré, parce que tu les juges,
6 parce qu’ils ont versé le sang des consacrés et des inspirés, tu leur donnes du sang à boire, et ils le valent. »
7 J’entends l’autel dire : « Oui, IHVH-Adonaï Elohîms Sebaot, tes jugements sont véridiques et justes. »
8 Le quatrième verse sa coupe sur le soleil. Il lui est donné de brûler les hommes dans le feu.
9 Les hommes sont brûlés par une grande chaleur ; ils blasphèment le nom d’Elohîms ayant puissance sur ces plaies, et ne font pas retour pour lui donner gloire.
10 Le cinquième verse sa coupe sur le trône de la bête ; et c’est le royaume de la bête, il s’enténèbre ; ils se rongent, leur langue, de douleur.
11 Ils blasphèment l’Elohîms du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères. Mais ils ne font pas retour loin de leurs œuvres.
12 Le sixième verse sa coupe sur le fleuve, le grand, le Perat. Ses eaux sont asséchées pour que soit prête la route des rois, ceux du soleil levant.
13 Je vois, hors de la bouche du dragon, hors de la bouche de la bête, et hors de la bouche du faux inspiré, trois souffles immondes comme des crapauds.
14 Oui, ce sont les souffles des démons, faiseurs de signes ; ils vont vers les rois de tout l’univers, pour les rassembler pour la guerre au grand jour d’Elohîms Sebaot.
15 Voici, je viens comme un voleur. En marche, le veilleur, le gardien de ses vêtements, pour qu’il ne marche pas nu et qu’ils voient sa honte !
16 Il les rassemble au lieu appelé en hébreu : Har Meguido.
17 Le septième verse sa coupe sur l’air. Une voix forte sort du sanctuaire, venant du trône. Elle dit : « C’est arrivé ! »
18 Et c’est des éclairs, des voix, des tonnerres, et c’est le grand séisme, tel qu’il n’en fut jamais, depuis que l’homme est sur terre, un tel séisme, aussi grand.
19 Et c’est la cité, la grande, scindée en trois parties ; et les cités des nations tombent. Babèl, la grande, est rappelée devant Elohîms pour qu’il lui donne le pot du vin de l’écume de sa brûlure.
20 Toute île s’enfuit, les montagnes ne se trouvent plus.
21 Une grande grêle, de la taille d’un talent, tombe du ciel sur les hommes. Les hommes blasphèment Elohïms pour la plaie de la grêle, parce que grande est sa plaie, à l’excès.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf