×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Daniél 5     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Daniél 5
André Chouraqui


Le festin de Bélshasar

1 Le roi Bélshasar donne un grand festin pour mille de ses grands ; devant les mille, il boit du vin.
2 Sous le goût du vin, Bélshasar ordonne d’apporter les vases d’or et d’argent que Neboukhadrèsar, son père, avait fait sortir du palais de Ieroushalaîm, pour qu’y boivent le roi, ses grands, ses femmes et ses concubines.
3 Alors ils apportent les vases d’or qu’ils avaient enlevés du palais de la maison d’Eloha à Ieroushalaîm. Y boivent le roi, ses grands, ses femmes, ses concubines.
4 Ils boivent du vin et célèbrent les Elohîms d’or, d’argent, de bronze, de fer, de bois et de pierre.
5 Sur l’heure apparaissent les doigts d’une main d’homme. Ils écrivent, face au candélabre, sur la chaux du mur du palais royal. Le roi voit la paume d’une main qui écrit !
6 Alors le roi a son éclat altéré ; ses pensées le bouleversent ; la jointure de ses cuisses lâche ; ses genoux, l’un contre l’autre, claquent.
7 Le roi crie avec force de faire venir les magiciens, les astrologues, les sorciers. Le roi répond et dit aux sages de Babèl : « Oui, tout homme qui lira cette écriture et m’expliquera son interprétation, il revêtira la pourpre, portera à son cou le torque d’or, et gouvernera le royaume en troisième. »
8 Alors tous les sages du roi montent. Ils ne peuvent lire l’écriture, ni faire connaître au roi son interprétation.
9 Alors le roi Bélshasar est fort bouleversé. Sur lui sa splendeur s’altère et ses grands sont troublés.
10 La reine, aux mots du roi et des grands, monte à la maison du festin. La reine parle et dit : « Roi, en pérennité vis ! Que tes pensées ne te bouleversent pas, que ton éclat ne s’altère pas !
11 Il est un homme en ton royaume qui a en lui le souffle des Elohîms sacrés. Aux jours de ton père, il s’est trouvé en lui une lumière, une connaissance, une sagesse identique à la sagesse des Elohîms. Le roi Neboukhadrèsar, ton père, l’avait établi comme des chefs des mages, magiciens, astrologues et sorciers,
12 parce qu’un souffle supérieur, la connaissance et l’intelligence d’interpréter les rêves, dire les énigmes et délier les nœuds, se trouvaient en Daniél, que le roi a nommé Bélteshasar. Maintenant que Daniél soit convoqué, qu’il explique l’interprétation. »
13 Alors Daniél est introduit devant le roi. Le roi répond et dit à Daniél : « Toi, Daniél, de l’exil de Iehouda, que le roi mon père fit venir de Iehouda,
14 j’ai entendu sur toi que le souffle d’Elohîms est en toi, et que lumière, intelligence et sagesse supérieure se trouvent en toi.
15 Maintenant, les sages et les magiciens sont montés en face de moi pour lire cette écriture et me faire connaître son interprétation. Mais ils n’ont pu connaître l’interprétation du mot.
16 J’ai entendu dire que tu peux interpréter les interprétations et délier des nœuds. Maintenant, si tu peux crier l’écriture et me faire connaître son interprétation, tu revêtiras la pourpre, tu porteras à ton cou le torque d’or et gouverneras le royaume en troisième. »
17 Alors Daniél répond et dit, face au roi : « Tes dons seront à toi ; tes offrandes, donne-les à un autre. Toutefois, je crierai l’écriture pour le roi : je lui ferai connaître l’interprétation.
18 Toi, roi, Eloha, le Suprême, a donné la royauté et la grandeur, la gloire et la splendeur à Neboukhadrèsar ton père.
19 À cause de la grandeur qu’il lui avait donnée, tous les peuples, patries et langues tremblaient et frémissaient en face de lui. Il tuait qui il voulait, faisait vivre qui il agréait, élevait qui il agréait et abaissait qui il voulait.
20 Quand son cœur s’est exalté et son souffle s’est durci à l’excès, il a été déchu du trône de son royaume. La gloire lui a été retirée.
21 Loin des fils d’humain, il a été chassé. Son cœur est devenu comme celui d’un animal. Il a habité avec les hémiones, et d’herbe, comme les taureaux, il s’est nourri. Par la rosée des ciels son corps s’est abreuvé, jusqu’à ce qu’il le sache : oui, Eloha, le Suprême, gouverne le royaume des hommes, et celui qu’il agrée, il l’y élève.
22 Et toi, son fils, Bélshasar, tu n’as pas humilié ton cœur, bien que tu connaisses tout cela.
23 Tu t’es exalté contre le Maître des ciels. Les vases de sa maison ont été apportés en face de toi. Toi, tes grands, tes femmes, tes concubines, vous y avez bu du vin ; vous avez célébré des Elohîms d’argent et d’or, de bronze, de fer, de bois, de pierre, qui ne voient pas, n’entendent pas, ne connaissent pas. Mais l’Elohîms qui a en ses mains ton haleine et toutes tes voies, tu ne l’as pas magnifié.
24 Alors la paume de la main a été envoyée de sa part, et elle a tracé cette écriture.
25 Voici le tracé de cette écriture : Mené Mené, Teqél et Pharsîn.
26 Voici l’interprétation du mot : Mené, ‹ mesure ›; Eloha a mesuré ton règne et y met fin.
27 Teqél, ‹ pesé ›, tu as été pesé aux balances et trouvé perdant.
28 Perés, ‹ partagé ›; ton règne a été partagé et donné aux Madaï et aux Paras. »
29 Alors Bélshasar ordonne de revêtir Daniél de pourpre, de lui mettre au cou le torque d’or, et de proclamer qu’il gouvernera son royaume en troisième.
30 En cette nuit, Bélshasar, roi des Kasdîm, est tué.

Cette Bible est dans le domaine public.