×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Marcos 3     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Marcos 3
André Chouraqui


La main desséchée

1 Il entre de nouveau dans une synagogue. Il y a là un homme à la main desséchée.
2 Ils l’épient : va-t-il guérir le shabat ? Ils pourraient l’accuser.
3 Il dit à l’homme à la main sèche : « Réveille-toi ! Au milieu ! »
4 Il leur dit : « Est-il permis, le shabat, de bien faire ou de méfaire, de sauver un être ou de le tuer ? Mais ils se taisent.
5 Il les regarde à la ronde et il brûle, blessé par la dureté de leur cœur. Il dit à l’homme : « Étends ta main. » Il l’étend, et sa main est rétablie.
6 Les Peroushîm sortent vite ; ils se concertent avec les hommes de Hèrôdès, contre lui, pour le perdre.

Les adeptes

7 Iéshoua’ se retire vers la mer avec ses adeptes. Une nombreuse multitude de Galil le suit.
8 Même de Iehouda, de Ieroushalaîm, d’Edôm et d’au-delà du Iardèn, des alentours de Sor et de Sidôn, une multitude nombreuse entend ce qu’il a fait et vient à lui.
9 Il dit à ses adeptes qu’un bateau demeure près de lui, à cause de la foule, pour qu’ils ne le pressent pas.
10 Oui, il en a guéri beaucoup, si bien qu’ils tombent sur lui pour le toucher, tous ceux que la souffrance harcèle.
11 Les souffles contaminés le voient, tombent devant lui, crient et disent : « Tu es bèn Elohîms. »
12 Il les rabroue avec force : qu’ils ne le manifestent pas !
13 Il monte sur la montagne. Il appelle à lui ceux qu’il veut. Ils vont à lui.
14 Il en fait douze pour qu’ils soient avec lui, et pour qu’il les envoie clamer,
15 avec le pouvoir de jeter dehors les démons.
16 Il fait les Douze : il impose à Shim’ôn le nom de Petros ;
17 Ia’acob bèn Zabdi, Iohanân, frère de Ia’acob ; et il leur impose le nom de Benéi Ra’ash, c’est-à-dire les fils du Tonnerre ;
18 Andreas, Philippos, Bar-Talmaï, Matityah, Toma, Ia’acob bèn Halphaï, Tadaï, Shim’ôn le Qanaït,
19 et Iehouda l’homme de Qériot, celui qui l’a livré.

Ba’al Zeboul

20 Il vient à la maison. La foule se réunit à nouveau, si bien qu’ils ne peuvent même plus manger le pain.
21 Les siens l’entendent ; ils sortent pour se saisir de lui. Oui, ils disent : « Il est hors de sens ! »
22 Les Sopherîm, descendant de Ieroushalaîm, disent : « Il a le Ba’al Zeboul ! Par le chef des démons, il chasse dehors les démons ! »
23 Il les appelle et leur parle par des exemples : « Comment Satân peut-il jeter dehors Satân ?
24 Si un royaume est divisé contre lui-même, un tel royaume ne peut subsister.
25 Si une maison est divisée contre elle-même, une telle maison ne peut subsister.
26 Si le Satân se lève contre lui-même et se divise, il ne peut subsister, mais il est fini.
27 Personne ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses affaires s’il n’a d’abord lié l’homme fort. Alors, il pille sa maison.
28 Amén, je vous dis : tout sera remis aux fils des hommes, les fautes, les blasphèmes autant qu’ils blasphèment.
29 Mais le blasphémateur contre le souffle sacré n’a pas de rémission en pérennité, mais est passible de faute en pérennité. »
30 Cela parce qu’ils disaient : « Il a un souffle contaminé. »

Ma mère, mes frères

31 Viennent sa mère et ses frères. Ils se tiennent dehors et l’envoient appeler.
32 Une foule est assise autour de lui. Ils lui disent : « Voici ta mère, tes frères, et tes sœurs ; ils sont dehors et te cherchent. »
33 Il leur répond et dit : « Qui sont ma mère et mes frères ?
34 Il regarde à la ronde ceux qui sont assis en cercle autour de lui et dit : « Voici ma mère et mes frères.
35 Qui fait le vouloir d’Elohîms, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère. »

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf