×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Iohanân 8     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Iohanân 8
André Chouraqui


La femme adultère

1 Iéshoua’ se retire au mont des Oliviers.
2 À l’aube, de nouveau, il arrive au sanctuaire. Tout le peuple vient à lui. Il s’assoit et les enseigne.
3 Les Sopherîm et les Peroushîm amènent une femme surprise en adultère. Ils la placent debout, au milieu,
4 et ils lui disent : « Rabbi, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.
5 Dans la tora, Moshè nous a prescrit de lapider celles-là. Toi, donc, qu’en dis-tu ?
6 Ils disent cela pour l’éprouver, pour avoir de quoi l’accuser. Mais Iéshoua’ se penche et, de son doigt, il écrit à terre.
7 Ils demeurent à le questionner. Il se redresse et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans faute, qu’il jette le premier une pierre sur elle ! »
8 Il se penche de nouveau et il écrit à terre.
9 Eux entendent et sortent, un à un, à commencer par les plus vieux. Iéshoua’ demeure seul, et la femme est au milieu.
10 Iéshoua’ se redresse et lui dit : « Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ? »
11 Elle dit : « Pas un, Adôn ! » Alors Iéshoua’ lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne faute plus ! »

La lumière de l’univers

12 De nouveau donc, Iéshoua’ leur parle et dit : « Je suis la lumière de l’univers. Qui me suit ne marche pas dans la ténèbre, mais il a la lumière de la vie. »
13 Les Peroushîm disent alors : « Tu témoignes pour toi-même : ton témoignage n’est pas probant. »
14 Iéshoua’ répond et leur dit : « Même si je témoigne pour moi-même, mon témoignage est probant, parce que je sais d’où je viens et où je vais ; mais vous, vous ne savez pas d’où je viens ni où je vais.
15 Vous, vous jugez selon la chair ; mais moi, je ne juge personne.
16 Même si je juge, mon jugement est vrai, parce que je ne suis pas seul, mais moi et le père qui m’a envoyé.
17 Même dans la tora, la vôtre, il est écrit que le témoignage de deux hommes est probant.
18 Moi, je suis témoin de moi-même, mais le père qui m’a envoyé témoigne aussi pour moi. »
19 Ils lui disent donc : « Où est-il, ton père ? Iéshoua’ répond :  »Vous ne me connaissez pas plus que mon père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon père. »
20 Il dit ces mots, au trésor, en enseignant au sanctuaire. Personne ne l’arrête, parce que son heure n’est pas venue.
21 Il leur dit donc à nouveau : « Moi, je m’en vais, mais vous me chercherez, et vous mourrez dans votre faute. Là où je vais, vous ne pouvez pas venir. »
22 Les Iehoudîm disent : « Va-t-il se tuer lui-même, pour qu’il dise : ‹ Là où moi je vais, vous, vous ne pouvez pas venir’ ? »
23 Il leur dit : « Vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de cet univers ; moi, je ne suis pas de cet univers.
24 Je vous ai donc dit : ‹ Vous mourrez dans vos fautes. › Oui, si vous ne croyez pas que moi je suis, vous mourrez dans vos fautes. »
25 Alors ils lui disent : « Toi, qui es-tu ? Iéshoua’ leur dit :  »Dès l’entête, cela même que je vous ai dit.
26 J’ai beaucoup à dire sur vous et à juger ; mais celui qui m’a envoyé est vrai, et moi, ce que j’entends de lui, je le dis à l’univers. »
27 Ils ne savent pas qu’il leur parle du père.
28 Donc, Iéshoua’ dit : « Quand vous élèverez le fils de l’homme, alors vous saurez que moi je suis. Par moi-même, je ne fais rien, mais ce que mon père m’enseigne, je le dis.
29 Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne me laisse pas seul, parce que, moi, je fais toujours ce qui lui plaît. »
30 Quand il dit tout cela, beaucoup adhèrent à lui.

Aux enfants d’Abrahâm

31 Iéshoua’ dit alors aux Iehoudîm qui adhèrent à lui : « Si vous, vous demeurez dans ma parole, la mienne, vous êtes en vérité mes adeptes.
32 Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »
33 Ils lui répondent : « Nous sommes de la semence d’Abrahâm ! Nous n’avons jamais été les esclaves de personne ! Comment dis-tu : ‹ Vous deviendrez libres’ ? »
34 Iéshoua’ leur répond : « Amén, amén, je vous dis : Qui faute est esclave de la faute.
35 L’esclave ne demeure pas en pérennité dans la maison ; mais le fils y demeure en pérennité.
36 Si donc le fils vous fait libres, vous serez vraiment libres.
37 Je sais que vous êtes de la semence d’Abrahâm ; mais vous cherchez à me mettre à mort, parce que ma parole ne trouve pas de place en vous.
38 Moi, ce que j’ai vu auprès du père, je le dis ; vous donc, ce que vous avez entendu de votre père, vous le faites. »
39 Ils répondent et lui disent : « Notre père est Abrahâm. » Iéshoua’ leur dit : « Si vous étiez enfants d’Abrahâm, vous feriez les œuvres d’Abrahâm.
40 Mais maintenant, vous me cherchez pour me mettre à mort, un homme qui vous dit la vérité que j’ai entendue d’Elohîms. Cela, Abrahâm ne l’a pas fait.
41 Vous faites, vous, les œuvres de votre père« . Ils lui disent :  »Nous, ce n’est pas de la puterie que nous sommes nés ! Nous avons un seul père : Elohîms » !
42 Iéshoua’ leur dit : « Si Elohîms était votre père, vous m’aimeriez ! Oui, je suis sorti d’Elohîms et je suis venu car je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé.
43 Pourquoi ne connaissez-vous pas mon langage ? C’est que vous ne pouvez entendre ma parole.
44 Vous, vous êtes du père le diable, et vous voulez faire les combines de votre père. Celui-là est un tueur, dès l’entête. Il ne s’est pas tenu dans la vérité, parce qu’il n’est pas en lui de vérité. Quand il dit le mensonge, il parle de son propre fond, parce qu’il est menteur et père du mensonge.
45 Mais moi, parce que je dis la vérité, vous n’adhérez pas à moi.
46 Qui parmi vous me confondra d’une faute ? Or je dis la vérité : pourquoi n’adhérez-vous pas à moi ?
47 Qui est d’Elohîms entend les dires d’Elohîms. Ainsi donc, vous, vous n’entendez pas, parce que vous n’êtes pas d’Elohîms. »
48 Alors les Iehoudîm répondent et lui disent : « Ne le disons-nous pas bien ? Tu es un Shomroni, et tu as un démon ! »
49 Iéshoua’ répond : « Moi, je n’ai pas de démon, mais j’honore mon père, et vous, vous me déshonorez.
50 Moi, je ne cherche pas ma gloire : il en est un qui cherche et qui juge.
51 Amén, amén, je vous dis : Si un homme garde ma parole, il ne verra pas la mort en pérennité. »
52 Les Iehoudîm lui disent : « Maintenant nous savons que tu as un démon. Abrahâm est mort et les inspirés ; et toi tu dis : ‹ Si un homme garde ma parole, il ne verra pas la mort en pérennité. ›
53 Es-tu donc, toi, plus grand qu’Abrahâm, notre père, qui est mort ? Et les inspirés aussi sont morts. Pour qui te prends-tu ?
54 Iéshoua’ répond : « Si je me glorifie, ma gloire n’est rien. C’est mon père qui me glorifie, celui dont vous dites : ‹ Il est notre Elohîms. ›
55 Vous ne le connaissez pas, mais moi je le connais ! Si je vous disais que je ne le connais pas, je serais comme vous : un menteur. Mais je le connais et je garde sa parole.
56 Abrahâm, votre père, a exulté de voir mon jour. Il l’a vu et s’est chéri. »
57 Les Iehoudîm lui disent : « Tu n’as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abrahâm ! »
58 Iéshoua’ leur dit : « Amén, amén, je vous dis : avant qu’Abrahâm fût, moi je suis. »
59 Alors ils prennent des pierres pour les lancer sur lui. Iéshoua’ se cache et sort du sanctuaire.

Cette Bible est dans le domaine public.