×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Irmeyahou 2     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Irmeyahou 2
André Chouraqui


L’amour de tes épousailles

1 Et c’est la parole de IHVH-Adonaï pour me dire :
2 Aller, crie aux oreilles de Ieroushalaîm pour dire : Ainsi dit IHVH-Adonaï : Je me suis souvenu de toi, du chérissement de ta jeunesse, de l’amour de tes épousailles, de ta marche derrière moi au désert, sur une terre non semée.
3 Consacré, Israël, pour IHVH-Adonaï, en-tête de sa récolte. Tous ses dévoreurs seront coupables ; le malheur viendra sur eux, harangue de IHVH-Adonaï.
4 Entendez la parole de IHVH-Adonaï, maison de Ia’acob, tous les clans de la maison d’Israël.
5 Ainsi dit IHVH-Adonaï : Vos pères n’ont pas trouvé de forfait en moi. Cependant, ils se sont éloignés de moi, ils sont allés derrière la fumée et se sont enfumés.
6 Ils n’ont pas dit : « Où est IHVH-Adonaï, qui nous a fait monter de la terre de Misraîm, qui nous a fait aller au désert, sur une terre de steppe et de ravins, terre de regs et d’ombremort, terre où pas un homme n’était passé, où pas un humain n’avait habité ?
7 Je vous ai fait venir sur la terre du Karmèl, pour manger ses fruits, son bien. Mais vous venez et vous contaminez ma terre ; ma possession, vous l’avez mise en abomination.
8 Les desservants n’ont pas dit : « Où est IHVH-Adonaï ? Les détenteurs de la tora ne m’ont pas compris. Les pâtres ont fait carence contre moi. Les inspirés ont été inspirés pour Ba’al ; ils sont allés derrière des inutiles.
9 Aussi je vous combattrai, harangue de IHVH-Adonaï ; et les fils de vos fils, je les disputerai. Des citernes crevassées

Des citernes crevassées

10 Oui, passez aux îles des Kitîm et voyez ! À Qédar, envoyez, discernez fort et voyez ! Est-ce qu’il en était ainsi ?
11 Une nation troque-t-elle des Elohîms ? Or ce sont des non-Elohîms ! Mais mon peuple a troqué sa gloire pour le non-utile !
12 Désolez-vous, ciels, sur ceci, soyez horrifiés ; desséchez-vous fort, harangue de IHVH-Adonaï.
13 Oui, mon peuple a commis deux méfaits : ils m’ont abandonné, moi, la nappe d’eaux vives, pour se creuser des citernes, des citernes crevassées, qui ne retiennent pas les eaux.
14 Serf, Israël, ou natif de la maison ? Pourquoi a-t-il été en pillage ?
15 Contre lui rugissent les lionceaux, ils donnent de leur voix, ils placent sa terre en désolation, ses villes ont été incendiées, sans un habitant.
16 Même les Benéi Noph et Tahpanhès effriteront ton occiput.
17 N’est-ce pas, cela tu l’as fait : abandonner IHVH-Adonaï ton Elohîms, au temps où il te faisait aller sur la route ?
18 Mais maintenant, qu’as-tu sur la route de Misraîm, à boire les eaux du Shihor ? Qu’as-tu sur la route d’Ashour, à boire les eaux du fleuve ?
19 Ton mal te disciplinera, tes reniements argueront contre toi. Sache et vois : oui, mal, amer, ton abandon de IHVH-Adonaï, ton Elohîms ; mon tremblement n’est pas sur toi, harangue d’Adonaï IHVH-Elohîms Sebaot. Chamelonne légère

Chamelonne légère

20 Oui, de toute pérennité j’ai brisé ton joug, j’ai désagrégé tes liens. Et tu disais : « Je ne transgresse rien. » Mais, sur toute colline haute, sous tout arbre luxuriant, tu te recourbes, putain !
21 Moi-même, je t’ai plantée, pampre tout entier semence de vérité. Comment t’es-tu changée pour moi en lambruche de vigne barbare ?
22 Oui, si tu te lavais au nitre et multipliais pour toi la salicorne, ton tort serait en tache face à moi, harangue d’Adonaï IHVH-Elohîms.
23 Comment diras-tu : « Je ne me suis pas contaminée ; derrière les Ba’alîm, je ne suis pas allée ? » Vois ta route dans le val, pénètre ce que tu as fait, chamelonne légère qui s’empêtre en ses routes,
24 onagre, apprentie du désert. À l’appétit de son être, elle aspire du souffle. Son rut, qui peut le détourner ? Tous ceux qui la demandent ne se fatiguent pas ; dans sa lunaison ils la trouvent.
25 Interdis à ton pied d’être déchaux, à ta gorge d’avoir soif ! Mais tu dis : « Désespéré ? Non, car j’aime les étrangers. Derrière eux je vais. »
26 Comme le blêmissement du voleur quand il est trouvé, ainsi, ils blêmissent, la maison d’Israël, eux, leurs rois, leurs chefs, leurs desservants, leurs inspirés.
27 Ils disent au bois : « Mon père, toi ! » À la pierre : « Toi, tu nous as enfantés ! » Oui, ils ont tourné vers moi la nuque, pas les faces ; et au temps de leur malheur ils disent : Lève-toi, sauve-nous » !
28 Où sont tes Elohîms, que tu t’es faits ? Qu’ils se lèvent, s’ils te sauvent au temps de ton malheur ! Oui, ils sont au nombre de tes villes, tes Elohîms, Iehouda !
29 Pourquoi me disputerez-vous ? Vous avez tous fait carence contre moi, harangue de IHVH-Adonaï. Entre Ashour et Misraîm

Entre Ashour et Misraîm

30 En vain j’ai frappé vos fils : la discipline, ils ne l’ont pas prise. Votre épée dévore vos inspirés, comme un lion destructeur.
31 Le cycle ! vous-mêmes, voyez la parole de IHVH-Adonaï. Ai-je été un désert pour Israël ? Ou une terre d’obscurité ? Pourquoi ont-ils dit, mon peuple : « Nous avons trimardé, nous ne viendrons plus vers toi ? »
32 Oublie-t-elle ses parures, une vierge ? Ses rubans, une épouse ? Mon peuple m’a oublié des jours sans nombre.
33 Pourquoi ta route excelle à demander l’amour ? Ainsi de méfaits aussi, tu as appris tes routes.
34 Même sous tes ailes se trouve le sang d’êtres pauvres, innocents. Tu ne les as pas trouvés faisant effraction. Oui, malgré tous ceux-là,
35 tu dis : « Oui, je suis innocente. Eh ! Quelle retourne loin de moi, sa fulmination ! » Me voici, je te juge sur ton dire : « Je n’ai pas fauté. »
36 Comme tu t’avilis fort à changer ta route ! Par Misraîm aussi tu blêmiras, comme tu as blêmi d’Ashour.
37 Même de cela tu sortiras, les mains sur ta tête. Oui, IHVH-Adonaï a rejeté tes garants. Tu ne triompheras pas par eux.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf