×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Romains 8     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Romains 8
André Chouraqui


La chair et le souffle

1 Ainsi donc, maintenant, pas de condamnation pour ceux qui sont dans le messie Iéshoua. ›
2 La tora du souffle de vie qui est dans le messie Iéshoua’ m’a libéré de la tora de faute et de mort.
3 Car ce qui est impossible à la tora, alors que sa force est réduite par la chair, Elohîms l’a fait en envoyant son propre fils, à la ressemblance d’une chair de faute. Aussi, concernant la faute, il a condamné la faute dans la chair,
4 afin que la justification de la tora s’accomplisse en nous qui ne marchons pas selon la chair, mais selon le souffle.
5 Oui, ceux de la chair tendent vers ce qui est de la chair, et ceux du souffle vers ce qui est du souffle.
6 Car la pensée de la chair est la mort, la tendance du souffle, vie et paix.
7 Or la pensée de la chair est hostile à Elohîms ; elle ne se soumet pas à la tora d’Elohîms, et elle ne le peut même pas.
8 Ceux donc qui sont dans la chair ne peuvent pas plaire à Elohîms.
9 Mais vous-mêmes, vous n’êtes pas de la chair, mais du souffle, si du moins le souffle d’Elohîms vous habite. Qui n’a pas le souffle du messie n’est pas de lui.
10 Mais si le messie est en vous, le corps est mort par la faute, et le souffle est vie par la justice.
11 Or, si le souffle de celui qui a réveillé Iéshoua’ d’entre les morts vous habite, celui qui a réveillé d’entre les morts le messie Iéshoua’ vivifiera aussi vos corps mortels par son souffle qui vous habite.
12 Aussi, frères, nous sommes débiteurs, mais non de la chair pour vivre de la chair.
13 Oui, si vous vivez de chair, vous mourrez ; mais si, par le souffle, vous mettez à mort les pratiques du corps, vous vivrez.
14 Oui, tous ceux que le souffle d’Elohîms conduit sont fils d’Elohîms.
15 Car vous n’avez pas reçu un souffle de servitude pour retourner à la peur, mais vous avez reçu un souffle de filiation, en lequel nous crions : « Abba, Père ! »
16 Le souffle lui-même témoigne à notre souffle que nous sommes enfants d’Elohîms.
17 Enfants, donc héritiers, héritiers d’Elohîms, et cohéritiers du messie, du moins si nous souffrons, pour être aussi glorifiés avec lui.
18 Oui, je le pense, les souffrances du temps présent ne peuvent être comparées à la gloire qui se découvrira en nous.
19 Car l’attente angoissée de la création aspire au découvrement des fils d’Elohîms.
20 Oui, la création, assujettie à la fumée, non de son plein gré, mais par celui qui l’y a assujettie, garde espoir.
21 Car la création sera, elle aussi, libérée de la servitude de la corruption pour la liberté de gloire des enfants d’Elohîms.
22 Oui, nous le savons : la création entière gémit dans le spasme de l’enfantement, maintenant.
23 Et pas seulement elle, mais nous aussi ! Aux prémices du souffle, nous-mêmes en nous-mêmes gémissons, attendant anxieusement la filiation, le rachat de notre corps.
24 Oui, nous avons l’espoir d’être sauvés, mais l’espoir vu n’est plus l’espoir. Oui, qui donc espère ce qu’il voit déjà ?
25 Mais espérer ce que nous ne voyons pas, c’est l’attendre avec endurance.
26 De même, le souffle compense notre faiblesse, car nous ne savons pas que demander pour prier comme il se doit. Aussi le souffle lui-même intercède pour nous en d’ineffables gémissements.
27 Celui qui scrute les cœurs connaît la pensée du souffle, car c’est selon Elohîms qu’il supplie pour les consacrés.
28 Nous le savons : ceux qu’aime Elohîms, tout concourt à leur bien, ceux qu’il a appelés selon son propos.
29 Oui, ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi préordonnés pour être conformes à l’image de son fils, afin qu’il soit l’aîné au milieu de nombreux frères.
30 Ceux qu’il a préordonnés, il les a appelés aussi ; ceux qu’il a appelés, il les justifie aussi ; et ceux qu’il justifie, il les glorifie aussi.
31 Maintenant, que dirons-nous avec cela ? Si Elohîms est pour nous, qui sera contre nous ?
32 Lui qui n’a pas épargné son propre fils, mais qui l’a livré pour nous tous, ne nous donnera-t-il pas, avec lui, tout en chérissement ?
33 Qui accusera les élus d’Elohîms ? Elohîms les justifie lui-même.
34 Et qui les condamnera ? Le messie Iéshoua’, celui qui est mort, et plus encore, qui s’est réveillé ? C’est lui qui est à la droite d’Elohîms, c’est lui qui intercède pour nous.
35 Qui nous séparera de l’amour de Iéshoua’ ? La détresse ? La tribulation ? La persécution ? La famine ? Le dénuement ? Le péril ? Ou l’épée ?
36 Comme il est écrit : « Oui, pour toi nous sommes tués tout le jour : nous sommes considérés comme ovins de boucherie. »
37 Mais en tout cela nous sommes grands vainqueurs par celui qui nous a aimés.
38 Oui, j’en suis convaincu, la mort, la vie, les messagers, les dominations, le présent, l’avenir, les puissances,
39 l’altitude, la profondeur, ni aucune créature ne pourront jamais nous séparer de l’amour d’Elohïms en Iéshoua’, le messie, notre Adôn.

Cette Bible est dans le domaine public.