×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Loucas 10     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Loucas 10
André Chouraqui


Les envoyés

1 Or, après cela, l’Adôn désigne encore soixante-douze autres. Il les envoie devant ses faces, deux par deux, en toute ville et lieu où il doit arriver.
2 Il leur dit : « La moisson est abondante, mais rares les ouvriers. Aussi, implorez l’Adôn de la moisson, qu’il jette dehors des ouvriers pour sa moisson.
3 Allez ! Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups.
4 Ne vous chargez pas de bourse, ni de besace, ni de sandales. Ne saluez personne en route.
5 En toute maison où vous entrez, dites d’abord : ‹ Shalôm à cette maison ! ›
6 Et s’il est là un fils de paix, sur lui reposera votre shalôm. Sinon, il retournera sur vous.
7 Demeurez dans cette même maison ; mangez et buvez ce qu’il y a chez eux : oui, l’ouvrier a valeur pour son salaire. N’errez pas de maison en maison.
8 En toute ville où vous entrez et où ils vous accueillent, mangez de ce qui vous est servi.
9 Guérissez les infirmes qui y sont. Dites-leur : ‹ Il approche de vous, le royaume d’Elohîms ! ›
10 En toute ville où vous entrez et où ils ne vous accueillent pas, sortez sur les places et dites :
11 ‹ Même la poussière de votre ville collée aux pieds, nous la secouons pour vous ! Cependant, pénétrez qu’il approche, le royaume d’Elohîms ! ›
12 Je vous dis : Oui, pour Sedôm, ce jour sera plus tolérable que pour cette ville.
13 Oïe, toi, Korazîn ! Oïe, toi, Béit-Saïda ! Oui, si les prodiges réalisés chez vous l’avaient été à Sor et à Sidôn, depuis longtemps, assises en sac et cendre, elles auraient fait retour.
14 Aussi bien, pour Sor et Sidôn, le jugement sera plus tolérable que pour vous.
15 Et toi, Kephar-Nahoum, tu t’es élevée jusqu’au ciel : tu seras précipitée jusqu’au Shéol.
16 Qui vous entend m’entend ; qui vous rejette me rejette ; et qui me rejette rejette qui m’a envoyé. »
17 Les soixante-douze retournent, pleins de chérissement, disant : « Adôn, même les démons se soumettent à nous en ton nom ! »
18 Il leur dit : « J’ai contemplé Satân tomber, comme un éclair, hors du ciel.
19 Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi : rien ne pourra vous nuire.
20 Cependant, ne vous réjouissez pas que les souffles se soumettent à vous, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans les ciels. »
21 À cette heure même, il exulte au souffle sacré et dit : « Je te célèbre, Père, Adôn du ciel et de la terre, parce que tu as caché cela aux sages et aux sagaces, et que tu le découvres aux tout-petits. Oui, Père, parce que tel est ton gré devant tes faces.
22 Tout m’a été livré par mon père. Nul ne sait qui est le fils, sinon le père ; et qui est le père, sinon le fils, et à qui le fils veut le découvrir. »
23 Se tournant vers ses adeptes, à part, il dit : « En marche, les yeux qui voient ce que vous voyez !
24 Oui, je vous dis, de nombreux inspirés, des rois ont désiré voir ce que vous vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu. »

Vie en pérennité

25 Et voici, un enSeigneur de la tora se lève pour l’éprouver et dit : « Rabbi, que faire pour hériter vie en pérennité ?
26 Il lui dit : « Qu’est-il écrit dans la tora ? Comment lis-tu ?
27 Il répond et dit : « Tu aimeras IHVH-Adonaï, ton Elohîms, de tout ton cœur, de tout ton être, de toute ton intensité, de toute ton intelligence, et ton compagnon comme toi-même. »
28 Il lui dit : « Tu as répondu droitement. Fais cela et tu vivras ! »
29 Mais il veut se justifier et dit à Iéshoua’ : « Et qui est mon compagnon ?
30 Iéshoua’ reprend et dit : « Un homme descend de Ieroushalaîm à Ieriho et tombe au milieu de bandits. Ils le dépouillent, le chargent de coups, et s’en vont, le laissant à moitié mort.
31 Par coïncidence, un desservant descend par cette route-là. Il le voit et passe à l’opposé.
32 Ainsi d’un Lévi, survenant en ce lieu. Il le voit et passe à l’opposé.
33 Un Shomroni faisant route vient près de lui, voit, est pris aux entrailles,
34 s’approche, il panse ses blessures et lui verse de l’huile et du vin. Puis il le fait monter sur sa propre monture et l’emmène au gîte où il prend soin de lui.
35 Le lendemain, il prend deux deniers, les donne à l’hôtelier et dit : ‹ Prends soin de lui. Ce que tu dépenseras en plus, moi, je te le rendrai à mon retour. ›
36 À ton avis, lequel de ces trois a été le compagnon de l’homme tombé aux mains des bandits ?
37 Il dit : « Celui qui l’a matricié. » Iéshoua’ lui dit : « Va ! Toi aussi, fais de même ! » Marta et Miriâm

Marta et Miriâm

38 Tandis qu’ils vont, il entre dans un village. Une femme du nom de Marta l’accueille dans sa maison.
39 Elle a une sœur appelée Miriâm ; assise aux pieds de l’Adôn, elle entend sa parole.
40 Mais Marta se fatigue à tant servir ; elle se présente et dit : « Adôn, tu ne te soucies pas de ce que ma sœur me laisse servir seule ? Dis-lui donc de m’aider ! »
41 L’Adôn répond et lui dit : « Marta, Marta, tu t’inquiètes et t’agites pour beaucoup.
42 De peu il est besoin, ou du seul. Miriâm a choisi la bonne part, qui ne lui sera pas enlevée. »

Cette Bible est dans le domaine public.