×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Esther 9     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Esther 9
Nouvelle Bible Segond


1 Le treizième jour du douzième mois (le mois d’Adar), quand l’ordre et l’édit du roi devaient entrer en vigueur, le jour où les ennemis des Juifs espéraient se rendre maîtres d’eux, il y eut un retournement de situation : ce sont les Juifs qui se rendirent maîtres de ceux qui les détestaient.
2 Dans leurs villes, dans toutes les provinces du roi Xerxès, les Juifs se rassemblèrent pour porter la main sur ceux qui cherchaient leur malheur. Personne ne put tenir devant eux, car la frayeur des Juifs s’était abattue sur tous les peuples.
3 Tous les princes des provinces, les satrapes, les gouverneurs et les fonctionnaires du roi soutinrent les Juifs, car la frayeur de Mardochée s’était abattue sur eux.
4 En effet, Mardochée était devenu un homme important dans la maison du roi. Sa renommée se répandait dans toutes les provinces, car c’était un homme de plus en plus important.
5 Ainsi les Juifs frappèrent tous leurs ennemis à coups d’épée, ils les tuèrent, ils les firent disparaître ; ils traitèrent à leur gré ceux qui les détestaient.
6 Rien qu’à Suse la citadelle, les Juifs tuèrent, ils firent disparaître cinq cents hommes,
7 et Parshandatha, et Dalphôn, et Aspata,
8 et Porata, et Adalia, et Aridata,
9 et Parmashta, et Arizaï, et Aridaï, et Vaïzata,
10 les dix fils de Haman, fils de Hammedata, adversaire des Juifs, furent tués. Mais on ne porta pas la main sur le butin.
11 Le jour même, le nombre de ceux qui avaient été tués à Suse la citadelle parvint au roi.
12 Le roi dit à la reine Esther : À Suse la citadelle, les Juifs ont tué, ils ont fait disparaître cinq cents hommes et les dix fils de Haman. Que n’auront–ils pas fait dans le reste des provinces royales ! Mais quelle est ta demande ? Elle te sera accordée ! Quelle est encore ta requête ? Elle sera exaucée.
13 Esther répondit : Si cela te semble bon, ô roi, qu’il soit aussi permis aux Juifs de Suse d’agir demain comme aujourd’hui, et qu’on pende les dix fils de Haman à la potence !
14 Le roi dit de faire ainsi. On publia l’édit à Suse, et les dix fils de Haman furent pendus.
15 Les Juifs de Suse se rassemblèrent donc aussi le quatorzième jour du mois d’Adar et tuèrent trois cents hommes ; mais ils ne portèrent pas la main sur le butin.
16 Les autres Juifs, ceux des provinces royales, se rassemblèrent pour défendre leur vie et se débarrasser de leurs ennemis. Ils tuèrent soixante–quinze mille de ceux qui les détestaient — mais ils ne portèrent pas la main sur le butin —
17 le treizième jour du mois d’Adar. En repos le quatorzième jour, ils en firent un jour de banquet et de joie.
18 Quant aux Juifs de Suse, ils se rassemblèrent le treize et le quatorze ; en repos le quinze, ils en firent un jour de banquet et de joie.
19 C’est pourquoi les Juifs des campagnes, ceux qui habitent des villes sans murailles, font du quatorzième jour du mois d’Adar un jour de joie, de banquet et de fête où chacun envoie des cadeaux à son voisin.

Conséquences de la délivrance

Institution de la fête des Pourim

20 Mardochée écrivit cela dans des lettres qu’il envoya à tous les Juifs de toutes les provinces du roi Xerxès, proches et lointaines,
21 pour qu’ils observent l’institution du quatorzième jour du mois d’Adar, ainsi que du quinzième, d’année en année.
22 À l’exemple de ces journées où les Juifs s’étaient débarrassés de leurs ennemis, en ce mois où leur chagrin s’était changé en joie, et leur deuil en fête, ils devaient en faire des jours de banquet et de joie où chacun envoie des cadeaux à son voisin et fait des dons aux pauvres.
23 Les Juifs firent une tradition de leur célébration initiale et de ce que Mardochée leur avait écrit.
24 Car Haman, fils de Hammedata, l’Agaguite, adversaire de tous les Juifs, avait conçu le plan de faire disparaître les Juifs. Il avait tiré le Pour, c’est–à–dire le sort, pour les frapper de panique et les faire disparaître.
25 Mais lorsque l’affaire fut présentée devant le roi, celui–ci ordonna par écrit : Que le plan funeste qu’il a conçu contre les Juifs retombe sur sa tête ! Qu’on le pende à la potence, ainsi que ses fils !
26 C’est pourquoi on a appelé ces jours–là Pourim, d’après le nom du Pour. Ainsi, à cause de tout ce que disait cette lettre, de ce qu’ils avaient vu et de ce qui leur était arrivé,
27 les Juifs instituèrent une tradition irrévocable pour eux, pour leur descendance et pour ceux qui se joindraient à eux : on célébrerait ces deux jours selon ce qui est écrit, au temps fixé, d’année en année.
28 Ces jours seraient commémorés et célébrés de génération en génération, dans chaque clan, dans chaque province, dans chaque ville. Ces jours des Pourim sont irrévocables parmi les Juifs, leur commémoration ne se perdra pas dans leur descendance.
29 La reine Esther, fille d’Abihaïl, et le Juif Mardochée écrivirent avec toute leur autorité afin de confirmer cette seconde lettre des Pourim.
30 À tous les Juifs des cent vingt–sept provinces du royaume de Xerxès on envoya des lettres, messages de paix et de loyauté ;
31 pour instituer ces jours des Pourim à leur date, comme le Juif Mardochée et la reine Esther les avaient institués, comme ils les avaient institués pour eux–mêmes et pour leur descendance, des jours de jeûne et de lamentations.
32 L’histoire d’Esther institue le rituel des Pourim ; c’est pourquoi elle est écrite dans ce livre.

Texte de la Nouvelle Bible Segond
Copyright © Éditions Biblio.