×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Gestes d'envoyés 7     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Gestes d'envoyés 7
André Chouraqui


Stephanos

1 Le grand desservant lui dit : « En est-il bien ainsi ? »
2 Il répond et dit : « Hommes, frères et pères, entendez ! L’Elohîms de la gloire apparut à Abrahâm, notre père, quand il était en Mésopotamie, avant qu’il n’habite Harân.
3 Il lui dit : ‹ Sors de ta terre, de ta parenté, et viens vers la terre que je te montrerai. ›
4 Il sortit de la terre des Chaldéens. Il habita Harân. Après la mort de son père, il le fit passer de là vers cette terre où vous habitez maintenant.
5 Là, il ne lui donna pas d’héritage, pas même la plante d’un pied, mais il lui promit d’en donner la propriété à sa semence après lui, quoiqu’il n’eût pas d’enfant.
6 Elohîms lui dit : ‹ Oui, ta semence aura une résidence temporaire sur une terre qui ne lui appartiendra pas. Ils l’asserviront et la violenteront quatre cents ans.
7 Et la nation qui l’asservira, je la jugerai, dit Elohîms. Ensuite ils sortiront et me serviront en ce lieu. ›
8 Il lui donna le pacte de la circoncision. Ainsi il engendra Is’hac, il le circoncit le huitième jour ; et Is’hac, Ia’acob ; et Ia’acob, les douze patriarches.
9 Et les patriarches jalousèrent Iosseph. Ils le livrèrent à Misraîm. Mais Elohîms était avec lui.
10 Il le délivra de toutes ses tribulations ; il lui donna chérissement et sagesse en face de Pharaon, roi de Misraîm ; il le fit gouverneur de Misraîm et de toute sa maison.
11 Mais vint une famine sur toute la terre de Misraîm et de Kena’ân, une grande tribulation. Nos pères ne trouvaient pas de nourriture.
12 Ia’acob entendit qu’il y avait des vivres en Misraîm. Il y envoya nos pères une première fois.
13 Et la deuxième fois, Iosseph se fit reconnaître par ses frères, et manifeste devint pour Pharaon l’origine de Iosseph.
14 Iosseph envoya appeler Ia’acob son père et toute sa parenté : soixante-quinze êtres.
15 Ia’acob descendit en Misraîm. Il y mourut lui-même, ainsi que nos pères.
16 Ils furent ramenés à Shekhèm et mis dans la sépulture qu’Abrahâm avait acquise à prix d’argent, des Benéi Hamor, à Shekhèm.
17 Et c’était quand s’approcha le temps de la promesse qu’Elohîms avait faite à Abrahâm, le peuple s’accrut et se multiplia en Misraîm,
18 jusqu’à ce que se lève un autre roi, qui n’avait pas connu Iosseph.
19 Celui-ci rusa contre notre clan, il méfit contre nos pères, leur fit exposer leurs nouveau-nés, pour ne pas les laisser vivre.
20 À ce moment Moshè naquit ; il était beau devant Elohîms. Il fut nourri trois mois dans la maison de son père.
21 Quand il fut exposé, la fille de Pharaon l’enleva ; elle le nourrit comme son fils.
22 Moshè fut instruit dans toute la sagesse de Misraîm ; il fut puissant en paroles et en œuvres.
23 Alors, à quarante ans accomplis, il lui vint au cœur de visiter ses frères, les Benéi Israël.
24 Il vit maltraiter l’un d’entre eux. Il le secourut et vengea l’opprimé en frappant le Misri.
25 Alors il pensait que ses frères comprendraient que par sa main Elohîms leur donnerait le salut. Mais ils ne comprirent pas.
26 Le jour suivant, il fut aperçu par ceux qui se battaient. Il chercha à les réconcilier et dit : ‹ Hommes, vous êtes frères. Pourquoi vous violentez-vous l’un l’autre  ? ›
27 Mais celui qui violentait son compagnon le repoussa et dit : ‹ Qui t’a mis chef et juge sur nous ?
28 Veux-tu me tuer, toi, comme tu as tué hier le Misri ? ›
29 À cette parole, Moshè s’enfuit. Il devint un métèque en terre de Midiân et engendra là deux fils.
30 Après quarante ans, un messager lui apparut au désert du mont Sinaï, dans la flamme d’un buisson de feu.
31 Moshè le vit et s’étonna de la vision. Et comme il s’approchait pour observer, ce fut la voix de IHVH-Adonaï :
32 ‹ Moi, l’Elohîms de tes pères, l’Elohîms d’Abrahâm, d’Is’hac, de Ia’acob’. Mais Moshè trembla : il n’osa pas observer.
33 IHVH-Adonaï lui dit : ‹ Ôte la sandale de tes pieds : oui, le lieu sur lequel tu te tiens est une terre consacrée.
34 Voyant, j’ai vu la misère de mon peuple en Misraîm. J’ai entendu leur gémissement, je descends les délivrer. Maintenant, viens ! Je t’enverrai en Misraîm. ›
35 Le Moshè qu’ils avaient renié en disant : ‹ Qui t’a mis chef et juge’ ? celui-là, Elohîms l’envoie pour chef et rédempteur, par la main du messager qui lui était apparu dans le buisson.
36 Celui-là les fit sortir. Il fit des signes et des prodiges en terre de Misraîm, dans la mer Erythréenne et au désert, quarante ans.
37 C’est ce Moshè qui dit aux Benéi Israël : ‹ Elohîms suscitera pour vous un inspiré parmi vos frères, semblable à moi. ›
38 C’est lui qui était dans la communauté au désert, avec le messager qui lui parla au mont Sinaï et avec nos pères, lui qui accueillit des paroles de vie pour nous les donner.
39 C’est lui auquel nos pères ne consentirent pas à obéir, mais qu’au contraire ils repoussèrent. Puis leur cœur retourna vers Misraîm.
40 Ils dirent à Aarôn : ‹ Fais-nous des Elohîms qui iront devant nous. Oui, ce Moshè qui nous fit sortir de la terre de Misraîm, nous ne savons pas ce qui lui est arrivé. ›
41 Et ils firent un veau en ces jours-là. Ils firent monter un sacrifice à l’idole, et mirent leur bonheur en l’œuvre de leurs mains.
42 Elohîms se détourna d’eux ; il les livra au service de la milice du ciel, comme il est écrit au volume des Inspirés : ‹ M’avez-vous offert des sacrifices et des victimes au désert, quarante ans, maison d’Israël ?
43 Vous avez dressé la tente de Molokh, votre Elohîms, et l’étoile de Rephân, les images que vous avez faites pour vous prosterner devant elles. Aussi je vous exilerai au-delà de Babèl. ›
44 Nos pères, au désert, eurent la tente du témoignage, que Moshè avait faite selon le modèle qu’il avait vu, comme le lui avait ordonné celui qui lui avait parlé.
45 Nos pères la reçurent et la firent entrer avec eux, et avec Iehoshoua’, en terre conquise sur les goîm, qu’Elohîms chassa en face de nos pères, jusqu’aux jours de David.
46 Celui-ci trouva chérissement aux yeux d’Elohîms. Il demanda de trouver une tente pour la maison de Ia’acob.
47 Alors Shelomo bâtit pour lui une maison.
48 Mais le Sublime n’habite pas dans ce que fait la main de l’homme, comme le dit l’inspiré :
49 ‹ Le ciel est mon trône, la terre l’escabelle de mes pieds. Quelle maison me bâtirez-vous, dit IHVH-Adonaï, quel lieu pour mon repos ?
50 N’est-ce pas ma main qui a fait tout cela ? ›
51 Durs de nuque, incirconcis du cœur et des oreilles, vous vous êtes toujours rebellés contre le souffle sacré, vous aussi, comme vos pères.
52 Lequel des inspirés vos pères n’ont-ils pas persécuté ? Ils mirent même à mort ceux qui annoncèrent d’avance la venue du juste dont vous êtes maintenant devenus les traîtres et les tueurs.
53 Vous qui avez reçu la tora édictée par les messagers, vous ne l’avez pas gardée. »
54 Entendant cela, ils tremblent de fureur en leur cœur et grincent des dents contre lui.
55 Lui-même, plein du souffle sacré, fixe le ciel. Il y voit la gloire d’Elohîms et Iéshoua’ debout à la droite d’Elohîms.
56 Il dit : « Voici, je contemple les ciels ouverts, et le fils de l’homme debout à la droite d’Elohîms. »
57 Ils crient d’une voix forte, se bouchent les oreilles, et se ruent sur lui tous ensemble.
58 Ils le jettent hors de la ville et le lapident. Les témoins déposent leurs habits aux pieds d’un jeune homme appelé Shaoul.
59 Ils lapident Stephanos qui invoque et dit : « Adôn Iéshoua’, reçois mon souffle. »
60 Il plie genoux et crie d’une voix forte : « IHVH-Adonaï, n’élève pas cette faute contre eux. » Après avoir dit cette parole, il s’endort.

Cette Bible est dans le domaine public.