×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Hébreux 7     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Hébreux 7
André Chouraqui


Roi de paix

1 Oui, celui-ci, Malki-Sèdèq, roi de Shalèm, grand desservant d’Él ’Éliôn, qui avait rencontré Abrahâm revenant du combat contre les rois, l’a béni,
2 lui à qui Abrahâm avait dîmé la dîme de tout. Son nom est d’abord interprété « Roi de justice », et ensuite « Roi de Shalèm », c’est-à-dire « Roi de paix » ;
3 sans père, sans mère, sans généalogie, sans en-tête de jours ni fin de vie, mais assimilé à Bèn Elohîms, il demeure le desservant en pérennité.
4 Contemplez ! Qu’il est grand, celui-là à qui Abrahâm a donné la dîme de tout le butin, lui, le patriarche !
5 Ceux des fils de Lévi qui ont reçu le sacerdoce ont reçu l’ordre, selon la tora, de dîmer le peuple, leurs propres frères. Ils sont, eux aussi, sortis des reins d’Abrahâm.
6 Mais lui, qui n’est pas de leurs généalogies, a dîmé Abrahâm, il a béni le titulaire des promesses.
7 Or, sans conteste, le moindre est béni par le meilleur.
8 Ici, ce sont des hommes mortels qui perçoivent les dîmes ; mais là, il est attesté que celui qui les reçoit vit.
9 Pour ainsi dire, par l’intermédiaire d’Abrahâm, même Lévi, celui qui perçoit les dîmes, a été dîmé,
10 car il était alors dans les reins du père, quand Malki-Sèdèq l’a rencontré.
11 Si donc la perfection se trouvait dans le sacerdoce des Benéi Lévi, par lequel le peuple a été soumis à la tora, quel besoin était-il qu’un autre desservant se lève selon l’ordre de Malki-Sèdèq et non pas selon l’ordre d’Aarôn ?
12 Oui, le sacerdoce étant changé, le changement de tora se produit aussi nécessairement.
13 Oui, celui dont cela est dit, fait partie d’une autre tribu dont personne n’avait approché l’autel.
14 Oui, il est évident que notre Adôn s’est levé de Iehouda, tribu dont Moshè n’a rien dit à propos des desservants.

À la similitude de Malki-Sèdèq

15 Cela est surabondamment évident si, à la similitude de Malki-Sèdèq, surgit un autre desservant,
16 qui le devient, non selon la tora d’un commandement de chair, mais par le dynamisme d’une vie indestructible.
17 Oui, c’est attesté : « Tu es desservant en pérennité selon l’ordre de Malki-Sèdèq. »
18 Oui, il y a là l’annulation d’un commandement antérieur, en raison de sa faiblesse et de son inutilité.
19 La tora n’ayant rien amené à la perfection, un meilleur espoir est survenu, par lequel nous approchons d’Elohîms.
20 De plus, cela n’a pas été sans serment ; or les autres sont devenus desservants sans serment.
21 Mais, lui, il l’est avec serment, par la parole à lui dite : « IHVH-Adonaï l’a juré, il ne le regrettera pas : Tu es desservant en pérennité. »
22 Ainsi Iéshoua’ est devenu le garant d’un meilleur pacte.
23 Par surcroît, beaucoup sont devenus desservants, la mort les empêchant de durer.
24 Mais lui, par le fait qu’il dure en pérennité, il a un sacerdoce intransmissible.
25 Par là, il peut donc sauver en totalité ceux qui approchent d’Elohîms par lui, puisqu’il est toujours vivant afin d’intercéder pour eux.
26 Oui, il nous fallait un tel grand desservant, sacré, innocent, sans souillure, éloigné des fautes, plus élevé que les ciels.
27 Celui-là n’a pas, comme les grands desservants, la nécessité quotidienne d’offrir des sacrifices, d’abord pour leurs propres fautes, ensuite pour celles du peuple : cela, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même.
28 Oui, la tora a établi en grands desservants des hommes doués de faiblesse, mais la parole du serment postérieur à la tora, un fils rendu parachevé pour la pérennité.

Cette Bible est dans le domaine public.