×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Gestes d'envoyés 25     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Gestes d'envoyés 25
André Chouraqui


1 Festus met le pied dans la province ; et après trois jours, il monte de Césarée à Ieroushalaîm.
2 Les chefs des desservants et les premiers de Iehoudîm lui font connaître leur plainte contre Paulos et lui présentent leur requête.
3 Ils le supplient de leur accorder la faveur de le transférer à Ieroushalaîm. Ils préparent déjà un guet-apens pour le tuer en route.
4 Festus leur répond donc que Paulos est gardé à Césarée et qu’il y retournera lui-même sous peu.
5 Il dit : « Que ceux d’entre vous qui le peuvent descendent donc avec moi. Et s’il y a quoi que ce soit de coupable en cet homme, qu’ils portent plainte contre lui. »
6 Il ne reste parmi eux pas plus de huit ou dix jours ; puis il descend à Césarée et, le lendemain, il siège au tribunal. Il ordonne que Paulos lui soit amené. Il arrive.
7 Les Iehoudîm descendus de Ieroushalaîm l’encerclent. Ils portent contre lui de nombreuses et graves accusations, mais ils ne sont pas assez forts pour en donner des preuves.
8 Paulos se défend et dit : « Je n’ai fauté en rien contre la tora des Iehoudîm, contre le sanctuaire ni contre Caesar. »
9 Mais Festus, désireux de faire une faveur aux Iehoudîm, répond à Paulos et dit : « Veux-tu monter à Ieroushalaîm pour y être jugé en ma présence ? »
10 Paulos dit : « Je me tiens devant le tribunal de Caesar, et c’est là que je dois être jugé. Je n’ai commis aucune injustice envers les Iehoudîm, comme tu le sais fort bien.
11 Si j’ai tort et suis passible de mort, je ne refuse pas de mourir. Mais si tout ce dont ils m’accusent n’est rien, personne ne peut me livrer à eux par complaisance. J’en appelle à Caesar. »
12 Alors Festus délibère avec ses conseillers, puis il répond : « Tu en appelles à Caesar, va donc à Caesar ! »
13 Quelques jours après, le roi Agrippas et Bernicè arrivent à Césarée et saluent Festus.
14 Ils passent là plusieurs jours. Festus raconte au roi le cas de Paulos et dit : « Voici un homme que Felix a laissé prisonnier.
15 Étant arrivé à Ieroushalaîm, les chefs des desservants et les anciens des Iehoudîm m’ont informé à son sujet et m’ont demandé de le condamner.
16 Je leur dis que ce n’était pas la coutume des Romains de livrer un homme par complaisance avant que, face à ses accusateurs, l’accusé n’ait lieu de se défendre contre leur inculpation.
17 Donc, quand ils sont venus ici sans tarder, dès le lendemain de ce jour, j’ai siégé au tribunal, et j’ai ordonné d’amener l’homme.
18 Ses accusateurs se sont levés, mais ils ne l’ont chargé d’aucun des forfaits que je soupçonnais.
19 Ils avaient seulement contre lui quelques disputes à propos de leur religion à eux, et d’un nommé Iéshoua’, un mort, que Paulos dit être vivant.
20 Rendu perplexe par une telle discussion, je lui ai demandé s’il voulait aller à Ieroushalaîm pour y être jugé en cela.
21 Paulos en a appelé alors pour être gardé par le jugement de l’empereur. J’ai donné l’ordre de le garder jusqu’à ce que je puisse l’envoyer à Caesar. »
22 Agrippas dit à Festus : « Je voudrais bien, moi aussi, entendre cet homme. » « Demain, dit-il, tu l’entendras. »
23 Le lendemain donc, Agrippas et Bernicè viennent en grande pompe ; ils entrent dans la salle d’audience, avec les tribuns et les notables de la ville. Puis, Festus en donne l’ordre et Paulos est introduit.
24 Festus dit : « Roi Agrippas, et vous tous, hommes qui êtes présents avec nous, vous voyez celui au sujet duquel toute la multitude des Iehoudîm s’est adressée à moi, tant à Ieroushalaîm qu’ici, en criant qu’il ne devait plus vivre.
25 Pour moi, je n’ai rien découvert en lui qui fût passible de mort. Lui-même a fait appel à l’empereur : j’ai jugé de l’envoyer là.
26 Je n’ai rien de sûr à écrire à ce sujet au maître. C’est pourquoi je le fais venir devant vous, et surtout devant toi, roi Agrippas, pour qu’après cet interrogatoire j’aie de quoi écrire.
27 Oui, je crois absurde d’envoyer un prisonnier sans indiquer de quoi il est accusé. »

Cette Bible est dans le domaine public.