×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Gestes d'envoyés 9     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Gestes d'envoyés 9
André Chouraqui


Shaoul adepte

1 Mais Shaoul respire encore menace et meurtre contre les adeptes de l’Adôn. Il s’approche du grand desservant.
2 Il lui demande des lettres pour les synagogues de Damas : s’il s’y trouvait des partisans de cette route, hommes ou femmes, il les amènerait liés à Ieroushalaîm.
3 Et c’est en allant, il approche de Damas. Soudain brille autour de lui et l’enveloppe une lumière venue du ciel.
4 Il tombe à terre. Il entend une voix lui parler : « Shaoul, Shaoul, pourquoi me persécutes-tu ? »
5 Il dit : « Qui es-tu, Adôn ? Et lui :  »Moi, je suis Iéshoua’, que, toi, tu persécutes.
6 Mais lève-toi, entre en ville. Il te sera dit ce que tu devras faire. »
7 Les hommes qui vont avec lui s’arrêtent, muets : ils entendent bien la voix mais ne voient personne.
8 Shaoul se réveille de terre. Les yeux ouverts, il ne voit rien. Ils l’amènent par la main et le font entrer à Damas.
9 Il est trois jours sans voir ; il ne mange ni ne boit.
10 Or, il est un adepte à Damas du nom de Hananyah. L’Adôn lui dit dans une vision : « Hananyah ! » Il dit : « Me voici, Adôn. »
11 L’Adôn lui dit : « Lève-toi. Va dans la rue appelée Droite. Demande, dans la maison de Iehouda, un nommé Shaoul, de Tarse. Oui, voici, il prie. »
12 Et il voit, en vision, un homme du nom de Hananyah qui entre, impose sur lui ses mains pour qu’il puisse voir de nouveau.
13 Hananyah répond : « Adôn, j’ai entendu plusieurs dire sur cet homme combien de mal il a fait à tes consacrés à Ieroushalaîm.
14 Ici aussi, il a autorité, par les grands desservants, pour lier tous ceux qui invoquent ton nom. »
15 Mais l’Adôn lui dit : « Va : il est pour moi un instrument de choix, pour porter mon nom en face des goîm, des rois, et en face des Benéi Israël.
16 Oui, je lui montrerai moi-même combien il devra souffrir pour mon nom. »
17 Hananyah s’en va. Il entre dans la maison, impose les mains sur lui et dit : « Shaoul ! Frère ! C’est l’Adôn qui m’envoie. Iéshoua’, celui qui s’est montré à toi sur la route dont tu viens, pour que tu voies de nouveau, et que tu sois rempli du souffle sacré. »
18 Vite tombent de ses yeux comme des écailles : il voit de nouveau. Il se lève, il est immergé.
19 Il prend de la nourriture et il est fortifié. Et il est quelques jours à Damas avec les adeptes,
20 et vite il crie de Iéshoua’, dans les synagogues, qu’il est le fils d’Elohîms.
21 Tous les auditeurs sont stupéfaits et disent : « N’est-ce pas celui-là qui outrageait à Ieroushalaîm ceux qui invoquent ce nom ? Et c’est pour les amener liés face aux grands desservants qu’il est venu ici ! »
22 Mais Shaoul va se fortifiant ; il confond les Iehoudîm qui habitent Damas, en leur prouvant que celui-là, c’est le messie.
23 Quand des jours assez nombreux sont remplis, les Iehoudîm se concertent pour le mettre à mort.
24 Mais Shaoul a connaissance de leur complot : ils gardent même les portes jour et nuit, pour le mettre à mort.
25 Les adeptes le prennent une nuit ; ils le font descendre par le rempart dans un panier.
26 Quand Shaoul vient à Ieroushalaîm, il cherche à se joindre aux adeptes. Ils frémissent tous de lui et ne croient pas qu’il est un adepte.
27 Mais Bar-Naba le prend et l’amène aux envoyés. Il leur raconte comment, sur la route, il a vu l’Adôn et qu’il lui a parlé, et comment, à Damas, il avait parlé courageusement au nom de Iéshoua. ›
28 Il est avec eux à aller et venir à Ieroushalaîm, parlant courageusement pour l’Adôn.
29 Il parle et discute avec les Hellénistes, et ils tentent de le tuer.
30 Les frères en ont connaissance ; ils le font descendre à Césarée et l’envoient à Tarse.

C’est la paix

31 Alors, pour la communauté, c’est la paix dans tout Iehouda, en Galil et en Shomrôn. Elle se bâtit et avance dans le frémissement de l’Adôn. Au réconfort du souffle sacré, elle se multiplie.
32 Et c’est quand Petros fait la tournée de tous les lieux, il descend aussi chez les consacrés qui habitent Lod.
33 Il trouve là un homme nommé Aïneas. Il est couché sur son grabat depuis voici huit ans : c’est un paralytique.
34 Petros lui dit : « Aïneas, Iéshoua’, le messie, te rétablit. Lève-toi, fais toi-même ton lit ! » Et il se lève à l’instant même.
35 Tous les habitants de Lod et du Sharôn le voient et se tournent vers l’Adôn.
36 À Iapho, une adepte a pour nom Tabitha, c’est-à-dire Dorcas. Elle est pleine des bonnes œuvres et des aumônes qu’elle fait.
37 Et c’est en ces jours, elle devient infirme et meurt. Ils font sa toilette et la déposent à l’étage.
38 Or Lod est près de Iapho. Les adeptes entendent que Petros est là. Ils lui envoient deux hommes qui le prient : « Ne tarde pas à passer jusqu’à nous. »
39 Petros se lève et va avec eux. À son arrivée, ils le font monter à l’étage. Toutes les veuves se présentent à lui en pleurant. Elles lui montrent les tuniques et les vêtements que Dorcas faisait quand elle était avec elles.
40 Petros jette tout le monde dehors. Il plie genoux, prie, et se tourne ver le corps. Il dit : « Tabitha, lève-toi ! » Elle ouvre les yeux, voit Petros et se redresse pour s’asseoir.
41 Il lui tend la main et la fait lever. Il appelle les consacrés et les veuves ; il la leur présente vivante.
42 C’est connu en tout Iapho et beaucoup adhèrent à l’Adôn.
43 Et c’est Petros ; il reste de nombreux jours chez un corroyeur du nom de Shim’ôn.

Cette Bible est dans le domaine public.