×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Il crie... 5     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Il crie... 5
André Chouraqui


La coulpe

1 Quand un être faute et qu’il a entendu la voix d’imprécation, quand il a été témoin de ce qu’il a vu ou entendu, s’il ne le rapporte pas, il porte son tort.
2 Ou bien un être qui touche à toute parole contaminée, ou à la charogne d’un animal contaminé, ou à la charogne d’une bête contaminée, ou à la charogne d’un reptile contaminé, et qu’il est à son insu contaminé, il est coupable.
3 Ou bien, quand il touche une contamination d’humain, pour toute contamination dont il se contamine à son insu, quand il le sait, il est coupable.
4 Ou bien un être qui jure, en s’exprimant des lèvres en mal ou en bien, en tout ce que l’humain exprime par serment à son insu, quand il le sait, il est coupable en l’un de ceux-là.
5 Et c’est, quand il est coupable en l’un de ceux-là, il avoue en quoi il a fauté ;
6 il fait venir sa coulpe à IHVH-Adonaï pour sa faute par laquelle il a fauté, femelle d’ovin, moutonne ou bique de chèvres pour défauteur, et le desservant l’absout de sa faute.
7 Si sa main n’atteint pas assez pour un agnelet, il fait venir sa coulpe, ce en quoi il a fauté : deux tourterelles ou deux fils de palombes pour IHVH-Adonaï, l’un en défauteur, l’un en montée.
8 Il les fait venir au desservant ; il présente celui du défauteur en premier, et décolle sa tête près de sa nuque ; il ne la séparera pas.
9 Il asperge le mur de l’autel avec le sang du défauteur. Le reste du sang s’exprimera au fondement de l’autel : c’est un défauteur.
10 Le deuxième, il le fera en montée, selon la règle. Le desservant l’absout de sa faute par laquelle il a fauté, et il lui est pardonné.
11 Si sa main n’atteint pas assez pour deux tourterelles ou deux fils de palombes, il fait venir son présent, ce en quoi il a fauté : un dixième d’épha de semoule pour défauteur. Il n’y mettra pas d’huile, et n’y donnera pas d’oliban : oui, c’est un défauteur.
12 Il le fait venir au desservant, le desservant y empoigne sa pleine poignée, sa mémorisation, et encense à l’autel sur les feux de IHVH-Adonaï ; c’est un défauteur.
13 Le desservant l’absout de sa faute par laquelle il a fauté en l’un de ceux-là, et il lui est pardonné. C’est au desservant comme une offrande. »
14 IHVH-Adonaï parle à Moshè pour dire :
15 « L’être qui triche de tricherie et faute par inadvertance, contre les sacrements de IHVH-Adonaï, il fait venir sa coulpe à IHVH-Adonaï, un bélier d’ovin intact, à valeur de sicles d’argent, au sicle du sanctuaire, pour coulpe.
16 Ce en quoi il a fauté contre le sacrement il le paie, y ajoute son cinquième et le donne au desservant. Le desservant l’absout grâce au bélier de la coulpe, et il lui est pardonné.
17 Quand un être faute et fait l’un des ordres de IHVH-Adonaï qui ne se font pas, sans le savoir, il est coupable et porte son tort.
18 Il fait venir un bélier d’ovin intact, selon la valeur, pour coulpe, au desservant. Le desservant l’absout de son inadvertance où il s’était égaré sans le savoir, et il lui est pardonné.
19 C’est une coulpe, il est coupable de coulpe pour IHVH-Adonaï. »
20 IHVH-Adonaï parle à Moshè pour dire :
21 « Quand un être faute et triche de tricherie contre IHVH-Adonaï, niant avoir de son concitoyen un dépôt, une remise à main ou une maraude ; ou bien, s’il a pressuré son concitoyen,
22 ou s’il a trouvé une perte, le nie et jure par mensonge, en tout ce que fait l’humain pour fauter ;
23 et c’est, quand il a fauté, il est coupable ; il retourne la maraude qu’il a maraudée, ou le pressurage qu’il a pressuré, ou le dépôt déposé chez lui, ou la perte qu’il a trouvée,
24 ou tout ce qu’il a juré par mensonge. Il paie de son capital, et ajoute ses cinquièmes à qui ils sont dus. Il les lui donne au jour de sa culpabilité.
25 Et sa coulpe, il la fait venir à IHVH-Adonaï : un bélier d’ovin intact, selon la valeur, pour la coulpe, au desservant.
26 Le desservant l’absout face à IHVH-Adonaï. Il lui sera pardonné, en tout ce qu’il fera pour être coupable. »

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf