×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Loucas 19.29     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Loucas 19.29
André Chouraqui


Zakaï

1 Il entre, traverse Ieriho,
2 Et voici, un homme appelé du nom de Zakaï. C’est un chef de gabelous, un riche.
3 Il cherche à voir qui est Iéshoua’, mais ne le peut à cause de la foule : il est petit de taille.
4 Il court en avant, monte sur un sycomore afin de le voir : c’est par là qu’il doit passer.
5 Quand il vient à l’endroit, Iéshoua’ lève le regard et lui dit : « Zakaï, dépêche-toi, descends ! Oui, aujourd’hui, il me faut demeurer chez toi. »
6 Il se dépêche de descendre et l’accueille avec chérissement.
7 Ce que voyant, ils murmurent tous et disent : « Chez un homme fauteur, il entre se loger ! »
8 Zakaï, debout, dit à l’Adôn : « Voici, la moitié de mes biens, Adôn, je la donne aux pauvres. Et si j’ai volé quelqu’un, je lui rends le quadruple. »
9 Iéshoua’ lui dit : « Aujourd’hui c’est le salut pour cette maison, puisque lui aussi est un fils d’Abrahâm.
10 Oui, le fils de l’homme vient chercher et sauver ce qui est perdu. »

Exemple des mines

11 Comme ils entendent cela, il continue et dit un exemple ; oui, il était près de Ieroushalaîm, et ils croient que le royaume d’Elohîms apparaîtra soudain.
12 Il dit donc : « Un homme bien né va dans un pays lointain pour recevoir la royauté et revenir.
13 Il appelle dix de ses serviteurs et leur donne dix mines. Il leur dit : ‹ Faites des affaires jusqu’à mon arrivée. ›
14 Or ses concitoyens le haïssent. Ils envoient une délégation derrière lui et disent ; ’Nous ne voulons pas que celui-là règne sur nous ! ›
15 Et c’est, quand il est de retour, après avoir reçu la royauté, il dit d’appeler à lui ses serviteurs auxquels il avait donné de l’argent, pour savoir ce que chacun avait gagné en affaires.
16 Le premier arrive et dit : ‹ Adôn, ta mine a rapporté dix mines. ›
17 Il lui dit : ‹ Bien, bon serviteur ! Puisque tu as été fidèle pour peu, reçois le commandement de dix villes ! ›
18 Le deuxième vient et dit : ‹ Adôn, ta mine a fait cinq mines. ›
19 Il dit à celui-là aussi : ‹ Toi aussi, gouverne cinq villes ! ›
20 L’autre vient et dit : ‹ Adôn, voici : ta mine, je l’ai tenue serrée dans un linge.
21 Oui, j’ai frémi de toi, car tu es un homme exigeant. Tu prends ce que tu n’as pas déposé : tu moissonnes ce que tu n’as pas semé. ›
22 Il lui dit : ‹ Je te juge selon ta bouche, mauvais serviteur ! Tu sais que je suis un homme exigeant, prenant ce que je n’ai pas déposé, moissonnant ce que je n’ai pas semé.
23 Et pourquoi n’as-tu pas donné mon argent à la banque ? À ma venue, je l’aurais touché avec un intérêt. ›
24 Il dit à ceux qui se tiennent là : ‹ Prenez-lui la mine et donnez-la à celui qui a les dix mines. ›
25 Ils lui disent : ‹ Adôn, il a dix mines ! ›
26 Je vous dis : à qui a, il est donné ; et à qui n’a pas, même ce qu’il a lui est pris.
27 Cependant, mes ennemis, ceux qui ne voulaient pas que je règne sur eux, amenez-les ici et égorgez-les en face de moi ! »

Vers Ieroushalaîm

28 Ayant dit cela, il va devant et monte à Ieroushalaîm.
29 Et c’est, quand il approche de Béit-Paguéi et de Béit-Hananyah, près du mont appelé des Oliviers, il envoie deux des adeptes
30 et dit : « Allez au village en face. Entrant là, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel jamais aucun homme ne s’est assis. Déliez-le et conduisez-le.
31 Si quelqu’un vous questionne : ‹ Pourquoi le déliez-vous  ? › vous direz ainsi : ‹ Parce que l’Adôn en a besoin’. »
32 Les messagers s’en vont et trouvent comme il leur avait dit.
33 Ils délient l’ânon. Ses maîtres leur disent : « Pourquoi déliez-vous l’ânon ?
34 Ils disent : « Parce que l’Adôn en a besoin. »
35 Ils le conduisent à Iéshoua’. Ils jettent leurs manteaux sur l’ânon et y font monter Iéshoua. ›
36 Tandis qu’il va, ils étalent leurs manteaux sur la route.
37 Ils approchent déjà de la descente du mont des Oliviers. Avec chérissement, toute la multitude des adeptes commence à glorifier Elohîms à forte voix pour tous les prodiges qu’ils ont vus.
38 Ils disent : « Il est béni, celui qui vient, le roi, au nom de IHVH-Adonaï ! Dans le ciel, paix, et gloire dans les hauteurs ! »
39 Certains Peroushîm, dans la foule, lui disent : « Rabbi, rabroue tes adeptes ! »
40 Il répond et dit : « Je vous dis : si ceux-là se taisaient, les pierres crieraient ! » Il pleure sur la ville
41 Quand il approche, il voit la ville, pleure sur elle
42 Il pleure sur la ville et dit : « Si tu avais reconnu en ce jour, toi aussi, l’approche de la paix !… Mais maintenant, c’est resté caché à tes yeux.
43 Des jours viennent sur toi où tes ennemis érigeront des remparts contre toi. Ils t’assiégeront tout autour, t’oppresseront de toutes parts,
44 te précipiteront à terre avec tes enfants en toi. Ils ne laisseront pas de toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas reconnu le temps de ta visitation. »

Les vendeurs chassés

45 Il entre au sanctuaire et se met à jeter dehors les vendeurs.
46 Il leur dit : « Il est écrit : ‹ Ma maison est une maison de prière. Mais vous, vous en avez fait une caverne de bandits !’ »
47 Il enseigne chaque jour dans le sanctuaire. Mais les chefs des desservants et les Sopherîm cherchent à le perdre, et aussi les premiers du peuple.
48 Mais ils ne trouvent que faire : oui, tout le peuple est suspendu à lui pour l’entendre.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf