×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Gestes d'envoyés 28     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Gestes d'envoyés 28
André Chouraqui


À Malte

1 Alors sauvés, nous apprenons que l’île s’appelle Malte.
2 Les indigènes nous offrent un accueil peu ordinaire : oui, ils allument un feu, et nous recueillent tous, à cause de la pluie qui tombe et du froid.
3 Paulos ramasse un tas de broussailles et les pose sur le feu. Il en sort une vipère à cause de la chaleur : elle s’accroche à sa main.
4 Les indigènes voient le reptile suspendu à sa main. Ils se disent les uns aux autres : « Sûrement, cet homme est un meurtrier ! Il est sauvé de la mer, mais Dikè ne lui permet pas de vivre. »
5 Il secoue la bête dans le feu, et ne souffre d’aucun mal.
6 Eux s’attendent à ce qu’il enfle ou qu’il tombe mort, soudain. Ils attendent longtemps. Voyant qu’il ne lui arrive rien d’anormal, ils changent d’avis et disent qu’il est un dieu.
7 Dans les environs, il y a un domaine appartenant au chef de l’île, un nommé Publius. Il nous reçoit dans sa maison et nous héberge, en sa bonté, trois jours.
8 Et c’est le père de Publius ; il est justement alité, malade de fièvre et de dysenterie. Paulos entre chez lui, prie, lui impose les mains et le rétablit.
9 Cela fait, les autres infirmes de l’île s’approchent aussi et sont guéris.
10 Ils nous honorent et nous offrent tout le nécessaire, quand nous gagnons le large.

Fin du voyage

11 Après trois mois, nous embarquons sur un bateau d’Alexandrie, à l’enseigne des Dioscures, qui avait hiverné dans l’île.
12 Nous accostons à Syracuse, où nous restons trois jours.
13 De là, en louvoyant, nous parvenons à Rhegium. Le lendemain, le vent du sud se lève. Après deux jours, nous arrivons à Puteoli.
14 Là, nous trouvons des frères. Ils nous pressent de rester avec eux sept jours. Et c’est ainsi que nous arrivons à Rome.
15 De là, les frères entendent dire ce qui nous concerne. Ils viennent à notre rencontre jusqu’au Forum d’Appius et aux Trois-Tavernes. Paulos les voit ; il remercie Elohîms et reprend confiance.

À Rome

16 À notre entrée dans Rome, ils laissent Paulos demeurer chez lui, avec un soldat pour le garder.
17 Et c’est, au bout de trois jours, Paulos convoque les chefs des Iehoudîm. Quand ils sont réunis, il leur dit : « Moi, hommes frères, je n’ai rien fait contre notre peuple ni contre les coutumes ancestrales. Fait prisonnier à Ieroushalaîm, j’ai été livré aux mains des Romains.
18 Ceux-ci, après m’avoir interrogé, ont voulu me renvoyer, n’ayant trouvé en moi rien qui fût passible de mort.
19 Mais des Iehoudîm se sont dressés contre moi, et j’ai été contraint d’en appeler à Caesar, sans vouloir en rien accuser ma nation.
20 Voilà pourquoi je vous ai pressés de venir pour vous voir et vous parler : oui, c’est à cause de l’espérance d’Israël que je suis captif de cette chaîne. »
21 Ils lui disent : « Nous n’avons pas reçu de lettre de Iehouda à ton sujet, et il n’est pas arrivé de frère ici qui ait annoncé ou dit du mal de toi.
22 Cependant nous désirons entendre de toi-même ce que tu penses. Oui, nous le savons : ce parti suscite partout la dispute. »
23 Ils lui fixent un jour et viennent en grand nombre dans son logement. Il témoigne et leur explique le royaume d’Elohîms. Il les persuade au sujet de Iéshoua’ par la tora de Moshè et par les inspirés, du matin au soir.
24 Les uns se laissent persuader par ce qu’il dit. Les autres n’adhèrent pas.
25 Ils sont en désaccord les uns avec les autres et se séparent. Paulos leur dit ce seul mot : « C’est à juste titre que le souffle a parlé par l’inspiré Iesha’yahou à vos père, disant :
26 ‹ Va et à ce peuple dis : Vous entendrez, vous entendrez, mais vous ne comprendrez pas, vous verrez, vous verrez, mais vous ne pénétrerez pas.
27 Oui, le cœur de ce peuple est gras, ses oreilles pour entendre sont lourdes, et ses yeux sont ternis, pour qu’ils ne voient pas de leurs yeux, n’entendent pas de leurs oreilles et ne comprennent pas avec leur cœur, et qu’ils ne fassent pas retour ; et je les guérirais ? ›
28 Ainsi, pénétrez-le : ce salut d’Elohîms est envoyé aux goîm ; ils l’entendront, eux » !
29 Après ces paroles, les Iehoudîm se retirent, discutant fort entre eux.
30 Paulos, deux ans complets, demeure dans une maison qu’il avait louée. Il accueille tous ceux qui viennent à lui.
31 Il crie le royaume d’Elohîms et enseigne ce qui concerne l’Adôn Iéshoua’, le messie, en toute liberté, sans entrave.

Cette Bible est dans le domaine public.