×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Iohanân 12     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Iohanân 12
André Chouraqui


Miriâm parfume Iéshoua’

1 Six jours avant la fête de Pèssah, Iéshoua’ vient donc à Béit-Hananyah, où est Èl’azar, qu’il a réveillé des morts.
2 Là, ils lui font donc un dîner. Marta sert ; Èl’azar est un de ceux qui sont à table avec lui.
3 Miriâm prend donc un parfum, une livre de nard pur et de grand prix. Elle en enduit les pieds de Iéshoua’ et les essuie de ses cheveux. La maison se remplit des effluves du parfum.
4 Iehouda, l’homme de Qériot, un de ses adeptes, celui qui allait le livrer, dit :
5 « Pourquoi ne pas vendre ce parfum trois cents deniers, pour les donner aux pauvres ? »
6 Il dit cela, non par souci des pauvres, mais parce qu’il est voleur. Il tient la bourse et soutire ce qu’ils y jettent.
7 Iéshoua’ dit donc : « Laissez-la ! Qu’elle le garde pour le jour de mon ensevelissement !
8 Oui, vous avez toujours des pauvres avec vous ; mais moi, vous ne m’avez pas toujours. »
9 La grande foule des Iehoudîm sait donc qu’il est là. Ils viennent, non pas à cause de Iéshoua’ seulement, mais pour voir Èl’azar, qu’il avait réveillé des morts.
10 Les chefs des desservants décident de tuer aussi Èl’azar.
11 À cause de lui, beaucoup de Iehoudîm quittent et adhèrent à Iéshoua. ›

Si le grain ne meurt

12 Le lendemain, la grande foule est venue à la fête. Ils entendent que Iéshoua’ vient à Ieroushalaîm.
13 Ils prennent des branches de palmier, sortent à sa rencontre et crient : « Hosha’na - Sauve donc ! Il est béni, celui qui vient au nom de IHVH-Adonaï, le roi même d’Israël ! »
14 Iéshoua’ trouve un ânon. Il s’assoit sur lui, comme il est écrit :
15 « Ne frémis pas, fille de Siôn ! Voici, ton roi vient, monté sur le petit d’une ânesse ! »
16 Cela, les adeptes ne le savaient pas au début ; mais quand Iéshoua’ est glorifié, ils se souviennent alors que cela avait été écrit sur lui ; et cela, ils l’avaient fait pour lui.
17 La foule lui rend donc témoignage, ceux qui étaient avec lui quand il avait appelé Èl’azar hors du sépulcre, le réveillant des morts.
18 Aussi la foule sort à sa rencontre, parce qu’ils avaient entendu qu’il avait fait ce signe.
19 Les Peroushîm se disent donc : « Voyez-vous ? Vous ne gagnez rien ! Regardez : l’univers s’en va derrière lui ! »
20 Il y a quelques Hellènes parmi ceux qui montent pour se prosterner à la fête.
21 Ceux-là donc s’approchent de Philippos, qui est de Béit-Saïda en Galil. Ils prient, ils disent : « Adôn, nous voulons voir Iéshoua’. »
22 Philippos vient et le dit à Andreas. Andreas et Philippos viennent et le disent à Iéshoua. ›
23 Iéshoua’ leur répond et dit : « L’heure est venue où le fils de l’homme sera glorifié.
24 Amén, amén, je vous dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt, il reste seul. Mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.
25 Qui aime son être le perd ; qui hait son être en cet univers le garde pour la vie en pérennité.
26 Si quelqu’un me sert, qu’il me suive ! Là où je suis, là sera aussi mon serviteur. Qui me sert, le père le glorifiera.
27 Maintenant, mon être se trouble. Que dirai-je ? Père, sauve-moi de cette heure ? Mais c’est pour cela que je suis arrivé à cette heure…
28 Père, glorifie ton nom« ! Vient donc une voix du ciel :  »J’ai glorifié et, à nouveau, je glorifierai. »
29 La foule, donc, qui se tient là, entend et dit : « C’est le tonnerre. » D’autres disent : « C’est un messager qui lui parle. »
30 Iéshoua’ répond et dit : « Cette voix n’était pas pour moi mais pour vous.
31 C’est maintenant le jugement de cet univers. Maintenant, la tête de cet univers est jetée dehors.
32 Moi, quand je serai élevé de terre, je tirerai tous à moi. »
33 Il dit cela par allusion à la mort dont il doit mourir.
34 La foule répond donc : « Nous, nous avons appris de la tora que le messie demeure en pérennité. Comment dis-tu que le fils de l’homme doit être élevé ? Qui est ce fils de l’homme ? »
35 Iéshoua’ leur dit donc : « Encore pour un peu de temps la lumière est en vous. Marchez tant que vous avez la lumière, afin que la ténèbre ne vous saisisse pas. Qui marche dans la ténèbre ne sait où il va.
36 Tant que vous avez la lumière, adhérez à la lumière, afin d’être fils de lumière. » Iéshoua’ dit ces paroles, puis il s’en va et se cache d’eux.

Je ne viens pas pour juger

37 Mais après tant de signes qu’il a faits en face d’eux, ils n’adhèrent pas à lui.
38 Alors s’accomplit la parole de Iesha’yahou l’inspiré, qui a dit : « IHVH-Adonaï, qui adhère à ce que nous avons entendu ? Le bras de IHVH-Adonaï, à qui s’est-il découvert ? »
39 C’est pourquoi ils ne peuvent adhérer, parce que Iesha’yahou dit encore :
40 « Il aveugle leurs yeux, il endurcit leur cœur, pour qu’ils ne voient pas de leurs yeux, que leur cœur ne réalise pas, qu’ils ne fassent pas retour ; et je les guérirais ? »
41 Ainsi dit Iesha’yahou, parce qu’il a vu sa gloire : il parle de lui.
42 Pourtant, même parmi les chefs, ils sont nombreux à adhérer à lui ; mais, à cause des Peroushîm, ils ne le déclarent pas, de peur d’être exclus de la synagogue.
43 Oui, ils aimaient la gloire des hommes plus que la gloire d’Elohîms.
44 Iéshoua’ crie et dit : « Qui adhère à moi, n’adhère pas à moi, mais à qui m’a envoyé.
45 Qui me voit, voit qui m’a envoyé.
46 Moi, lumière, je suis venu au monde, pour que quiconque adhère à moi ne reste pas dans la ténèbre.
47 Si quelqu’un entend mes dires sans les garder, moi, je ne le juge pas. Non, je ne viens pas pour juger l’univers, mais pour sauver l’univers.
48 Qui me rejette, et ne reçoit pas mes paroles, a son juge : la parole que j’ai dite le jugera au dernier jour,
49 parce que moi, je ne parle pas de moi-même ; mais le père qui m’a envoyé, lui, me prescrit ce que je dois exprimer et dire.
50 Et, je le sais, son ordre est vie en pérennité. Donc, ce que moi je dis, comme mon père me parle, je le dis. »

Cette Bible est dans le domaine public.