×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Hébreux 12     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Hébreux 12
André Chouraqui


Regardons vers Iéshoua’

1 Par conséquent, nous avons, nous aussi, autour de nous, une nuée de témoins. Rejetons donc tout le fardeau et la faute qui nous assiège. Courons avec endurance la présente joute.
2 Regardons de loin vers la tête de l’adhérence et celui qui l’accomplit, Iéshoua’ : au lieu de la joie placée devant lui, il a enduré une croix, en méprisant la honte, et puis il s’est assis à la droite du trône d’Elohîms.
3 Oui, considérez donc celui qui a enduré contre lui-même une telle contradiction de la part des fautifs, pour que vous ne souffriez pas des êtres défaillants devant vous.

La correction

4 Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang en luttant contre la faute.
5 Vous avez oublié l’exhortation qui vous est exposée comme à des fils : « Mon fils, la discipline de IHVH-Adonaï, ne la méprise pas ! Ne défaille pas quand tu es repris par lui !
6 Oui, celui qu’aime IHVH-Adonaï, il le corrige ; il châtie tout fils qu’il agrée. »
7 C’est pour la pédagogie que vous endurez : Elohîms vous traite en fils. Et quel est le fils que son père ne corrige ?
8 Si vous êtes sans la correction à laquelle tous ont part, vous êtes alors des bâtards et non des fils.
9 De plus, nous avons eu les pères de notre chair pour pédagogues, et nous les avons respectés. Ne devons-nous donc pas nous soumettre davantage au père des souffles, pour vivre ?
10 Oui, les uns, c’était pour peu de jours seulement qu’ils nous corrigeaient comme ils le croyaient bon. Mais l’autre, c’est pour le profit de participer à sa sacralité.
11 Toute correction, sur le moment, ne semble pas être une joie, mais une peine. Mais elle rend plus tard à ceux qui l’ont reçue son fruit de paix et de justice, à ceux qui sont exercés par elle.
12 Aussi, redressez les mains abaissées et les genoux paralysés.
13 Pour vos pieds, faites droites les pistes tortueuses, pour que le boiteux ne trébuche pas, mais soit plutôt guéri.

Elohîms, feu dévorant

14 Poursuivez la paix avec tous et la consécration, sans laquelle personne ne verra IHVH-Adonaï.
15 Veillez à ce que personne ne manque du chérissement d’Elohîms, et qu’« aucune racine amère ne cause de trouble en poussant en hauteur », car beaucoup en seraient contaminés.
16 Que pas un putain ou un fornicateur comme ’Éssav ne vende ses droits d’aînesse contre un seul roux !
17 Oui, vous le savez, lorsqu’il voulut ensuite hériter de la bénédiction, il fut rejeté, il ne trouva pas lieu pour un retour, bien qu’il l’ait cherché avec des larmes.
18 Car vous ne vous êtes pas approchés d’une réalité sensible, d’un feu brûlant, d’une obscurité, d’une ténèbre, d’un ouragan,
19 de la voix d’un shophar, au son des mots… Ceux qui entendaient suppliaient de ne pas ajouter une parole pour eux,
20 car ils ne supportaient pas la prescription : « Même si une bête touche la montagne, elle sera lapidée ! »
21 Et le spectacle était si terrifiant que Moshè dit : « Terrifié, je le suis, et tremblant. »
22 Au contraire, vous vous êtes approchés du mont Siôn, de la cité d’Elohîms, le vivant, de Ieroushalaîm des ciels et de myriades de messagers, d’une panégyrie,
23 et d’une communauté de premiers-nés inscrits dans les ciels, d’un Elohîms, le juge de tous, des souffles des justes rendus parfaits,
24 et de Iéshoua’, le médiateur d’un pacte neuf, et d’un sang d’aspersion qui parle mieux que celui d’Èbèl.
25 Voyez à ne pas refuser celui qui parle, car ils ne se sont pas échappés, ceux qui refusèrent sur terre celui qui avertissait. Combien plus nous-mêmes, si nous nous détournons de celui des ciels,
26 dont la voix, alors, ébranla la terre ; mais maintenant il a promis et dit : « Encore une fois, moi, je séismerai, non seulement la terre, mais aussi le ciel. »
27 Le « encore une fois » indique le changement de ce qui est branlant parce que créé, pour que demeurent les inébranlables.
28 Ainsi, recevant un royaume inébranlable, tenons le chérissement, pour que nous puissions servir Elohîms à son gré, avec ferveur, dans le frémissement.
29 Oui, notre Elohîms est un feu dévorant.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf