×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Shemouël 2 18     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Shemouël 2 18
André Chouraqui


1 David recense le peuple qui est avec lui. Il met sur eux des chefs de mille et des chefs de cent. 2 David envoie le peuple, un tiers en main de Ioab, un tiers en main d’Abishaï bèn Serouyah, le frère de Ioab, et un tiers en main d’Itaï, le Guiti. Le roi dit au peuple : « Je sortirai, je sortirai, moi aussi, avec vous. » 3 Le peuple dit : « Ne sors pas. Oui, si nous nous enfuyions, si nous nous enfuyions, ils ne mettraient pas leur cœur sur nous ; et si la moitié d’entre nous mourait, ils ne mettraient pas leur cœur sur nous. Oui, tu es comme dix mille d’entre nous. Maintenant, il vaut mieux que tu nous sois en aide depuis la ville. » 4 Le roi leur dit : « Je ferai ce qui est bien à vos yeux. » Le roi se tient sur la main de la porte, et tout le peuple sort par centaines et milliers. 5 Le roi ordonne à Ioab, Abishaï et Itaï pour dire : « Doucement avec l’adolescent, avec Abshalôm ! » Tout le peuple entend le roi quand il donne des ordres aux chefs à propos d’Abshalôm. 6 Le peuple sort aux champs à l’abord d’Israël. Et c’est la guerre dans la forêt d’Èphraîm. 7 Le peuple d’Israël est battu là en face des serviteurs de David. Et c’est la grande défaite, ce jour-là : vingt mille. 8 Et c’est la guerre, dispersée sur les faces de toute la terre. La forêt combat et mange plus de peuple que l’épée n’en mangeait ce jour-là. 9 Abshalôm survient en face des serviteurs de David. Abshalôm chevauche un mulet. Le mulet vient sous le branchage du grand pistachier ; et sa tête s’accroche au pistachier. Donné entre ciels et terre, le mulet passe sous lui. 10 Un homme voit, le rapporte à Ioab et dit : « Voici, j’ai vu Abshalôm suspendu au pistachier. » 11 Ioab dit à l’homme qui le lui rapporte : « Voici, tu l’as vu. Mais pourquoi ne l’as-tu pas frappé là, à terre ? Devrai-je te donner dix sicles d’argent et une ceinture ? 12 L’homme dit à Ioab : « Quand bien même je pèserais moi-même sur mes paumes mille sicles d’argent, je ne lancerai pas ma main contre le fils du roi, oui, le roi a ordonné et dit à nos oreilles à toi, à Abishaï et à Itaï : ‹ Veillez tous sur l’adolescent, sur Abshalôm ! › 13 Ou bien mentirai-je contre mon être ? Mais nulle parole n’est masquée au roi ; et toi tu te posterais à l’écart » ! 14 Ioab dit : « Non, je ne languirai pas en face de toi ! » Il prend trois sarisses dans sa paume et les plante dans le cœur d’Abshalôm, encore vivant au cœur du pistachier. 15 Dix adolescents, les porteurs des engins de Ioab, l’entourent. Ils frappent Abshalôm et le mettent à mort. 16 Ioab sonne du shophar et le peuple s’en retourne de poursuivre Israël ; oui, Ioab épargne le peuple. 17 Ils prennent Abshalôm et le jettent dans la forêt, dans la grande excavation. Ils portent sur lui un galgal de pierres, très grand. Et tout Israël s’enfuit, chaque homme dans sa tente. 18 Abshalôm avait entrepris d’ériger pour lui, de son vivant, la stèle qui est dans la vallée du roi. Oui, il disait : « Je n’ai pas de fils pour commémorer mon nom. » Il crie la stèle de son nom, et elle est criée : « La main d’Abshalôm », jusqu’à ce jour. 19 Ahima’as bèn Sadoq dit : « Je courrai donc l’annoncer au roi : oui, IHVH-Adonaï lui a rendu justice par la main de ses ennemis. » 20 Ioab lui dit : « Tu ne seras pas l’homme de l’annonce aujourd’hui. Tu annonceras un autre jour. Aujourd’hui, tu n’annonceras rien. Oui, c’est ainsi : le fils du roi est mort. » 21 Ioab dit à un Koushi : « Va. Rapporte au roi ce que tu as vu. » Le Koushi se prosterne devant Ioab et court. 22 Ahima’as bèn Sadoq continue encore et dit à Ioab : « Quoi qu’il en soit, je courrai donc, moi aussi, derrière le Koushi. » Ioab dit : « Pourquoi cela, courir toi aussi, mon fils ? Pour toi il ne se trouve pas d’annonce ! » 23 « Quoi qu’il en soit je courrai ! » Il lui dit : « Cours ! » Ahima’as court sur la route du Cirque et dépasse le Koushi. 24 David est assis entre les deux portes. Le guetteur va sur le toit de la porte du rempart. Il porte ses yeux, voit et voici, un homme court seul. 25 Le guetteur crie et le rapporte au roi. Le roi dit : « S’il est seul, il a en sa bouche une annonce. » Il va, va et s’approche. 26 Le guetteur crie au portier et dit : « Voici, un homme court seul ! » Le roi dit : « Celui-là est un annonciateur. » 27 Le guetteur dit : « Je vois la course du premier, elle est comme la course d’Ahima’as bèn Sadoq. » Le roi dit : « C’est un homme bien ; il vient pour une bonne annonce. » 28 Ahima’as crie et dit au roi : « Paix ! » Il se prosterne devant le roi sur ses narines, à terre, et dit : « IHVH-Adonaï, ton Elohîms est béni : il a enfermé les hommes qui portaient leur main contre mon Adôn le roi. » 29 Le roi dit : « Paix à l’adolescent, à Abshalôm ? Ahima’as dit :  »J’ai vu une grande foule, quand le serviteur du roi, Ioab, envoyait ton serviteur ; mais je ne sais pas ce qu’il en est. » 30 Le roi dit : « Tourne, poste-toi ici. » Il se tourne et s’arrête. 31 Et voici, le Koushi vient. Le Koushi dit : « Que mon Adôn le roi en ait l’annonce : oui, IHVH-Adonaï t’a rendu justice contre la main de tous ceux qui s’étaient élevés contre toi. » 32 Le roi dit au Koushi : « Paix à l’adolescent, à Abshalôm ? Le Koushi dit « Qu’ils soient comme l’adolescent, les ennemis de mon Adôn le roi, et tous ceux qui se sont levés contre toi pour le malheur » !

Cette Bible est dans le domaine public.