×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Marcos 15     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Marcos 15
André Chouraqui


Chez Pilatus

1 Vite, le matin, les chefs des desservants se concertent avec les Anciens, les Sopherîm et tout le sanhédrîn. Ils lient Iéshoua’, le transportent et le livrent à Pilatus.
2 Pilatus l’interroge : « Toi, tu es le roi des Iehoudîm ? Il répond et lui dit :  »Toi, tu le dis. »
3 Les chefs des desservants multiplient leurs accusations contre lui.
4 Mais Pilatus l’interroge à nouveau : « Tu ne réponds rien ? Vois tout ce dont ils t’accusent ! »
5 Mais Iéshoua’ ne répond plus rien, si bien que Pilatus s’étonne.
6 Or, à chaque fête, il leur relâchait un prisonnier, celui qu’ils demandaient.
7 Il en était alors un, dit Bar-Abba - Fils du Père -, lié avec les révoltés, il avait commis un meurtre pendant la révolte.
8 La foule monte et commence à demander qu’il fasse pour eux selon la coutume.
9 Pilatus leur répond et dit : « Voulez-vous que je vous relâche le roi des Iehoudîm ?
10 Oui, il savait que les chefs des desservants l’avaient livré par envie.
11 Mais les chefs des desservants excitent la foule, pour que ce soit plutôt Bar-Abba qu’il leur relâche.
12 Or Pilatus répond à nouveau et leur dit : « Que voulez-vous que je fasse de celui que vous dites roi des Iehoudîm ?
13 Et ils crient à nouveau : « Crucifie-le ! »
14 Mais Pilatus leur dit : « Quel mal a-t-il donc fait ? Ils crient de plus belle :  »Crucifie-le » !
15 Pilatus, voulant satisfaire la foule, leur relâche Bar-Abba. Et Iéshoua’, il le livre pour qu’il soit fouetté, puis crucifié.

Roi des Iehoudîm

16 Alors les soldats l’emmènent à l’intérieur de la cour, c’est-à-dire au prétoire. Ils convoquent toute la cohorte.
17 Ils le revêtent de pourpre, le ceignent d’une couronne d’épines tressée.
18 Ils commencent à le saluer : « Shalôm, roi des Iehoudîm ! »
19 Ils le frappent sur la tête avec un roseau, crachent sur lui, plient genoux et se prosternent devant lui.
20 Et quand ils l’ont bafoué, ils lui ôtent la pourpre et lui remettent ses vêtements. Puis ils le conduisent dehors pour qu’il soit crucifié.

Ils le crucifient

21 Ils requièrent un passant, Shim’ôn de Cyrène, qui venait des champs - c’est le père d’Alexandros et de Rufus -, pour qu’il porte sa croix.
22 Ils traînent Iéshoua’ au lieu-dit Golgotha, qui se traduit : Lieu du Crâne.
23 Ils lui donnent du vin à la myrrhe, mais il n’en prend pas.
24 Et ils le crucifient. Ils partagent ses vêtements en jetant les sorts : qui prendrait quoi ?
25 C’est la troisième heure. Ils le crucifient.
26 L’inscription de son accusation est écrite : « Le roi des Iehoudîm. »
27 Avec lui, ils crucifient deux bandits, un à droite et un à gauche.
28 S’accomplit l’écrit qui disait : « Avec les malfaiteurs il a été compté. »
29 Les passants blasphèment contre lui. Ils hochent la tête et disent : « Oïe, toi qui détruis le sanctuaire et le rebâtis en trois jours !
30 Sauve-toi toi-même ! Descends de la croix » !
31 De même les chefs des desservants le bafouent aussi. Ils se disent l’un à l’autre avec les Sopherîm : « Il en a sauvé d’autres, il ne peut se sauver lui-même !
32 Messie, roi d’Israël, descends maintenant de la croix, pour que nous voyions et adhérions ! » Et les crucifiés avec lui le flétrissent aussi.
33 Survient midi, la sixième heure. Et la ténèbre vient sur la terre entière, jusqu’à la neuvième heure.
34 À la neuvième heure, Iéshoua’ crie d’une voix forte : « Elohaï, Elohaï, lama sabaqtani ! » Ce qui se traduit : « Mon Elohîms, mon Elohîms, pourquoi m’as-tu abandonné ?
35 Quelques-uns parmi les présents entendent et disent : « Voici, il appelle Élyahou. »
36 Quelqu’un court, remplit une éponge de vinaigre, la met sur un roseau, lui donne à boire et dit : « Laissez ! Nous verrons si Élyahou viendra le descendre ! »
37 Iéshoua’ laisse échapper une voix forte ; il expire.
38 Et le voile du sanctuaire se déchire en deux, de haut en bas.
39 Le centurion qui se tient en face de lui voit qu’il a expiré. Il dit : « Vrai, cet homme, c’était le fils d’Elohîms. »
40 Des femmes aussi sont là ; elles regardent de loin. Parmi elles, Miriâm de Magdala, Miriâm, celle de Ia’acob le petit et de Iosseph, et Shelomit.
41 Ce sont les femmes qui le suivaient et le servaient quand il était en Galil ; et beaucoup d’autres aussi, qui étaient montées avec lui à Ieroushalaîm.
42 Et déjà survient le soir. C’est la préparation, c’est-à-dire la veille du shabat.
43 Vient Iosseph de Ramataîm, un noble conseiller. Lui aussi attendait le royaume d’Elohîms. Prenant courage, il entre chez Pilatus et demande le corps de Iéshoua. ›
44 Pilatus s’étonne qu’il soit déjà mort. Il appelle le centurion et l’interroge : a-t-il déjà expiré ?
45 Il l’apprend du centurion et accorde le cadavre à Iosseph.
46 Celui-ci achète un linceul. Il descend Iéshoua’, l’enveloppe dans le linceul, et le dépose dans une sépulture creusée dans le roc. Puis il roule une pierre contre l’entrée du sépulcre.
47 Miriâm de Magdala et Miriâm, celle de Iosseph, contemplent où il est déposé.

Cette Bible est dans le domaine public.