×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Iohanân 19.27     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Iohanân 19.27
André Chouraqui


Voici l’homme !

1 Alors donc, Pilatus prend Iéshoua’ et le flagelle.
2 Les soldats tressent une couronne d’épines, ils l’imposent sur sa tête. Ils jettent sur lui un vêtement de pourpre.
3 Ils viennent à lui et disent : « Shalôm, roi des Iehoudîm ! » Et ils lui donnent des gifles.
4 Pilatus sort à nouveau dehors et leur dit : « Voici, je vous l’amène dehors, pour que vous sachiez que je ne trouve aucun crime en lui. »
5 Iéshoua’ sort donc dehors, portant la couronne d’épines et le manteau de pourpre. Et il leur dit : « Voici l’homme ! »
6 Quand ils le voient, les chefs des desservants et les gardes crient et disent : « Crucifie ! crucifie ! » Pilatus leur dit : « Prenez-le vous-mêmes et crucifiez-le ! Pour moi, je ne trouve pas de crime en lui. »
7 Les Iehoudîm lui répondent : « Nous, nous avons une tora, et d’après la tora il doit mourir, parce qu’il s’est fait lui-même Bèn Elohîms. »
8 Quand donc Pilatus entend cette parole, il frémit davantage.
9 Il entre à nouveau dans le prétoire et dit à Iéshoua’ : « D’où es-tu ? Mais Iéshoua’ ne lui donne pas de réponse.
10 Pilatus donc lui dit : « À moi, tu ne parles pas ! Ne le sais-tu pas ? J’ai autorité pour te relâcher et j’ai autorité pour te crucifier. »
11 Iéshoua’ répond : « Tu n’aurais aucune puissance sur moi si elle ne t’avait été donnée d’en haut. C’est pourquoi celui qui m’a livré à toi a un plus grand tort. »
12 Par suite, Pilatus cherche à le relâcher. Mais les Iehoudîm crient et disent : « Si tu relâches celui-là, tu n’es pas un ami de Caesar. Quiconque se fait roi conteste Caesar. »
13 Quand Pilatus entend ces paroles, il emmène Iéshoua’ dehors et s’assoit au tribunal, au lieu dit Lithostrôtos, et en hébreu Gabata.
14 C’est alors la préparation de Pèssah ; c’est environ la sixième heure. Il dit aux Iehoudîm : « Voici votre roi ! »
15 Eux crient : « Enlève ! Enlève ! Crucifie-le ! » Pilatus leur dit : « Crucifierai-je votre roi ? Les chefs des desservants répondent :  »Nous n’avons pas d’autres roi que Caesar » !
16 Alors donc il le leur livre pour qu’il soit crucifié. Ils s’emparent donc de Iéshoua’;
17 et portant lui-même la croix, il sort vers le lieu dit Craniôn, en hébreu Golgotha.

Iéshoua’ est crucifié

18 Ils le crucifient là. Avec lui, deux autres, de part et d’autre, et Iéshoua’ au milieu.
19 Pilatus écrit une pancarte qu’il pose sur la croix. Il est écrit : « Iéshoua’ le Nazoréen, le roi des Iehoudîm. »
20 Cette pancarte, de nombreux Iehoudîm la lisent : oui, le lieu où Iéshoua’ est crucifié est proche de la ville, et c’est écrit en hébreu, en latin, en grec.
21 Les chefs des desservants des Iehoudîm disent donc à Pilatus : « N’écris pas ‹ le roi des Iehoudîm ›, mais ‹ Celui-là a dit : Je suis le roi des Iehoudîm ›. »
22 Pilatus répond : « Ce que j’ai écrit, j’ai écrit ! »
23 Les soldats, donc, quand ils ont crucifié Iéshoua’, prennent ses vêtements et font quatre parts, une part pour chaque soldat, et la tunique. Or la tunique était sans couture, tissée d’un seul tenant.
24 Ils se disent donc l’un à l’autre : « Ne la déchirons pas, mais jetons les sorts sur elle : à qui sera-t-elle ? Pour que l’écrit soit accompli « Ils se partagent entre eux mes vêtements, et sur mon habit jettent les dés. » Les soldats font donc ainsi.
25 Se tiennent près de la croix de Iéshoua’ sa mère, la sœur de sa mère, Miriâm, celle de Clôpas, et Miriâm de Magdala.
26 Iéshoua’ voit donc la mère, et près d’elle l’adepte qu’il aime. Il dit à la mère : « Femme, voici ton fils. »
27 Ensuite, il dit à l’adepte : « Voici ta mère. » Et, depuis lors, l’adepte la prit chez lui.
28 Après cela, Iéshoua’ sait que tout est accompli ; et pour que l’écrit soit accompli, il dit : « J’ai soif. »
29 Un vase est là, plein de vinaigre. Une éponge donc, pleine de vinaigre, ils la fixent à l’hysope et l’approchent de sa bouche.

C’est accompli !

30 Quand donc Iéshoua’ a pris le vinaigre, il dit : « C’est accompli ! » Il incline la tête et rend le souffle.
31 Les Iehoudîm donc, comme c’est la Préparation, pour que les corps ne demeurent pas sur la croix le shabat - oui, un grand jour que ce shabat -, prient Pilatus que leurs jambes soient brisées et qu’ils soient enlevés.
32 Les soldats viennent donc et brisent les jambes du premier, puis de l’autre des crucifiés qui sont avec lui.
33 Venant sur Iéshoua’, quand ils voient qu’il est déjà mort, ils ne lui brisent pas les jambes.
34 Mais un des soldats lui perce le flanc de sa lance. En sortent vite sang et eau.
35 Celui qui l’a vu en témoigne, et son témoignage est vrai ; celui-là sait qu’il dit la vérité, pour que, vous aussi, vous adhériez.
36 Oui, cela pour que l’écrit soit accompli : « Aucun os ne lui sera brisé. »
37 Et de nouveau un autre écrit dit : « Ils contempleront celui qu’ils ont percé. »

Un sépulcre neuf

38 Après cela, Iosseph de Ramataîm, qui est un adepte de Iéshoua’ - en secret, parce qu’il frémit des Iehoudîm -, prie Pilatus qu’il puisse enlever le corps de Iéshoua’. Pilatus le permet. Il vient donc et enlève le corps de Iéshoua. ›
39 Naqdimôn vient aussi, celui qui était venu d’abord à lui, dans la nuit. Il apporte un mélange de myrrhe et d’aloès d’environ cent livres.
40 Ils prennent donc le corps de Iéshoua’ et l’enveloppent de linges avec les aromates, selon la coutume des Iehoudîm pour inhumer.
41 Au lieu où il avait été crucifié se trouvait un jardin, et dans le jardin un sépulcre neuf, où personne encore n’avait été déposé.
42 Là donc, à cause de la Préparation chez les Iehoudîm, et comme le sépulcre était proche, ils déposent Iéshoua. ›

Cette Bible est dans le domaine public.