×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Job 24     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Job 24
Segond « Colombe »


1 Pourquoi des temps ne sont-ils pas mis en réserve de la part du Tout-Puissant,
Et pourquoi ceux qui le connaissent ne voient-ils pas ses jours ?
2 On déplace les bornes,
On vole des troupeaux et on les fait paître ;
3 On emmène l’âne des orphelins,
On prend pour gage le bœuf de la veuve ;
4 On fait dévier les pauvres du chemin,
On force les malheureux du pays à se cacher tous ensemble.
5 Et voici : comme des ânes sauvages dans le désert,
Ils sortent à leur travail dès l’aurore pour avoir de la nourriture,
Il n’y a que la steppe pour (fournir) du pain aux enfants ;
6 Dans la campagne, ils coupent le fourrage
Et vendangent la vigne du méchant ;
7 Ils passent la nuit, tout nus, sans vêtement,
Ils n’ont point de couverture contre le froid ;
8 Ils sont trempés par la pluie des montagnes,
Et manquant de refuge, ils saisissent les rochers dans leurs bras.
9 On arrache l’orphelin avec violence,
On prend des gages sur le malheureux.
10 Ils vont tout nus, sans vêtement,
Et affamés, ils portent les gerbes ;
11 Dans les enclos ils font de l’huile,
Ils foulent le pressoir et pourtant ils ont soif ;
12 De la ville, les mourants font monter leurs plaintes,
L’âme des blessés jette des cris…
Et Dieu ne fait pas attention à un tel scandale !
13 D’autres font partie de ceux qui sont rebelles à la lumière,
Ils ne distinguent pas ses voies,
Ils ne demeurent pas dans ses sentiers.
14 L’assassin se lève (quand paraît) la lumière,
Il tue le malheureux et le pauvre,
Et pendant la nuit il est comme un voleur.
15 L’œil de l’adultère épie le crépuscule ;
Personne ne me verra, dit-il,
Et il met un voile sur sa figure.
16 Dans les ténèbres, ils forcent les maisons,
Le jour ils se tiennent enfermés ;
Ils ne connaissent pas la lumière.
17 Pour eux, le matin c’est l’ombre de la mort ;
Oui, ils distinguent les terreurs de l’ombre de la mort.
18 (Eh quoi ! le méchant) serait d’un poids léger sur la face des eaux !
Il n’aurait sur la terre qu’une part maudite,
Il ne se dirigerait pas sur le chemin des vignes !
19 Comme la sécheresse et la chaleur emportent les eaux de la neige,
Ainsi le séjour des morts (emporterait) celui qui a péché !
20 Le sein maternel l’oublierait,
Les vers en feraient leurs délices,
On ne se souviendrait plus de lui !
L’iniquité serait brisée comme un arbre !
21 Il dépouillait la femme stérile et sans enfants,
Il ne traitait pas bien la veuve !…
22 (Non ! Dieu) par sa force prolonge (les jours) des violents,
Et les voilà debout quand ils ne croyaient plus à la vie ;
23 Il leur donne la sécurité pour appui,
Il a les regards sur leurs voies.
24 Ils se sont élevés ; en un instant ils ne sont plus,
Ils tombent, ils arrivent à leur terme comme tous les hommes,
Ils sont coupés comme la tête des épis.
25 S’il n’en est pas ainsi, qui me démentira,
Qui réduira mon propos à néant ?

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.