×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Marcos 5     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Marcos 5
André Chouraqui


Le souffle contaminé

1 Ils viennent de l’autre côté de la mer au pays des Gadariîm.
2 Il sort de la barque. Un homme vient à sa rencontre, hors des sépulcres, vite. Il a en lui un souffle contaminé
3 et habite parmi les sépultures. Nul ne peut le lier, pas même avec une chaîne.
4 Oui, plusieurs fois, ils l’avaient lié avec des entraves et avec des chaînes ; mais il avait éclaté les chaînes et brisé les entraves. Personne n’avait la force de le maîtriser.
5 Tout le temps, nuit et jour, parmi les sépultures et dans les montagnes, il est à crier et à se taillader avec des pierres.
6 Il voit Iéshoua’ de loin. Il court, se prosterne en face de lui.
7 Il crie d’une voix forte et dit : « Qu’y a-t-il entre moi et toi, Iéshoua’ bèn Elohîms ’Éliôn ? Je t’en adjure par Elohîms, ne me tourmente pas ! »
8 Oui, Iéshoua’ lui disait : « Sors de cet homme, souffle contaminé. »
9 Il l’interroge : « Ton nom ? Il lui dit :  »Légion est mon nom. Oui, nous sommes une multitude. »
10 Il le supplie fort de ne pas les envoyer hors du pays.
11 Or il y avait là, près de la montagne, un troupeau de cochons, un grand ; ils paissaient.
12 Ils le supplient et disent : « Expédie-nous dans les cochons pour que nous entrions en eux. »
13 Il le leur permet : les souffles contaminés sortent ; ils entrent dans les cochons. Le troupeau se rue du haut de la falaise dans la mer. Deux mille environ suffoquèrent dans la mer.
14 Ceux qui les gardent s’enfuient et l’annoncent à la ville et aux champs. Ils viennent voir : que s’est-il passé ?
15 Ils viennent vers Iéshoua’; ils voient le démoniaque assis, vêtu, sain d’esprit, lui qui avait eu Légion ; ils frémissent.
16 Les témoins leur racontent ce qui avait été fait au démoniaque et aux porcs.
17 Ils commencent à le supplier de s’en aller de leur frontière.
18 Et, quand il monte dans la barque, le démoniaque le supplie de demeurer avec lui.
19 Il ne le laisse pas faire, mais lui dit : « Va dans ta maison, auprès des tiens ; annonce-leur tout ce que l’Adôn a fait pour toi, et comment il t’a matricié. »
20 Il s’en va et commence à clamer dans les Dix-Villes ce que Iéshoua’ avait fait pour lui. Tous s’en étonnent.

Deux guérisons

21 Iéshoua’ traverse de nouveau en barque de l’autre côté. Une foule nombreuse se rassemble auprès de lui. Il est au bord de la mer.
22 Un des chefs de la synagogue vient vers lui. Son nom : Iaïr.
23 Le voyant, il tombe à ses pieds, le supplie fort et dit : « Ma fillette est à sa fin, viens, impose les mains sur elle, elle sera sauvée, elle vivra. »
24 Il s’en va avec lui. Une foule nombreuse le suit et se presse contre lui.
25 Là, une femme fluente de sang depuis douze ans,
26 elle a beaucoup souffert avec de nombreux médecins. Elle a dépensé tout son avoir sans aucune amélioration. Elle va même plutôt pis.
27 Elle avait entendu parler de Iéshoua’. Elle vient dans la foule derrière lui et touche son vêtement.
28 Elle disait : « Oui, si je pouvais toucher au moins ses vêtements, je serais sauvée ! »
29 Vite, la source de son sang sèche. Elle pénètre en sa chair qu’elle est guérie du mal qui la harcelait.
30 Iéshoua’ pénètre vite en lui-même qu’un pouvoir est sorti de lui. Il se tourne vers la foule et dit : « Qui a touché mes vêtements ?
31 Ses adeptes lui disent : « Vois, la foule te presse et tu dis : Qui m’a touché ?
32 Il regarde à la ronde pour voir celle qui avait fait cela.
33 La femme frémit, tremble, sachant ce qui lui est arrivé. Elle vient, tombe devant lui, et lui dit toute la vérité.
34 Il lui dit : « Fille, ton adhérence t’a sauvée. Va en paix ! Sois assainie du mal qui te harcelait. »
35 Comme il parle encore, voici, ils viennent de chez le chef de la synagogue et disent : « Ta fille est morte. Pourquoi encore fatiguer le Rabbi ?
36 Mais Iéshoua’ saisit la parole qu’ils ont dite. Il dit au chef de la synagogue : « Ne frémis pas ! Adhère seulement ! »
37 Il ne laisse personne le suivre, sauf Petros, Ia’acob et Iohanân, le frère de Ia’acob.
38 Ils viennent dans la maison du chef de la synagogue. Il perçoit le tumulte : ils pleurent et crient force alalas.
39 Il entre, il leur dit : « Pourquoi ce tumulte ? Pourquoi pleurez-vous ? L’enfant n’est pas morte, mais elle dort. »
40 Ils ricanent contre lui. Mais lui les jette tous dehors. Il prend le père de l’enfant, la mère, ceux qui sont avec lui, et il entre là où est l’enfant.
41 Il saisit la main de l’enfant et lui dit : « Tali taqoumi ! », ce qui se traduit : « Fille, je te le dis : réveille-toi ! »
42 Vite, la fillette se relève et marche. Oui, elle a douze ans. Ils sont hors d’eux-mêmes, totalement hors d’eux-mêmes.
43 Il leur ordonne instamment que personne ne sache cela. Il dit de lui donner à manger et sort de là.

Cette Bible est dans le domaine public.