×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Louanges 73     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Louanges 73
André Chouraqui


Livre troisième (73 à 89)

En Adonaï mon refuge

1 Chant. D’Assaph. Il est bon pour Israël, Elohîms, pour les cœurs transparents.
2 Et moi d’un peu mes pieds butaient ; d’un rien ma démarche sombrait.
3 Oui, j’ardais contre les insanes, voyant la paix des criminels.
4 Non, pas d’entraves à leur mort ; elle est intacte, leur fougue.
5 Au labeur de l’homme, il n’est pas ; ils ne sont pas heurtés par l’humain.
6 Aussi, gorgés d’orgueil, une livrée de violence les enveloppe.
7 Leur œil sort de trop de graisse ; ils exagèrent les masques du cœur.
8 Ils narguent en parlant du mal ; d’exploitation, ils parlent haut.
9 Ils mettent leur bouche contre les ciels, et leur langue déambule sur terre.
10 Il fait ainsi retourner son peuple frappé ; ils drainent vers eux un plein d’eaux
11 et disent : « Quoi, pénètre-t-il, Él. Existe-t-il une pénétration dans le Suprême ?
12 Les voici, ces criminels, les tranquilles de la pérennité. Ils s’épanouissent de vaillance !
13 Ah ! en vain aurais-je épuré mon cœur, baigné mes paumes dans l’innocence ?
14 Heurté tout le jour, je m’exhorte jusqu’aux matins.
15 Si je dis : « Je raconterai ceci ! » voici, je trahirais l’âge de tes fils.
16 Et je pensais pour pénétrer cela, mais c’était laborieux à mes yeux,
17 jusqu’à ce que je vienne aux sanctuaires d’Él, où j’ai discerné leur avenir.
18 Ah ! tu les places sur des glissades ; tu les fais monter en débâcles,
19 quand ils sont désolés en un instant, finis, achevés d’affolements.
20 Comme un rêve au réveil, Adonaï, dans la ville de leurs ombres, tu les méprises.
21 Oui, mon cœur fermente, mes reins me lancinent.
22 Moi, stupide, je ne le pénétrais pas ; j’étais une bête avec toi.
23 Moi, toujours avec toi, tu saisis ma main droite.
24 En ton conseil, tu me mènes ; ensuite, en gloire, tu me prendras.
25 Qui est à moi dans les ciels ? Sauf toi ; je ne désire rien sur terre.
26 Ma chair et mon cœur épuisés, le roc de mon cœur et ma part, c’est toi, Elohîms, en pérennité.
27 Oui, voici, tes lointains perdent ; tu annihiles tous ceux qui loin de toi putassent.
28 Et moi, la proximité d’Elohîms est pour moi le bien. Je situe en Adonaï IHVH-Elohîms mon refuge, pour raconter toutes tes œuvres.

Cette Bible est dans le domaine public.