×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Marcos 2     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Marcos 2
André Chouraqui


Prends ton grabat

1 Il entre de nouveau à Kephar-Nahoum quelques jours après. Ils entendent qu’il est à la maison.
2 Ils s’y rassemblent, si nombreux qu’il ne reste plus de place, même devant la porte. Il leur dit la parole.
3 Ils viennent et portent en face de lui un paralytique qu’ils soulèvent à quatre.
4 Comme ils ne pouvaient le lui présenter, à cause de la foule, ils défont le toit là où il se trouvait. Ayant creusé un trou, ils laissent aller le grabat où le paralytique était étendu.
5 Iéshoua’ voit leur adhérence. Il dit au paralytique : « Enfant, tes fautes te sont remises. »
6 Or, quelques Sopherîm étaient assis là, ils ruminaient en leur cœur :
7 « Quoi ! Celui-là parle ainsi ! Il blasphème ! Qui peut remettre les fautes, sinon un seul : Elohîms ?
8 Vite, en son souffle, Iéshoua’ sait qu’ils ruminent en eux-mêmes. Il leur dit : « Pourquoi ruminez-vous ainsi en vos cœurs ?
9 Qu’est-il plus facile ? Dire au paralytique : ‹ Tes fautes te sont remises’ ou lui dire : ‹ Réveille-toi, prends ton grabat et marche’ ?
10 Eh bien, le fils de l’homme a pouvoir sur terre de remettre les fautes. Et pour que vous le sachiez.. ».
11 Il dit au paralytique : « À toi, je dis : Réveille-toi, prends ton grabat et va dans ta maison. »
12 Il se réveille, et, vite, prend son grabat et sort devant tous. Tous sont stupéfaits ; ils glorifient Elohîms et disent : « Cela, nous ne l’avons jamais vu ! »
13 Il sort à nouveau au bord de la mer. Toute la foule vient à lui. Il les enseigne.
14 Il passe, il voit Lévi bèn Halphaï assis à la gabelle. Il lui dit : « Suis-moi. » Il se lève et le suit.
15 Et c’est, quand il s’étend à table dans sa maison, de nombreux gabelous et des fauteurs se mettent à table avec Iéshoua’ et ses adeptes. Oui, ils sont nombreux à le suivre.
16 Les Sopherîm des Peroushîm voient : il mange avec des fauteurs et des gabelous. Ils disent à ses adeptes : « Quoi ! il mange avec des gabelous et des fauteurs ! »
17 Iéshoua’ l’entend. Il leur dit : « Les forts n’ont pas besoin de médecin, mais ceux qui ont mal. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des fauteurs. »
18 Les adeptes de Iohanân et les Peroushîm jeûnaient. Ils viennent, et lui disent : « Pourquoi les adeptes de Iohanân et les adeptes des Peroushîm jeûnent-ils et tes adeptes ne jeûnent-ils pas ?
19 Iéshoua’ leur dit : « Les fils de la noce peuvent-ils jeûner quand l’époux est avec eux ? Tout le temps qu’ils ont l’époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner.
20 Mais voici, les jours viennent où l’époux leur sera enlevé, alors ils jeûneront ce jour-là.
21 Nul ne coud un ajout d’étoffe non battue sur un vieux vêtement, sinon la pièce tire sur lui, le neuf sur le vieux, et la déchirure devient pire.
22 Personne ne jette un vin nouveau dans de vieilles outres, sinon le vin fait craquer les outres, le vin est perdu, et les outres. Mais : ‹ À vin nouveau, outres neuves’. »

Les épis égrenés

23 Et c’est le shabat. Il passe à travers les champs de blé. Ses adeptes, chemin faisant, commencent à égrener des épis.
24 Les Peroushîm lui disent : « Vois ! Pourquoi font-ils ce qui n’est pas permis le shabat ?
25 Il leur dit : « N’avez-vous jamais lu ce qu’a fait David ? Il était dans le besoin, il avait faim, et ses compagnons avec lui.
26 Il est entré dans la maison d’Elohîms, aux jours d’Èbiatar le grand desservant. Il a mangé le pain des faces qu’il n’est pas permis de manger, sauf aux desservants. Il en a même donné à ses compagnons. »
27 Il leur dit : « Le shabat est fait pour l’homme et non l’homme pour le shabat.
28 Ainsi, le fils de l’homme est l’Adôn, même du shabat. »

Cette Bible est dans le domaine public.