×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Romains 9     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Romains 9
André Chouraqui


Les fils de la chair

1 La vérité, je la dis dans le messie, je ne mens pas, ma conscience en témoigne dans le souffle sacré :
2 j’éprouve une grande tristesse, une incessante douleur en mon cœur.
3 Oui, je souhaiterais être moi-même anathème, loin du messie, pour mes frères, ceux de mon peuple selon la chair,
4 les Benéi Israël, eux qui ont la filiation et la gloire, les pactes et le don de la tora, l’adoration et les promesses.
5 À qui sont les pères, et d’eux le messie selon la chair, qui est au-dessus de tout, l’Elohîms béni en pérennité. Amén.
6 Néanmoins, la parole d’Elohîms n’a certes pas failli, car tous ceux d’Israël ne sont pas Israël.
7 Et ce n’est pas parce qu’ils sont de la semence d’Abrahâm qu’ils sont tous des fils. « Mais en Is’hac ta semence sera appelée. »
8 C’est dire que les fils de la chair ne sont pas tous fils d’Elohîms, mais que les enfants de la promesse sont comptés, eux, pour semence.
9 Voici la parole de la promesse : « En ce temps, je viendrai, et Sara aura un fils. »
10 Plus encore, Ribca aussi n’eut que d’un seul coït d’Is’hac notre père.
11 Avant qu’ils soient nés, quand ils n’avaient rien fait de bien ou de mal, pour que le dessein d’Elohîms se réalise selon son choix,
12 qui dépend non des œuvres, mais de la volonté de celui qui appelle, il lui a été dit : « Le plus grand servira le plus petit »,
13 comme il est écrit : « J’aime Ia’acob et je hais ’Éssav. »
14 Que dirons-nous donc ? Y a-t-il injustice en Elohîms ? Au contraire,
15 car il a dit à Moshè : « Je gracie qui je gracie et je matricie qui je matricie. »
16 Ainsi il ne s’agit pas de vouloir ou de courir ; c’est Elohîms qui gracie.
17 Car l’Écrit dit à Pharaon : « Je t’ai fait te dresser pour montrer par toi ma puissance, afin de publier mon nom par toute la terre. »
18 Ainsi donc il gracie qui il veut, et il endurcit qui il veut.
19 Tu me diras alors : « De quoi se plaint-il encore ? Qui peut s’opposer à son dessein ? »
20 Homme, qui es-tu donc pour contester Elohîms ? Le pot dit-il au potier : « Pourquoi m’as-tu fait ainsi ? »
21 Le potier n’a-t-il pas puissance sur l’argile, pour faire d’une même pâte un vase de luxe ou un vase courant ?
22 Mais si Elohîms a voulu montrer sa brûlure et faire connaître sa puissance en supportant avec longanimité des vases de brûlure, qui méritaient d’être détruits,
23 il peut faire connaître la richesse de sa gloire par des vases graciés, qu’il a préparés d’avance pour la gloire,
24 nous qu’il a appelés, non seulement d’entre les Iehoudîm, mais aussi d’entre les nations.
25 Comme il dit en Hoshéa’ : « J’appellerai mon non-peuple : ‹ Mon peuple ›, et la non-aimée : ‹ Aimée ›.
26 Et c’est au lieu même où il leur avait été dit : ‹ Vous n’êtes pas mon peuple ›, là ils seront appelés ‹ Fils de l’Él vivant’. »
27 Et Iesha’yahou crie sur Israël : « Si le nombre des Benéi Israël était comme le sable de la mer, le reste sera sauvé.
28 Oui, l’Adôn accomplira sa parole pleinement et promptement sur terre. »
29 Comme Iesha’yahou l’a prédit : « Si IHVH-Adonaï Sebaot ne nous avait laissé une semence, nous serions comme Sedôm, nous ressemblerions à ’Amora. »
30 Maintenant donc, que dirons-nous ? Des nations qui ne poursuivaient pas la justification ont atteint une justification, la justification de l’adhérence.
31 Et Israël, qui poursuivait une tora de justification, n’a pas atteint cette tora.
32 Pourquoi ? Parce que cela venait non de l’adhérence, mais en quelque sorte des œuvres. Ils ont buté sur la pierre qui fait buter,
33 comme il est écrit : « Voici, je mets en Siôn pierre butoir, un roc où trébucher. Quiconque adhère à lui n’est pas confondu. »

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf