×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Entête 31     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Entête 31
André Chouraqui


Ia’acob fuit Labân

1 Il entend les paroles des fils de Labân pour dire : « Ia’acob a pris tout ce qui était à notre père. Et de ce qui est à notre père, il a fait tout ce poids. »
2 Ia’acob voit les faces de Labân, et voici, il n’était plus avec lui comme hier ou avant-hier.
3 IHVH-Adonaï dit à Ia’acob : « Retourne vers la terre de tes pères, vers ton enfantement. Je suis avec toi. »
4 Ia’acob envoie crier Rahél et Léa, au champ, à ses ovins.
5 Il leur dit : « Je vois moi-même les faces de votre père, non, il n’est plus avec moi comme hier ou avant-hier. Mais l’Elohîms de mon père était avec moi.
6 Et vous, vous savez que, de toute ma force, j’ai servi votre père.
7 Et votre père m’a bafoué. Il a changé mon salaire, dix comptes ! Mais Elohîms ne lui a pas donné de méfaire avec moi.
8 S’il disait ainsi : ‹ Les pointés seront ton salaire ›, tous les ovins enfantaient des pointés. Et s’il disait ainsi : ‹ Les rayés seront ton salaire ›, tous les ovins enfantaient des rayés.
9 Elohîms a arraché le cheptel à votre père et il me le donne.
10 Et c’est au temps où les ovins s’échauffent : je lève mes yeux, vois dans un rêve, et voici : les menons qui montent sur les ovins sont rayés, pointés, grêlés.
11 Le messager de l’Elohîms me dit en rêve : ‹ Ia’acob. › Je dis : ‹ Me voici. ›
12 Il dit : ‹ Lève donc tes yeux et vois ! Tous les menons qui montent sur les ovins sont rayés, pointés, grêlés : oui, j’ai vu tout ce que Labân t’a fait.
13 Je suis l’Él de Béit-Él, là où tu as messié une stèle, là où tu m’as voué un vœu. Maintenant lève-toi, sors de cette terre et retourne vers la terre de ton enfantement’. »
14 Rahél et Léa répondent et lui disent : « Avons-nous encore part et possession dans la maison de notre père ? »
15 N’avons-nous pas été comptées pour étrangères par lui ? Oui, il nous a vendues et il mange bien notre argent.
16 Oui, toute la richesse qu’Elohîms a arrachée à notre père, elle est à nous et à nos fils. Maintenant tout ce qu’Elohîms t’a dit, fais-le. »
17 Ia’acob se lève : il porte ses fils et ses femmes sur les chameaux.
18 Il conduit tout son cheptel et tout son acquis qu’il avait acquis, le cheptel de son acquisition, ce qu’il avait acquis à Padân Arâm, pour venir vers Is’hac, son père, en terre de Kena’ân.
19 Labân était allé tondre ses ovins. Rahél vole les pénates les teraphîm de son père.
20 Et Ia’acob vole le cœur de Labân, l’Arami, en ne lui rapportant pas qu’il s’enfuit.
21 Il s’enfuit, lui et tout ce qui est à lui, il se lève, passe le fleuve et met ses faces vers le mont Guil’ad.

Ia’acob est poursuivi

22 Il est rapporté à Labân, au troisième jour, que Ia’acob s’est enfui.
23 Il prend ses frères avec lui et poursuit derrière lui sept jours de route. Il colle à lui au mont Guil’ad.
24 Elohîms vient vers Labân l’Arami, en rêve, la nuit et lui dit : « Garde-toi de parler à Ia’acob, en bien ou en mal. »
25 Labân atteint Ia’acob. Ia’acob avait planté sa tente sur le mont, et Labân avait planté ses frères au mont Guil’ad.
26 Labân dit à Ia’acob : « Qu’as-tu fait ? Tu voles mon cœur et tu conduis mes filles comme des captives de l’épée.
27 Pourquoi t’es-tu dissimulé pour t’enfuir ? Tu m’as volé ! Si tu me l’avais rapporté, je t’aurais envoyé avec joie poèmes, tambour, lyres !
28 Tu ne m’a pas laissé embrasser mes fils et mes filles : maintenant, tu as agi en fou !
29 Il est au pouvoir de ma main de vous faire du mal, mais l’Elohîms de votre père, hier soir, m’a parlé pour dire : ‹ Garde-toi de parler à Ia’acob en bien ou en mal. ›
30 Et maintenant, tu es allé, allé, oui, tu languissais, tu languissais après la maison de ton père. Mais pourquoi as-tu volé mes Elohîms ?
31 Ia’acob répond et dit à Labân : « Oui, je frémissais, oui, je disais que tu me spolierais de tes filles.
32 Qui tu trouveras avec tes Elohîms ne vivra pas. Contre nos frères, reconnais ce que j’ai avec moi et prends-le. » Or Ia’acob ne savait pas que Rahél les avait volés.
33 Labân vient dans la tente de Ia’acob, dans la tente de Léa, et dans la tente des deux servantes : il ne trouvait rien. Il sort de la tente de Léa et vient dans la tente de Rahél.
34 Or Rahél avait pris les teraphîm les pénates ­, elle les avait mis dans la bardelle du chameau et s’était assise dessus. Labân palpe toute la tente : il ne trouve rien.
35 Elle dit à son père : « Cela ne brûlera pas les yeux de mon Adôn si je ne peux me lever en face de toi. Oui, à moi la route des femmes » ! Il cherche mais il ne trouve pas les pénates.
36 Cela brûle Ia’acob : il se dispute avec Labân. Ia’acob répond et dit à Labân : « Quelle est ma carence ? Quelle est ma faute, que tu t’allumes derrière moi ? »
37 Oui, tu as palpé tous mes objets ; qu’as-tu trouvé de tous les objets de ta maison ? Mets-le ici, contre mes frères et tes frères et qu’ils prouvent entre nous deux !
38 Voilà vingt ans que moi-même je suis avec toi : tes brebis, tes caprins n’ont pas été désenfantés, les béliers de tes ovins, je ne les ai pas mangés.
39 Je ne t’ai pas ramené de bête lacérée. Moi-même, je t’en dédommageais de ma main, quand tu la demandais, à moi volée de jour, à moi volée de nuit.
40 J’étais là le jour, l’assèchement me dévorait et la glace la nuit. Mon sommeil errait loin de mes yeux.
41 Cela, pour moi, pendant vingt ans, dans ta maison. Je t’ai servi quatorze ans pour tes deux filles, six ans pour tes ovins. Et tu as changé mon salaire, dix comptes !
42 Si l’Elohîms de mon père, l’Elohîms d’Abrahâm, le tremblement d’Is’hac n’avait été pour moi, oui, maintenant tu me renverrais à vide. Ma misère, le labeur de mes paumes, Elohîms l’a vu. Il l’a prouvé hier soir  » !
43 Labân répond et dit à Ia’acob : « Les filles ? Mes filles ! Les fils ? Mes fils ! Les ovins ? Mes ovins ! Tout ce que tu vois est à moi ! Pour mes filles, que ne ferai-je, pour celles-là, aujourd’hui ou pour leurs fils qu’elles ont enfantés ? »

Pacte avec Labân

44 Maintenant, allons et tranchons un pacte, moi et toi : il sera en témoin entre moi et entre toi. »
45 Ia’acob prend une pierre et l’élève en stèle.
46 Ia’acob dit à ses frères : « Récoltez des pierres. » Ils prennent des pierres, en font un galgal et mangent là, sur le galgal.
47 Labân le crie : Iegar Saadouta Tas du témoignage. Ia’acob l’avait crié : Gal’èd Tas du témoin.
48 Labân dit : « Aujourd’hui, ce galgal est un témoin entre moi et entre toi. » Sur quoi il crie son nom : Gal’èd,
49 et Mispa Guet ­, dont il dit : « IHVH-Adonaï guettera entre moi et entre toi. Quand nous serons cachés, l’homme loin de son compagnon,
50 si tu violentes mes filles, si tu prends femmes, en plus de mes filles, nul homme n’étant avec nous, vois, Elohîms est un témoin entre moi et entre toi. »
51 Labân dit à Ia’acob : « Voici ce galgal, voici la stèle que j’ai tirée entre moi et entre toi,
52 témoin ce galgal et témoignage la stèle : si je passe vers toi ce galgal, si tu passes vers moi ce galgal et cette stèle en cas de malheur…
53 Les Elohîms d’Abrahâm et les Elohîms de Nahor jugeront entre nous les Elohîms de leur père. » Ia’acob jure par le tremblement de son père Is’hac.
54 Ia’acob sacrifie un sacrifice sur le mont. Il crie ses frères pour manger le pain. Ils mangent le pain et nuitent sur le mont.

Cette Bible est dans le domaine public.