×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Accueil  /  Bible  /  Samuel Cahen  / Ecclésiaste 2.22     

Ecclésiaste 2.22
Samuel Cahen


Les plaisirs, les richesses et le travail

1 Je me suis dit dans mon cœur : Viens donc, je veux t’éprouver dans la joie et par la jouissance du bien, mais cela aussi est vain.
2 De la plaisanterie je dis : C’est folie ! et de la joie : A quoi sert-elle ?
3 J’ai résolu dans mon cœur d’attirer mon cœur dans le vin, tandis que mon cœur se dirigerait avec sagesse et de tenir (aussi) à la folie jusqu’à ce que je visse ce qui est bon pour les fils de l’homme à faire sous le soleil pendant le nombre de jours de leur vie.
4 J’ai exécuté de grandes choses, j’ai bâti pour moi des maisons, j’ai planté pour moi des vignes.
5 Je me suis fait des jardins et des vergers, et j’y ai planté des arbres de toute espèce de fruits.
6 Je me suis fait des réservoirs pour en arroser la forêt où poussaient des arbres.
7 J’ai acquis des serviteurs et des servantes ; j’eus aussi des (serviteurs) nés dans la maison ; j’eus aussi des troupeaux plus nombreux de bœufs et de brebis que ceux qui étaient avant moi à Ierouschalaïme.
8 J’ai entassé aussi pour moi de l’argent et de l’or, des choses préférées des rois et des provinces ; je me suis procuré des chanteurs et des chanteuses, et les délices des enfants des hommes et de nombreuses concubines.
9 Je fis des choses bien plus grandes que quiconque a été avant moi à Ierouschalaïme ; ma sagesse aussi m’a assisté.
10 Et tout ce que mes yeux ont désiré je ne les en ai pas privés, je n’ai refusé à mon cœur aucune joie ; mais mon cœur était joyeux de tous mes efforts, et c’était là le but de tous mes efforts.
11 Et je me suis tourné contre tous les ouvrages exécutés par mes mains, vers le travail que je me suis fatigué à exécuter, et voilà que tout était vanité, et une vaine occupation ; il n’y a rien de stable sous le soleil.

Le même sort pour tous

12 Et puis je me suis tourné pour considérer la sagesse, l’imprudence et la folie : car, que peut un homme qui vient après le roi ? Ce qu’ils ont déjà fait.
13 Et j’ai vu, moi, que la sagesse l’emporte sur la folie, comme la lumière sur les ténèbres.
14 Le sage, il a des yeux à la tête, tandis que l’insensé marche dans les ténèbres, et (cependant) je sais aussi que la même destinée les atteindra tous.
15 Et j’ai dit, moi, dans mon cœur : Il m’arrivera ce qui arrive à l’insensé. Pourquoi alors suis-je plus sage ? et j’ai dit dans mon cœur, que cela aussi est une vanité.
16 Car le souvenir du sage, comme celui de l’insensé, ne dure pas toujours ; quand les jours futurs seront passés, tout s’oublie, et comment le sage meurt-il comme l’insensé ?
17 Et j’ai haï la vie, car tout ce qui se fait sous le soleil me déplaisait ; car tout est vanité et vaine occupation.
18 Et j’ai haï tout mon travail dont je me fatigue sous le soleil, (travail) que je devrais laisser à un homme qui sera après moi.
19 Et qui sait s’il sera sage ou insensé ? il dominera sur tout mon travail que j’ai péniblement acquis et pour lequel j’ai été sous le soleil : ceci aussi est vanité.
20 Et je me retournai pour laisser désespérer mon cœur au sujet de tout le travail pour lequel je me suis fatigué sous le soleil.
21 Car il y a (tel) homme dont le travail s’est fait avec intelligence, avec connaissance, avec habileté ; et il donnera son partage à un homme qui ne s’y est pas fatigué ; ceci aussi est vanité et un grand mal.
22 Car que résulte-t-il pour l’homme de tout son travail et de l’occupation de son cœur par quoi il se fatigue sous le soleil ?
23 Car tous ses jours (se consument) en douleur ; le chagrin est son occupation, même pendant la nuit son cœur ne repose pas : ceci aussi est vanité.
24 Ce n’est pas un bien pour l’homme qu’il mange, qu’il boive et se montre content dans son travail ; cela aussi j’ai vu moi que cela vient de la main de Dieu.
25 Car qui mangera et ressentira plus que moi ?
26 Car à l’homme qui lui plaît il donne la sagesse, la connaissance et la joie, et à celui qui lui déplaît il donne l’occupation de ramasser et d’entasser, pour (le) donner à celui qu’il plaît à Dieu : cela aussi est vanité et occupation vaine.

Cette Bible est dans le domaine public.