×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Marcos 9.12     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Marcos 9.12
André Chouraqui


Métamorphose

1 Il leur dit : « Amén, je vous dis : il en est ici, parmi les présents, qui ne goûteront pas la mort, avant d’avoir vu le royaume d’Elohîms venir dans la puissance. »
2 Six jours après, Iéshoua’ prend Petros, Ia’acob, et Iohanân et les fait monter sur une haute montagne, à part, seuls. Il se métamorphose devant eux.
3 Ses vêtements deviennent étincelants, très blancs ; tellement que foulon sur terre ne peut blanchir ainsi.
4 Leur apparaît Élyahou, avec Moshè ; ils parlent avec Iéshoua. ›
5 Petros répond. Il dit à Iéshoua’ : « Rabbi, il est beau que nous soyons ici. Faisons donc trois tentes : pour toi une, pour Moshè une, pour Élyahou une. »
6 Non, il ne sait pas quoi dire ; ils frémissent très fort.
7 Et c’est une nuée, elle les obombre ; et c’est une voix venant de la nuée : « Voici mon fils, mon aimé : entendez-le. »
8 Et, soudain, ils regardent à la ronde ; ils ne voient plus personne sauf Iéshoua’, seul avec eux.
9 Ils descendent de la montagne. Il leur recommande de ne raconter à personne ce qu’ils ont vu, sauf quand le fils de l’homme se relèvera d’entre les morts.
10 Ils tiennent bien la parole, mais ils discutent entre eux : « Qu’est-ce que se relever d’entre les morts ?
11 Ils sont à le questionner et disent : « Pourquoi les Sopherîm disent-ils qu’Élyahou doit venir en premier ?
12 Il leur déclare : « Certes, Élyahou viendra en premier et restaurera tout. Et comment est-il écrit sur le fils de l’homme qu’il souffrira beaucoup et qu’ils le mépriseront ?
13 Mais je vous dis : Élyahou est venu, et ils l’ont traité comme ils ont voulu, comme c’est écrit de lui. »

Le fils muet

14 Ils viennent vers les adeptes. Ils voient une foule nombreuse autour d’eux : des Sopherîm discutent avec eux.
15 Vite, toute la foule le voit. Ils sont effrayés et courent le saluer.
16 Il les interroge : « De quoi discutiez-vous avec eux ?
17 Un de la foule répond : « Rabbi, je t’ai amené mon fils. Il a un souffle muet ;
18 quand il s’empare de lui et le déchire, il bave, grince des dents et devient sec. J’ai dit à tes adeptes de le jeter dehors, mais ils n’en ont pas eu la force. »
19 Il leur répond et dit : « Ô âge sans adhérence, jusqu’à quand serai-je avec vous ? Jusqu’à quand vous supporterai-je ? Amenez-le-moi. »
20 Ils le lui amènent. En le voyant, le souffle, vite, le secoue de convulsions. Il tombe à terre, se roule et bave.
21 Iéshoua’ interroge son père : « Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? Il dit :  »Depuis l’enfance.
22 Oui, souvent le souffle le jette et dans le feu et dans les eaux pour le perdre. Mais, si tu le peux, secours-nous, sois pris aux entrailles pour nous. »
23 Iéshoua’ lui dit : « Ce ’si tu le peux’ !… Tout est possible à qui adhère. »
24 Vite, le père de l’enfant crie et dit : « J’adhère ! Secours ma non-adhérence. »
25 Iéshoua’ voit la foule qui accourt. Il rabroue le souffle contaminé et lui dit : « Souffle muet et sourd ! Moi, je te commande : Sors de lui, n’entre plus en lui. »
26 Il crie, le convulse fort et sort. Et il est comme mort, si bien que beaucoup disent : « Il est mort. »
27 Mais Iéshoua’ saisit sa main et le réveille : il se relève.
28 Quand il entre à la maison, ses adeptes, à part, l’interrogent : « Pourquoi, nous, n’avons-nous pu le jeter dehors ?
29 Il leur dit : « Cette espèce ne peut sortir par rien d’autre que par la prière et le jeûne. »
30 Sortant de là, ils passent à travers la Galil. Il veut que personne ne le sache.

Mort annoncée (2)

31 Oui, il enseigne ses adeptes. Il leur dit : « Le fils de l’homme sera livré aux mains des hommes. Ils le tueront et, tué, après trois jours, il se relèvera. »
32 Mais eux ne pénètrent pas la parole. Ils frémissent de l’interroger.

Le plus grand

33 Ils viennent à Kephar-Nahoum. À la maison, il les interroge : « Que ruminiez-vous en route ? »
34 Ils se taisent. Oui, entre eux, ils avaient discuté en route de « qui est le plus grand ?. »
35 Il s’assoit, il appelle les Douze et leur dit : « Qui veut être le premier, qu’il soit, de tous, le dernier, et, de tous, le serviteur. »
36 Il prend un petit enfant et le met au milieu d’eux. Il le prend dans ses bras et leur dit :
37 « Qui accueille un tel petit enfant en mon nom, c’est moi qu’il accueille. Et qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais celui qui m’envoie. »

Au nom de Iéshoua’

38 Iohanân lui dit : « Rabbi, nous avons vu un homme qui jette dehors les démons en ton nom. Nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suit pas. »
39 Mais Iéshoua’ dit : « Ne l’empêchez pas. Non, nul homme ne fait de prodige en mon nom, qui puisse aussitôt parler de moi en mal.
40 Qui n’est pas contre nous est pour nous.
41 Oui, qui vous abreuve d’une coupe d’eau au nom du messie de qui vous êtes, amén, je vous dis : il ne perd pas son salaire.
42 Qui ferait trébucher un de ces petits qui ont adhéré, il est plus beau pour lui qu’une meule d’âne soit mise à son cou et qu’il soit jeté à la mer.
43 Si ta main te fait trébucher, coupe-la. Il est beau pour toi d’entrer dans la vie manchot, plutôt que d’avoir deux mains pour t’en aller à la Géhenne, dans le feu inextinguible.
45 Si ton pied te fait trébucher, coupe-le. Il est beau pour toi d’entrer dans la vie boiteux plutôt que d’avoir deux pieds pour être jeté à la Géhenne.
47 Si ton œil te fait trébucher, jette-le dehors. Il est beau pour toi d’entrer avec un seul œil au royaume d’Elohîms, plutôt que d’avoir deux yeux pour être jeté dans la Géhenne,
48 où leur vermine ne meurt jamais et où le feu ne s’éteint pas.
49 Oui, tout se sale au feu.
50 Le sel est bon ; mais, si le sel devient sans saveur, avec quoi l’assaisonnerez-vous ? Gardez le sel en vous-mêmes, et soyez en paix les uns avec les autres. »

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf