×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Loucas 7     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Loucas 7
André Chouraqui


Le centurion et la veuve

1 Quand il a rempli tous ses dires aux oreilles du peuple, il entre dans Kephar-Nahoum.
2 Or le serviteur d’un centurion a mal à en mourir ; et il lui est très cher.
3 Il entend parler de Iéshoua’ et lui envoie des Anciens des Iehoudîm le prier de venir sauver son serviteur.
4 Ils arrivent chez Iéshoua’, le supplient avec empressement et disent : « Il vaut que tu lui accordes cela.
5 Oui, il aime notre nation et c’est lui qui nous a bâti la synagogue. »
6 Iéshoua’ va avec eux. Et c’est, quand il n’est plus loin de la maison, le centurion lui envoie des amis pour lui dire : « Adôn, ne te fatigue pas ! Non, je ne vaux pas que tu entres sous mon toit.
7 C’est pour cela aussi que je ne suis pas venu moi-même vers toi. Mais dis une parole, que mon garçon soit rétabli.
8 Oui, je suis un homme soumis à une autorité, et j’ai sous moi des soldats. Je dis à l’un : ‹ Va !’ et il va ; à l’autre : ‹ Viens !’ et il vient ; et à mon serviteur : ‹ Fais cela !’ et il le fait. »
9 Iéshoua’ entend et s’étonne de lui. Il se tourne vers la foule qui le suit et dit : « Je vous dis : je n’ai pas trouvé en Israël une telle adhérence. »
10 Les émissaires reviennent à la maison et trouvent le serviteur en bonne santé.
11 Et c’est un jour suivant. Il va dans la ville appelée Naïn. Plusieurs de ses adeptes font route avec lui, ainsi qu’une foule nombreuse.
12 Il approche de la porte de la ville, et voici : ils emportent un mort, le fils unique de sa mère, qui était veuve. Auprès d’elle il y avait une foule importante de la ville.
13 Quand l’Adôn la voit, il est pris aux entrailles pour elle. Il lui dit : « Ne pleure pas ! »
14 Il s’approche et touche le brancard. Les porteurs s’arrêtent. Il dit : « Jeune homme, je te dis : réveille-toi ! »
15 Le mort se dresse sur son séant et commence à parler. Il le donne à sa mère.
16 Un frémissement les saisit tous ; ils glorifient Elohîms et disent : « Un inspiré, un grand, s’est levé parmi nous ! Elohîms visite son peuple ! »
17 Cette parole sort à son sujet dans tout Iehouda et dans le pays d’alentour. Sur Iohanân l’Immergeur

Sur Iohanân l’Immergeur

18 Les adeptes de Iohanân lui annoncent tout cela. Iohanân appelle deux de ses adeptes.
19 Il les envoie à l’Adôn pour lui dire : « Es-tu celui qui vient, ou bien en attendons-nous un autre ?
20 Les hommes arrivent et lui disent : « Iohanân l’Immergeur nous envoie vers toi pour dire : ‹ Es-tu celui qui vient, ou bien en attendons-nous un autre  ? › »
21 À cette heure, il en guérit beaucoup de maladies, de tourments et de souffles malins. À de nombreux aveugles il rend la vue.
22 Iéshoua’ répond et leur dit : « Allez annoncer à Iohanân ce que vous avez vu et entendu : des aveugles voient, des boiteux marchent, des galeux sont purifiés, des sourds entendent, des morts se réveillent, et les humiliés reçoivent l’annonce.
23 En marche, homme qui ne trébuche pas à cause de moi » !
24 Les messagers de Iohanân s’en vont. Il commence à parler aux foules sur Iohanân : « Qu’êtes-vous sortis contempler au désert ? Un roseau par le vent agité ?
25 Mais qu’êtes-vous sortis voir ? Un homme habillé de vêtements délicats ? Mais ceux qui vivent dans un vêtement somptueux et dans le luxe se tiennent à la cour.
26 Mais qu’êtes-vous sortis voir ? Un inspiré ? Certes ! je vous dis, et plus qu’un inspiré !
27 C’est de lui qu’il est écrit : Voici, j’envoie mon messager devant tes faces. Il aplanira la route devant toi.
28 Je vous dis : Plus grand que Iohanân, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’en est point. Mais le plus petit du royaume d’Elohîms est plus grand que lui.
29 Tout le peuple des entendeurs et les gabelous mêmes ont rendu justice à Elohîms, en se faisant immerger de l’immersion de Iohanân.
30 Mais les Peroushîm et les maîtres de la tora ont rejeté le vouloir d’Elohîms à leur égard, en ne se faisant pas immerger par lui.
31 À qui donc assimiler les hommes de cette génération ? À qui sont-ils semblables ?
32 Ils sont semblables à des gamins assis au marché, qui s’interpellent l’un l’autre en disant : ‹ Nous avons joué pour vous de la flûte, mais vous n’avez pas dansé ! Nous avons chanté des thrènes, mais vous n’avez pas pleuré ! ›
33 Oui, Iohanân l’Immergeur est venu, ne mangeant pas de pain, ne buvant pas de vin ; et vous disiez : ‹ Un démon est en lui ! ›
34 Le fils de l’homme vient, mangeant et buvant ; et vous dites : ‹ Voici un glouton et un buveur, ami des gabelous et des fauteurs. ›
35 Mais la sagesse se justifie par tous ses enfants. »

Messié de parfum

36 Un des Peroushîm le prie de manger avec lui. Il entre dans la maison du Paroush et s’attable.
37 Et voici une femme. C’est une fauteuse de la ville. Elle sait qu’il s’est étendu dans la maison du Paroush. Elle apporte un flacon d’albâtre plein de parfum.
38 Elle se tient en arrière et pleure à ses pieds. De ses larmes, elle commence à lui humecter les pieds. Elle les essuie avec les cheveux de sa tête. Elle se penche, embrasse ses pieds et les messie de parfum.
39 Mais le Paroush voit, lui qui l’avait invité. Il se dit en lui-même : « Si c’était un inspiré, il saurait qui et quelle sorte de femme elle est, celle qui le touche : oui, une fauteuse ! »
40 Iéshoua’ répond et lui dit : « Shim’ôn, j’ai quelque chose à te dire. » Il dit : « Rabbi, parle ! »
41 « Un créancier a deux débiteurs. Un doit cinq cents deniers, l’autre cinquante.
42 Mais comme ils n’ont pas de quoi rendre, il leur fait remise à tous deux. Maintenant, lequel des deux l’aimera davantage ?
43 Shim’ôn répond et dit : « Je suppose, celui à qui il a fait une plus grande remise. » Il lui dit : « Tu as bien jugé. »
44 Se tournant vers la femme, il dit à Shim’ôn : « Regarde cette femme ! Je suis entré dans ta maison, tu ne m’as pas donné d’eau pour mes pieds. Mais elle, de ses larmes, elle a humecté mes pieds, et de ses cheveux elle les a essuyés.
45 Tu ne m’as pas donné de baiser. Mais elle, depuis que je suis entré, elle n’a pas cessé de se pencher et d’embrasser mes pieds.
46 Tu n’as pas messié ma tête d’huile. Mais elle, de parfum, elle a messié mes pieds.
47 Pour tout cela, je te dis, ses fautes nombreuses lui sont remises, parce qu’elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui peu est remis aime peu. »
48 Et il dit à la femme : « Tes fautes te sont remises. »
49 Les convives commencent à se dire entre eux : « Quel est celui-ci qui remet même les fautes ?
50 Il dit à la femme : « Ton adhérence te sauve. Va en paix ! »

Cette Bible est dans le domaine public.