×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Découvrement 15     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Découvrement 15
André Chouraqui


Les sept plaies

1 Je vois un autre signe au ciel, grand, merveilleux : des messagers, sept, avec des plaies, sept, les dernières, parce qu’en elles elle s’achève, l’écume d’Elohîms.
2 Je vois comme une mer de cristal mêlée de feu, les vainqueurs de la bête et de son image et du chiffre de son nom, debout sur la mer de cristal ; ils ont les cithares d’Elohîms.
3 Ils chantent le poème de Moshè, serviteur d’Elohîms, et le poème de l’agneau, pour dire : « Grandes, merveilleuses, tes œuvres, IHVH-Adonaï Elohîms Sebaot. Tes routes sont justes et véridiques, roi des nations.
4 Qui ne frémit de toi, IHVH-Adonaï, et ne glorifie ton nom ? Parce que toi seul, sacré, tous les goïm viennent et se prosternent en face de toi ; tes œuvres de justice sont manifestes. »
5 Après cela, je vois : le sanctuaire de la tente du témoignage est ouvert au ciel.
6 Les sept messagers en sortent, ceux qui avaient les sept plaies, hors du sanctuaire, vêtus de lin pur, resplendissant, et ceints, à la poitrine, de ceintures d’or.
7 Un des quatre Vivants donne aux sept messagers sept coupes d’or, pleines de l’écume d’Elohîms, le Vivant, pour les pérennités de pérennités.
8 Le sanctuaire est rempli par la fumée de la gloire d’Elohïms, par son dynamisme. Personne ne peut entrer dans le sanctuaire que ne soient terminées les plaies des sept messagers.

Cette Bible est dans le domaine public.