×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Matyah 22     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Matyah 22
André Chouraqui


1 De nouveau, Iéshoua’ leur parle par des exemples. Il répond et dit :
2 « Le royaume des ciels ressemble à un homme, un roi, qui célèbre les noces de son fils.
3 Il envoie ses serviteurs appeler les invités aux noces, mais ils ne veulent pas venir.
4 De nouveau, il envoie d’autres serviteurs. Il leur dit : ‹ Dites aux invités : Voici, j’ai préparé mon repas. Mes taureaux, mes bêtes grasses sont tués. Tout est prêt : venez aux noces. ›
5 Mais eux n’en ont cure. Ils s’en vont, qui à son champ, qui à son marché.
6 Les autres saisissent ses serviteurs, les insultent et les tuent.
7 Le roi brûle ; il envoie ses troupes, pour faire périr ces meurtriers et incendier leur ville.
8 Alors il dit à ses serviteurs : ‹ La noce est prête, mais les invités ne valent rien.
9 Allez donc aux carrefours des routes : et tous ceux que vous trouverez, invitez-les aux noces. ›
10 Ces serviteurs sortent sur les routes ; ils rassemblent tous ceux qu’ils trouvent, mauvais comme bons. Et les noces se remplissent de convives.
11 Le roi entre, il regarde les convives. Là, il voit un homme qui n’est pas vêtu de vêtements de noces.
12 Il lui dit : ‹ Ami, comment es-tu entré ici sans porter de vêtements de noces  ? › Il se muselle.
13 Alors le roi dit aux servants : ‹ Liez-lui pieds et poings et jetez-le dans la ténèbre du dehors, là est le pleur et le grincement de dents. ›
14 Oui, beaucoup sont appelés, mais peu élus. »
15 Alors les Peroushîm vont et tiennent conseil, pour le prendre au piège d’une parole.
16 Ils lui envoient leurs adeptes, avec les gens d’Hèrôdès. Ils disent : « Rabbi, nous savons que tu dis vrai. La route d’Elohîms, tu l’enseignes avec vérité. Tu ne te mêles de personne. Non, tu ne regardes pas les faces des hommes.
17 Dis-nous donc quel est ton avis : Est-il permis de donner l’impôt à Caesar, ou non ?
18 Mais Iéshoua’ pénètre leur crime. Il dit : « Pourquoi m’éprouvez-vous, hypocrites ?
19 Montrez-moi la monnaie de l’impôt. »
20 Il leur dit : « Cette effigie, de qui est-elle ? Et l’inscription ?
21 Ils disent : « De Caesar. » Alors il leur dit : « Donnez donc à Caesar ce qui est à Caesar, et ce qui est à Elohîms, à Elohîms ! »
22 Ils l’entendent, s’étonnent, le laissent et s’en vont.
23 En ce jour, des Sadouqîm s’approchent de lui - ceux qui disent qu’il n’y a pas de relèvement.
24 Ils l’interrogent et disent : « Rabbi, Moshè a dit : ‹ Si quelqu’un meurt sans avoir d’enfant, son frère épousera sa femme et suscitera une semence pour son frère. ›
25 Or il y avait chez nous sept frères. Le premier se marie et décède. Comme il n’a pas de semence, il laisse sa femme à son frère.
26 De même le deuxième et le troisième, jusqu’au septième.
27 Après tous, la femme meurt.
28 Eh bien, au relèvement, duquel des sept sera-t-elle la femme ? Oui, tous l’ont eue. »
29 Iéshoua’ répond et leur dit : « Vous vous égarez. Vous ne connaissez pas les Écrits, ni le pouvoir d’Elohîms.
30 Au relèvement, ils n’épousent pas et elles ne sont pas épousées, mais ils sont comme des messagers dans les ciels.
31 À propos du relèvement des morts, n’avez-vous pas lu ce que vous dit Elohîms ?
32 Il a dit : ‹ Moi, l’Elohîms d’Abrahâm, l’Elohîms d’Is’hac, l’Elohîms de Ia’acob. › Il n’est pas l’Elohîms de morts, mais de vivants » !
33 Les foules l’entendent. Elles sont frappées par son enseignement.
34 Les Peroushîm entendent qu’il a muselé les Sadouqîm. Ils se rassemblent.
35 Un maître de la tora parmi eux l’interroge pour l’éprouver. Il dit :
36 « Rabbi, quel est l’ordre le plus important de la tora ?
37 Il lui dit : « Tu aimeras IHVH-Adonaï, ton Elohîms, de tout ton cœur, de tout ton être et de toute ton intelligence.
38 Tel est le plus grand et le premier des ordres.
39 Le deuxième lui est semblable : Tu aimeras ton compagnon comme toi-même.
40 À ces deux ordres sont suspendus toute la tora et les inspirés. »
41 Les Peroushîm sont rassemblés. Iéshoua’ les interroge
42 et dit : « Quel est votre avis sur le Messie ? De qui est-il le fils ? Ils lui disent :  »De David. »
43 Il leur dit : « Et comment David, dans le souffle, l’appelle-t-il Adôn ? Il dit :
44 ‹ Harangue de IHVH-Adonaï à mon Adôn : siège à ma droite, jusqu’à ce que je mette tes ennemis sous tes pieds. ›
45 Si donc David l’appelle : ‹ Adôn ›, comment est-il son fils ?
46 Pas un ne peut lui répondre une parole ; et, de ce jour, personne n’ose plus l’interroger.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf