×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Job 24     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Job 24
Bible du Semeur


Pourquoi Dieu ne juge-t-il pas les méchants ?

1 Pourquoi le Tout-Puissant n’a-t-il pas réservé des temps pour exercer son jugement ?
Et pourquoi ceux qui le connaissent ne voient-ils pas les jours de son intervention ?
2 On déplace les bornes,
on vole des troupeaux et on les mène paître,

3
on s’empare de l’âne appartenant à l’orphelin,
c’est le bœuf de la veuve que l’on retient en gage.

4 On empêche les pauvres de se déplacer librement.
Et les malheureux du pays n’ont plus qu’à se cacher.

5 Tels des ânes sauvages vivant dans le désert,
les malheureux s’en vont dès l’aube à leur travail, cherchant leur nourriture.
La steppe doit fournir du pain pour leurs enfants,

6 ils doivent moissonner le fourrage des champs
et faire la vendange des vignes du méchant.

7 Ils se couchent tout nus, faute de vêtement,
sans rien pour se couvrir, même quand il fait froid.

8 L’averse des montagnes les laisse tout transis
et, n’ayant pas d’abris, ils doivent se serrer tout contre le rocher.

9 On arrache de force l’orphelin au sein de sa mère,
on exige des gages des malheureux.

10 On les fait marcher nus, privés de vêtements,
et on leur fait porter des gerbes tout en les laissant affamés.

11 Ils pressent les olives dans les enclos d’autrui,
et foulent les vendanges tout en mourant de soif.

12 On entend dans la ville les gens se lamenter
et les blessés se plaignent.
Mais Dieu ne prend pas garde à ces atrocités !

13 Or, contre la lumière les méchants se révoltent,
ils ignorent ses voies
et quittent ses sentiers.

14 Au point du jour, le meurtrier se lève,
afin d’assassiner le pauvre et l’indigent
et, quand la nuit arrive, il devient un voleur.

15 Les yeux de l’adultère guettent le crépuscule :
« Nul œil ne me verra », se dit-il,
et il couvre son visage d’un voile.

16 Quand il fait sombre on force les maisons,
mais, de jour, on s’enferme,
refusant la lumière.

17 La journée de ces gens commence avec la nuit :
ils sont complices des frayeurs des ténèbres.

18 Mais selon vous. le méchant serait emporté comme un objet léger sur la face de l’eau !
Il n’aurait sur la terre qu’un domaine maudit,
il ne prendrait pas le chemin de ses vignes…

19 Comme un sol altéré absorbe l’eau des neiges dans la chaleur du jour,
le pécheur serait englouti par le séjour des morts…

20 Le sein qui le porta ne se souviendrait plus de lui
tandis que la vermine en ferait ses délices,
et il tomberait dans l’oubli.
Le péché, comme un arbre, serait déraciné.

21 Ces gens ont exploité la femme sans enfant,
et n’ont pas été bons envers la veuve…

22 Non ! Dieu, par sa puissance, prolonge les jours des tyrans.
Ils n’imaginaient pas rester en vie, et les voilà debout.

23
Dieu leur accorde d’être en sécurité,
et de gagner de l’assurance sur le chemin qu’ils suivent.

24 Eux, en un rien de temps, ils se sont élevés, puis ils ont disparu.
Ils sont tombés et, comme tous les hommes, les voilà moissonnés,
ils ont été coupés comme des épis mûrs.

25 Qui me démentira en prétendant qu’il n’en est pas ainsi ?
Qui réduira à rien le discours que je tiens ?


Texte de la Version Semeur 1992
Copyright © Société Biblique Internationale. Tous droits réservés.